Home» SANTÉ»

Ebola en RDC : Le risque de propagation en dehors de l’Equateur est grand

Font size: Decrease font Enlarge font
image Ebola - Tenue de protection contre le virus Ebola

La maladie à virus Ebola, quoique contenue dans la seule province de l’Equateur, précisément dans le territoire de Boende, en République démocratique du Congo (RDC), n’arrête pas sa progression mortelle. Près d’un mois depuis la déclaration officielle de cette maladie dans ce territoire, au 13 septembre, trente-neuf personnes viennent de mourir, dont 8 personnels de santé à Djera. Selon le ministère de la Santé publique, au total, 626 personnes ont été en contact avec les malades depuis le début de l’épidémie, dont 342 déjà sorties et 284 qui sont encore suivies. Ce qui veut dire que le risque aussi bien de propagation en dehors de l’Equateur que de contamination interhumaine est grand.

Ainsi, au 13 septembre, renseigne le ministère de la Santé publique, la situation de la maladie à virus Ebola se présente comme suit : sur soixante-six cas au total enregistrés, soit 24 cas confirmés, 16 suspects et 26 probables. De gros efforts menés par le ministre de la Santé publique, le Dr Félix Kabange Numbi pour contenir la maladie dans la province de l’Equateur sont couronnés de succès et méritent d’être soulignés et salués.

Ce qui ne peut pas exclure une propagation du virus Ebola en dehors de la province de l’Equateur due essentiellement à des  » négligences  » des voyageurs entre la province et Kinshasa et, par voie de conséquence, à d’autres parties de la République. Notez en passant le cas de 5 cas suspects dans la ville de Lisala, quoique révélés négatifs, qui doit nous interpeller sur le risque de propagation de cette maladie mortelle et de contamination interhumaine.

A supposer que, dans le pire des cas, le virus  Ebola parvient à atteindre la ville de Kinshasa. Loin d’être notre souhait, cette hypothèse qu’il ne faut pas écarter risque d’être porteuses de conséquences désastreuses pour les millions d’êtres que compte la capitale congolaise.

Plusieurs raisons à la base de notre appréhension. Le nombre élevé des habitants dans la capitale congolaise. A supposer que la maladie à virus Ebola se déclare dans la ville de Kinshasa, nous devons craindre une propagation dangereusement rapide en raison de la promiscuité, des conditions de vie qui caractérisent la bourgade.

Crainte d’une contamination rapide

Si le virus Ebola s’installe à Kinshasa, nous craignons que la contamination se fasse très rapidement, bien des Kinois réchignant d’observer scrupuleusement les règles d’hygiène les plus élémentaires, alors que les conditions de vie et d’hygiène les exposent déjà à des maladies dites de mains sales. Dans ce domaine, les Congolais sont négligents.

En plus, se référant aux modes de transmission de l’épidémie mortelle, les Kinois sont potentiellement exposés à la contracter, compte tenu des conditions de transport de nature à les pousser à beaucoup transpirer, la sueur étant l’une des voies de contamination. A cela, il faut ajouter les fortes chaleurs qui caractérisent la saison pluvieuse qui annonce déjà ses couleurs.

A ces risques de contamination et en raison de ceux-là, il faut craindre des rumeurs dont raffolent les Kinois et qui risquent de rendre la vie plus difficile. La maladie à virus Ebola étant déjà entourée de beaucoup de mystères en raison de sa dangerosité et de sa nouveauté, quoiqu’ayant déjà vu le jour en République démocratique du Congo (RDC) en 1976, les Congolais, les Kinois en particulier, risquent de souffrir plus de conséquences de ces rumeurs dues essentiellement à la méconnaissance de la maladie que de l’épidémie elle-même.

D’où l’importance et la nécessité de la sensibilisation de la population sur laquelle nous revenons toujours chaque fois que nous traitons ce sujet. Pour cela, nous estimons qu’il est temps que cette campagne démarre. Attendre que le virus nous côtoie déjà pour lancer la campagne de sensibilisation serait, à notre avis, une mauvaise chose.

Se préparer à accueillir le virus Ebola veut dire se lancer dans une campagne de sensibilisation expliquant ce qu’est la maladie, les modes de contamination, les symptômes de la maladie, les précautions à prendre pour l’éviter…

[Kléber Kungu]


Cet article a été lu 4891 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0