Home» SANTÉ»

Tuberculose : 30 cas de décès enregistrés en RDC au premier semestre de 2015

Font size: Decrease font Enlarge font
image Janet "KABILA"

La tuberculose continue encore à faire des victimes surtout dans les pays africains. Dans la province du Kongo central 1.318 cas de tuberculose ont été dépistés par la coordination provinciale lèpre et tuberculose  au premier  semestre de l’année 2015 contre 1.311 cas pour la période correspondante en 2014, a relevé lundi le médecin coordinateur provincial lèpre et tuberculose.

Selon ce médecin, 30 cas de décès ont été enregistrés sur 757 cas traités dont 13 cas au premier trimestre et 17 autres au deuxième trimestre de l’année 2015.Cette légère augmentation des cas de tuberculose au premier semestre de l’année 2015 est liée à l’organisation d’un dépistage actif dans des maisons pénitentiaires où plusieurs cas ont été dépistés.

Il sied de noter que la RDC est l’un des vingt-deux pays les plus touchés par la tuberculose. Il y a deux ans, la conseillère principale en matière de tuberculose à l’Agence américaine pour le développement (USAID), l’avait  déclaré  en prélude de la journée mondiale de lutte contre la tuberculose, célébrée le lendemain.

Elle avait fait savoir que le manque d’informations sur le traitement de cette maladie et la distance entre les malades et les centres de santé sont notamment des raisons pour lesquelles la tuberculose persiste en RDC.

Rappelons que l’agence américaine alloue chaque année près de 15 000 000 de dollars américains aux structures nationales et provinciales pour la lutte contre la tuberculose en RDC.

Selon cette agence , les deux cibles des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) consistant à inverser la tendance concernant l’incidence de la tuberculose et à réduire de 50% le taux de mortalité (par rapport à 1990) d’ici à 2015, sont en bonne voie. Des difficultés persistent car   près de 3 000 000 de personnes (soit l’équivalent d’un malade de la tuberculose sur trois), par exemple, échappent aux systèmes de santé.

Le rapport de l’OMS publié dernièrement indique que la RDC occupe la 10ème position au classement de 22 pays qui portent 80% de la charge de la tuberculose au monde. La RDC est alignée pour le moment ; à la 4ème  position parmi les pays africains les plus touchés par cette maladie.

Un problème persistant en Afrique

En Afrique, apprend-on,  la charge élevée due à la tuberculose est liée à la pauvreté et aux effets négatifs de la forte incidence de la co infection tuberculose-vih/sida.

Près de la moitié de tous les patients tuberculeux de la région africaine sont infectés par le vih et seuls 42% d’entre eux ont accès à la thérapie antirétrovirale.

En Afrique, la proportion de cas de tuberculose multi résistante est relativement faible à 2,2%. Selon les estimations, en 2006, quelque 67 000 nouveaux cas de tuberculose multi résistante sont apparus dans la région, dont près de 90% dans des zones où le VIH est très répandu.

La tuberculose est en effet une maladie causée par une infection bactérienne qui endommage les tissus du corps humain, le plus souvent les poumons (tuberculose pulmonaire).

La tuberculose cause de petites tumeurs qui détruisent les tissus, les symptômes comprennent la toux, la fatigue, la perte de poids, les difficultés à respirer et la fièvre.

Le traitement de la tuberculose requiert un régime strict d’antibiotiques. L’élimination complète de la bactérie nécessite de longues périodes de traitement (plus de 6 mois).

Bien souvent, le traitement de la tuberculose  consiste en la prise simultanée d’une combinaison de plusieurs antibiotiques, ce qui diminue le risque que la bactérie développe une résistance aux antibiotiques.

Le traitement débute par la prise des médicaments dits de première ligne ; ces médicaments  les plus courants sont l’isoniazide et la rifampicine.

Il en existe d’autres tels que l’ethambutol, la pyrazinamide et la streptomycine. Si la maladie devient résistante à ces médicaments de première ligne, en l’occurrence à la rifampicine ainsi qu’à l’isioniazide, elle est appelée « tuberculose multi résistante ».  (MDR-TB, de l’anglais Multidrug-resistant TB) et requiert l’utilisation de médicaments de seconde ligne.

On les appelle « de seconde ligne » car ils sont moins efficaces et ont des effets secondaires plus toxiques. Il existe six classes de médicaments de seconde ligne, chacune étant composée d’un nombre de différents antibiotiques.

S’il se développe une résistance à l’un des médicaments d’une certaine classe, cela signifie habituellement que les autres médicaments de cette même classe seront également inefficaces. Lorsque les bactéries de la tuberculose développent une résistance à trois des six classes de médicaments de seconde ligne, la tuberculose est dite  » ultra résistante «.

[PKN]


Cet article a été lu 3048 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0