Home» SANTÉ»

Ex-Katanga : La vitesse de propagation de l’épidémie de rougeole est inquiétante

Font size: Decrease font Enlarge font
image Moise KATUMBI CHAPWE

L’épidémie de rougeole s’accroit dans l’ancienne province du Katanga à un rythme fort inquiétant. En effet, dans cette partie de la RDC, l’on dénombrait 28 077 cas cumulés entre le 1 janvier et le 30 septembre  de cette année, soit 80% de l’ensemble des cas notifiés depuis le début de l’année sur l’ensemble du territoire.

Cette épidémie s’accompagne d’un taux de létalité élevé (1.47%), largement supérieur au seuil d’urgence de 1%. La vitesse de propagation de l’épidémie est également inquiétante avec un doublement du nombre de zones de santé en situation épidémique entre mai et septembre 2015.

L’épidémie en cours est la conséquence d’un faible taux de couverture vaccinale, entrainant une accumulation importante d’enfants non vaccinés contre la rougeole et favorisant la circulation rapide de cette maladie virale extrêmement contagieuse qui constitue l’une des principales causes de mortalité des jeunes enfants à l’échelle mondiale.

Faible couverture vaccinale

La faible couverture vaccinale dans l’ancienne province du Katanga est liée à un ensemble de facteurs, notamment la faible accessibilité géographique des zones de santé les plus touchées, liée à l’insécurité causée par la présence de groupes armés, le refus de la vaccination par certaines communautés pour des raisons religieuses ou culturelles et une couverture insuffisante en chaine de froid fonctionnelle.

C’est ce qui ressort d’une mission conjointe des représentants de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) en République démocratique du Congo (RDC) qui s’est déroulée à Lubumbashi du 28 septembre au 1eroctobre 2015 afin de faire le point de la riposte contre l’épidémie, en étroite coordination avec le ministère de la Santé publique et les organisations non gouvernementales présentes sur le terrain.

Le Dr Deo Nshimirimana, représentant ad intérim de l’OMS en RDC. Estime qu' » Il est crucial et urgent d’arrêter rapidement cette épidémie et de sauver des vies, particulièrement celles des enfants insuffisamment ou non encore vaccinés, par une meilleure prise en charge, une surveillance de qualité et un renforcement de la vaccination de routine « .

Pour sa part, le représentant de l’Unicef en RDC, le Dr Pascal Villeneuve, a souligné l’urgence d’accélérer la riposte en cours et de mobiliser les moyens nécessaires.  » A court terme, il faut que tous les acteurs de terrain associent leurs efforts pour éviter que le nombre de zones de santé en épidémie continue à s’accroitre et que les enfants atteints de rougeole meurent de complications. A plus long terme il est impératif de garantir à chaque enfant, surtout les plus démunis et les plus marginalisés, le droit de bénéficier de services de vaccination gratuits et de qualité « , a-t-il souligné, selon un communiqué  conjoint OMS-Unicef rendu public tout récemment et dont L’Observateur a obtenu copie.

Vacciner tous les enfants de 6 mois à 15 ans

Au cours de leur mission, ajoute la source, les deux représentants ont tenu des réunions avec plusieurs organisations non gouvernementales impliquées dans la lutte contre l’épidémie. Sous l’égide du ministre de la Santé publique, Félix Kabange Numbi, un plan d’accélération de la riposte contre l’épidémie a été approuvé. Ce plan a pour objectif de  vacciner tous les enfants de 6 mois à 15 ans dans les zones de santé en épidémie ainsi que les enfants de 6 mois à 5 ans dans les zones risque, de récupérer les enfants non vaccinés en routine, d’assurer la prise en charge des cas de rougeole  et de renforcer la surveillance épidémiologique.

Dans le cadre de leur mission dans l’ancienne province du Katanga, les représentants de l’OMS et de l’Unicef ont également participé à Kisangwe (zone de Santé de Kafubu, à 31 km au nord-est de Lubumbashi),au lancement officiel par le Dr Félix Kabange Numbi d’une première campagne de vaccination contre la poliomyélite, suite à la notification d’un cas de Poliovirus dérivé du vaccin (PVDVc) de type 2 le 17 septembre 2015 dans ledit village chez un enfant de 18 mois. Depuis plus de 44 mois maintenant, la RDC est exempte de poliovirus sauvage (PVS) sur son sol.

Quid de la rougeole et de la poliomyélite ?

La rougeole est une maladie infectieuse qui se classe parmi les plus contagieuses, et l’une des plus grandes causes de morbidité et mortalité dans le monde. A ce jour, il n’existe pas de traitement spécifique de la rougeole, mais uniquement des traitements symptomatiques (fièvre, écoulement nasal…).

D’où l’importance de la vaccination qui est, pour l’instant, la seule mesure de prévention efficace. En 2010, l’Assemblée mondiale de la santé avait fixé trois cibles en vue d’éliminer la rougeole d’ici 2015 : i) dépasser une couverture de 90% par la première dose de vaccin à valence rougeole au niveau national et une couverture vaccinale de 80% dans tous les districts ou zones de santé; ii) ramener l’incidence annuelle de la rougeole à moins de cinq cas pour un million d’habitants et maintenir ce niveau; iii) réduire la mortalité rougeoleuse de 95% ou plus comparativement aux estimations de 2000. La RDC dispose d’un Plan national d’élimination de la rougeole d’ici à 2020.

Quant à la poliomyélite, cette maladie très contagieuse frappe surtout les enfants de moins de 5 ans. Elle peut provoquer la paralysie en quelques heures et être fatale dans certains cas. Le nombre de cas de poliomyélite a baissé de plus de 99% depuis 1988, passant de 350 000 à 41cas notifiés en 2015.

L’OMS estime que cette baisse résulte de l’effort mondial pour éradiquer cette maladie.. Vingt-sept ans après le lancement de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, le nombre de pays endémiques est passé, en environ 30 ans, de 125 en 1988 à 2 en 2015 (Afghanistan et Pakistan). Depuis 1999, plus aucun cas de poliovirus sauvage de type 2 (PVS2) n’a été isolé. Le poliovirus s’importe facilement dans un pays exempt de poliomyélite et peut ensuite se propager rapidement dans les populations non immunisées.

[Kléber Kungu]


Cet article a été lu 2351 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0