RDC : Revue de presse du Mercredi 22 Mai 2013

Font size: Decrease font Enlarge font
image Journaux - Couvertures des tabloids congolais

Tournée africaine de Barack Obama, reprise de la guerre à l'Est, la visite de Ban Ki-Moon - Jim Yong Kim, à la Une des journaux parus ce Mercredi 22 Mai 2013 en RDC.

Visite Ban Kin-Moon - Jim Yong Kim

La Prospérité annonce une «audience de toute les vérités» que des membres de l’opposition congolaise sollicitent du Secrétaire général des Nations unies, à son arrivée à Kinshasa, à propos de l’Accord-cadre pour la paix en RDC.

Réunis mardi 21 mai à Kinshasa, autour d’un Front Commun en prévision du Dialogue national (FCO), un groupe d’opposants veut rencontrer le patron de l’Onu, Ban Ki-moon, qui arrive aujourd’hui à Kinshasa en compagnie du Président de la Banque mondiale et du Secrétaire Exécutif du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), explique le journal.

Malheureusement, constate le quotidien, le Secrétaire Général de l’Onu est accueilli par une salve de tirs à l’arme lourde, du côté de Goma, où les FARDC affrontent les rebelles du M23.

Dans le même chapitre, Le Potentiel croit voir une absence d’équité de l’Onu dans le dossier opposant la RDC au Rwanda.

Pour le journal, si jamais le tandem Banque mondiale-Onu n’arrive pas à répondre au besoin du retour d’une paix durable en RDC, en réduisant la capacité de nuisance de Kigali, indexé comme déstabilisateur dans les Grands Lacs, il se sera rendu complice du projet de l’éclatement de la RDC. Bien plus, il aura choisi de se placer du mauvais côté de l’histoire en faisant preuve d’absence d’équité, insiste le canard.

De son côté, le journal du groupe L’Avenir, qui note que c’est la toute première fois que le patron de l’Onu et le président de la Banque mondiale effectuent une visite ensemble, pense que cette visite «historique» permettra d’attirer l’attention sur le sort des pays en situation de fragilité ou de conflit, qui s’emploient tant bien que mal à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement.

L’Avenir souligne la détermination des deux organisations internationales à s’attaquer ensemble aux conflits et à la pauvreté à travers le monde.

Pour LE PHARE la visite qu’effectuent le duo Ban-Ki-Moon et Jim Yong Kim dans les Grands Lacs est historique. Citant le secrétaire général de l’ONU, le confrère relève que « les engagements sur le papier doivent se traduire par une action sur le terrain. Un accord de paix doit produire un dividende de la paix, sous forme de développement, d’opportunités et d’espoir pour des populations qui ont trop longtemps souffert ».

Le confrère met également l’accent sur la déclaration de Jim Yong Kim qui a fait savoir que « Les dirigeants de la région des Grands Lacs seront les vecteurs essentiels de paix, de stabilité et de croissance économique ».

Les Nations unies et la Banque mondiale s’engagent pour leur part à ce que ces deux institutions planétaires travaillent en étroite collaboration et par des moyens nouveaux et plus poussés, en suivant l’impulsion donnée par les pays.

Dans son titre leader, LE PHARE constate que le M23 est otage du nouvel agenda de Kigali. En effet, la guerre a repris ses droits dans la périphérie de Goma depuis 48 heures. Le quotidien de l’avenue Lukusa fait remarquer qu’au-delà du message que le M23 tient à faire passer dans l’opinion internationale, à savoir qu’elle dispose d’arguments militaires suffisants pour faire face aux FARDC ainsi qu’à une quelconque force internationale, il y a celui du Rwanda, qui tient à faire asseoir la thèse d’une crise congolo-congolaise dans cette partie de la RDC.

Attaque du M23

La Prospérité : «Attaque du M23 à Goma. Mende est formel : cela vise à dissuader le déploiement de la Brigade»

La Prospérité renseigne que, au cours d’un point de presse tenu en son cabinet de travail mardi 21 mai, le Ministre des Médias, Relations avec le Parlement et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté s’est appesanti sur l’attaque des positions des FARDC par les rebelles du M23 à Mutaho, à une dizaine de Kilomètres au nord de Goma.

A en croire Lambert Mende, affirme le journal, cette attaque manifestement bien préparée vise à dissuader, voire empêcher le déploiement de la Brigade Spéciale d’Intervention des Nations Unies, instituée à travers la Résolution 2098 du Conseil de Sécurité pour soutenir la pacification et la stabilisation de l’Est de la RDC.

Pour sa part, Le Potentiel note que, tout en condamnant l’attaque de Mutaho, le gouvernement a salué la bravoure des FARDC qui, selon le ministre des Médias, ont mis les assaillants en déroute après d’intenses combats qui dont duré trois heures.

Le journal rapporte notamment le bilan fourni par Lambert Mende, faisant état de 15 éléments tués et 21 blessés parmi les pseudos mutins du M23 et leurs supplétifs étrangers, lourdement armés, tandis que les forces gouvernementales ont enregistré 4 morts et 6 blessés.

LISAPO : « Vivement la Brigade spéciale de l’ONU »

Ce journal rapporte que le ministre en charge des Médias, Lambert Mende, a affirmé au cours d’un point de presse que « Des armes lourdes et plusieurs caisses de munitions en provenance d’un pays étranger voisin ont été récupérées dans deux positions avancées de l’ennemi passées sous contrôle des Forces régulières congolaises ».

La RDC et plusieurs organisations accusent le Rwanda de soutenir le M23. ce que Kigali nie toujours, souligne le confrère.

Dans le même registre, L’AVENIR note que Lambert Mende a été remarquable, percutant, clair et net lors de sa conférence de presse.

Le ministre des Médias a mis en exergue les déclarations de Paul Kagame dans les colonnes de « Jeune Afrique », les contradictions flagrantes du président rwandais qui d’un côté encourage et félicite la présence de l’armée française venue au secours du Mali, et d’autre part s’insurge et qualifie d’ingérence la venue de la Brigade d’intervention des Nations unies composée des militaires africains, en même temps qu’il propose son schéma dans le règlement par le gouvernement congolais de la crise de l’Est.

Tournée africaine du président Barack Obama

L’autre sujet d’actualité qui suscite des commentaires dans les colonnes des journaux parus à Kinshasa se rapporte à la prochaine tournée africaine du président Barack Obama. « Pour quelle finalité », se demande LE POTENTIEL.

En effet, le président américain va effectuer du 26 juin au 3 juillet sa première grande tournée africaine depuis son arrivée au pouvoir, en se rendant au Sénégal, en Afrique du Sud et en Tanzanie mais en évitant la terre natale de son père, affirme le confrère.

La Maison Blanche a évoqué la nécessité d’étendre la croissance économique, l’investissement et le commerce, de renforcer les institutions démocratiques, et d’investir dans une nouvelle génération de dirigeants africains.

LE PHARE note pour sa part que l’élément particulier de cette nouvelle tournée africaine : Barack Obama évite soigneusement les Etats d’Afrique centrale dont particulièrement la RDC, le Rwanda et l’Ouganda.


Cet article a été lu 5101 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0