Home» SANTÉ»

Grève : Plusieurs structures sanitaires de Kinshasa tournent au ralenti

Font size: Decrease font Enlarge font
image Hopital Cinquantenaire

Les conséquences de la grève déclenchée,  il y a de cela trois semaines par les infirmiers et le personnel de santé se font déjà sentir. Plusieurs structures sanitaires de la ville de Kinshasa tournent au ralenti.

C’est le cas de l’hôpital Roi Baudouin situé dans la commune de Masina où on a remarqué que plusieurs services étaient quasiment non opérationnels. Du laboratoire à la consultation prénatale en passant par la pédiatrie, les couloirs sont inondés des familles  qui attendent mais sans espoir pour leur prise en charge.

Ce qui a inquiété le plus,  c’est l’attitude qu’a affichée le personnel de ce centre hospitalier vis- à- vis des nourrissons. Ces bébés dont pour  la plupart l’âge varie entre 0 et 9 mois n’ont pas été vaccinés alors que la plupart des mamans et leurs enfants s’y sont rendus pour la vaccination conformément au rendez-vous leur fixé par le centre. La seule réponse leur réservée est de revenir après la fin de la grève.

» Si cette grève va au-delà de trois mois, quel sort pour nos bébés qui devaient ne fut-ce qu’être vaccinés de BCG pour être à l’abri de la tuberculose ?  » se demande une femme. Et que dire des bébés qui sont nés par césarienne et qui devaient bénéficier d’une prise en charge ?, telle est la question qui est restée suspendue sur toutes les lèvres.

Toutefois le souhait de tous est de voir cette grève prendre fin sinon on connaitra un grand nombre de décès surtout les nourrissons qualifiés de vulnérables pour défaut de soins.

L’hôpital Roi Baudouin n’est pas le seul à connaître ce dysfonctionnement dans la plupart de ses services. Il nous revient également d’autres formations médicales que la prise en charge des malades reste à désirer.

Les infirmiers et personnel de santé ont renouvelé leur appel à la grève pour la troisième semaine consécutive. Ils réclament une augmentation de leur prime de risque. Faveur déjà accordée aux médecins. Les autres professions s’estiment négligées par le gouvernement. Des négociations sont en cours mais n’ont toujours pas abouti. Les conséquences de la grève se font déjà sentir à travers tout le pays. Les structures de santé tournent au ralenti ou ne tournent pas du tout et des décès sont déjà signalés.

[Camus Kinkumi K.]


Cet article a été lu 1957 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0