RDC : Revue de presse du Vendredi 22 Juin 2012

Font size: Decrease font Enlarge font
image Journaux - Mort promise a Moise KATUMBI et Francis KALOMBO en Suise, a la Une du Journal "Congo Nouveau"

La guerre diplomatique ouverte entre Kinshasa et Kigali autour du nouveau conflit armé provoqué dans le Kivu par les insurgés rwandophones du M23, est à la Une des journaux parus ce Vendredi 22 Juin 2012 en République Démocratique du Congo (RDC).

Guerre diplomatique Kinshasa - Kigali

AFRICA NEWS annonce en manchette de son édition ce qu’il appelle dans ce titre de « Vaste offensive diplomatique de Kinshasa. Kabila-Kagame nœud du problème ». Cette manchette est illustrée par les photos des présidents Joseph Kabila et Paul Kagame. Le sous-titre indique : « Complot contre le Chef de l’Etat RD-congolais comme l’appui aux mutins M.23 procèdent tous d’une même logique : la balkanisation de la RD-Congo, s’écrie Lambert Mende ».

Dans le chapeau introductif de l’article proprement dit, AFRICA NEWS explique que : « A l’unanimité, la communauté internationale a dénoncé et condamné l’implication du Rwanda dans la mutinerie déclenchée par le M.23. Alors que les réactions africaines se font rares, Paul Kagame, désormais sous pression, est plus rapide. Il fait part à la RD-Congo d’un complot avorté des Occidentaux contre son Président. Kinshasa reste perplexe, mais saisit le Conseil de sécurité de l’Onu, estimant via Lambert Mende qu’à l’instar du complot évoqué, l’appui des mutins par des réseaux rwandais procède de la logique de la balkanisation du pays ».

Voici la déclaration du porte-parole du gouvernement de Kinshasa, telle que rapportée par AFRICA NEWS : « Nous demandons à notre voisin et partenaire dans le cadre de la CEPGL et de l’Union africaine, d’arrêter son mauvais jeu et de respecter les textes, pour jouer le rôle qui est le sien dans le cadre des rapports qui nous lient. Nous voulons une action du Rwanda dans le sens d’abandonner et de décourager le soutien accordé aux mutins, cogne Lambert Mende ».

L’AVENIR rapporte aussi la riposte du porte-parole du gouvernement congolais aux justifications du président rwandais. Le journal annonce, en effet, dans son titre à la une de l’édition que : « Lors d’une émission à la (radio nationale) Rtnc 2. Mende répond à Kagame ».

Le journal écrit dans le chapeau de cet article que : « Réagissant aux propos du président Paul Kagame, le gouvernement congolais a fait savoir que l’état de guerre n’est pas déclaré contre son voisin le Rwanda, mais plutôt une rupture de la paix entre les deux pays. Les propos du Chef de l’Etat rwandais, poursuit L’AVENIR, laissent plus d’un Congolais perplexe quand on se rappelle que sa ministre (des Affaires étrangères) venait de séjourner en RDC à la recherche de la paix ».

« Pour Kinshasa, souligne le journal, il n’est pas question de se taire maintenant que l’on dispose des preuves avérées d’aides que les forces négatives reçoivent à partir du territoire rwandais. En attendant que Kigali revienne à la raison, Kinshasa se réjouit de l’attitude du Conseil de sécurité de l’Onu qui a décidé de diligenter une enquête sur l’implication rwandaise ».

LE PALMARES choisit de présenter cette critique situation avec un article toujours de manchette de l’édition au titre saisissant ci-après : « Du coup lui proposé pour déstabiliser la RDC. Plan contre Kabila : Kagame doit s’expliquer ! ». Dans les points du sous-titrage de cette manchette le journal écrit que : « L’actuelle crise à l’Est de la RDC a permis de découvrir beaucoup de révélations dont celle de Paul Kagame auprès de qui certaines puissances auraient sollicité le départ forcé de Joseph Kabila, peu avant la tenue de la présidentielle du 28 novembre 2011 ».

Dans la déduction qu’il tire, LE PALMARES écrit : « Voilà qui accrédite certains pressentiments des Congolais nationalistes qui soutenaient la thèse d’un complot imminent contre la RDC. Ces élections n’auront pas lieu, affirmation de certains analystes chevronnés. En proposant ce vide au sommet de l’Etat, conclue le journal, ces puissances allaient certainement placer une personne de leur choix, laquelle aurait été contrainte d’accepter de diriger un Congo sans la partie toujours convoitée… ».

La Tempête des Tropiques annonce une tournure inquiétante de la guerre au Kivu. « 177 éléments des FARDC rejoignent le M23», titre le journal.

Ces soldats lâches, selon le journal, parmi lesquels sept officiers supérieurs, appartiennent tous à l’ex-CNDP de Bosco Ntaganda, indique la tempête des tropiques, citant une dépêche de l’AFP.

Pour Le Phare, il s’agit de manœuvres de diversion rwandaises. Le canard annonce par ailleurs que Kinshasa a finalement saisi le Conseil de sécurité de l’Onu pour accuser le Rwanda d’être le principal sponsor du CNDP et du M23, deux mouvements rebelles animés par des officiers et soldats rwandais.

Entre-temps, poursuit le quotidien, les Congolais sont étonnés d’apprendre qu’il y a des manœuvres de rapprochement entre Kinshasa et Kigali.

Le souhait de tous, selon Le Phare, est que les officiels congolais maintiennent leur position de fermeté. S’ils cèdent au discours mielleux de Paul Kagame, la RDC risque de se retrouver comme le dindon d’une nouvelle farce, conclut le journal.

Le Potentiel, de son côté, embraye sur la Balkanisation de la RDC, trouvant que Kinshasa épargne Kagame, et charge Ntaganda.

Selon le confrère, le Porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a laissé entendre jeudi 21 juin, au cours d’un point de presse, que Bosco Ntaganda était plus méchant que Paul Kagame.

Autrement dit, note le quotidien, il voudrait inviter le peuple congolais à composer avec le président rwandais alors qu’il existe des preuves irréfutables que ce dernier soutient le M23, actuellement en guerre contre les FARDC.

Cette versatilité dans l’attitude et le langage du gouvernement jette un flou dans l’opinion et, pourquoi pas, un doute quant à la franchise des relations qui lient Kigali et Kinshasa, renchérit Le Potentiel !

Sommet de la Francophonie de Kinshasa

Un deuxième sujet qui retient l’attention des journaux et la persistante inquiétude autour de la tenue du Sommet de la Francophonie de Kinshasa. Il y a d’abord le journal AFRICA NEWS qui signale un premier couac autour de la campagne menée contre la tenue dudit forum dans la capitale de la RDC. Sous le titre « Moni Della chez Abdou Diouf », le journal révèle dans l’article concerné que « Moïse Moni Della, Secrétaire général du Rassemblement congolais pour la démocratie – RCDN/N – et président de la Commission francophone des Forces acquises au changement – FAC – affirme avoir pris un rendez-vous avec le Secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie – OIF – le Sénégalais Abdou Diouf ».

AFRICA NEWS indique que « L’objectif de sa (Moni Della) démarche : obtenir, affirme-t-il, la délocalisation du sommet de la francophonie prévu au mois d’octobre à Kinshasa vers un autre pays plus démocratique et respectueux des valeurs des droits de l’homme ».

La menace de boycott du sommet de la Francophonie de Kinshasa devient à prendre au sérieux dès lors qu’il est signalé un tantinet de résistance de l’ancienne métropole coloniale de la RDC, ainsi que l’annonce LE PALMARES dans son article sur le sujet et dont le titre est très révélateur, à savoir : « En attendant un signal fort de Paris. Francophonie : le Premier ministre belge Di Rupo hésitant ! ».

LE POTENTIEL vient avec un point de vue contraire aux appréhensions rapportées par les deux premiers journaux traitant le sujet. Le titre de l’article du POTENTIEL est : « Sommet de la Francophonie : faux débat et pression en eau de boudin ». C’est tout dire !

Il y a enfin à signaler dans cette chaude et perplexe actualité politique présentée par les journaux congolais de ce vendredi un point positif du front diplomatique. Il s’agit du relevé du remarquable soutien que deux importants partenaires promettent d’apporter à la RDC dans le cadre du processus électoral dans ce pays. L’éloquente annonce de ce soutien est donnée par L’AVENIR qui révèle suivant le titre de l’article sur le sujet que : « Processus électoral. Le Japon et la Chine apportent leur soutien à la CENI ».

Tshisekedi suspend Jacquemin Shabani

Sur un autre sujet, La Tempête des Tropiques annonce que l’ «UDPS/Tshisekedi suspend Jacquemin Shabani ».

Le journal publie la lettre d’Etienne Tshisekedi suspendant Shabani de ses fonctions de secrétaire général du parti pour malversations financières. Une affaire déjà portée en justice. Et c’est pour permettre à la justice de faire son travail que le leader maximo a pris cette décision, selon le quotidien.

La Prospérité, sous le même titre, informe que le Président National de l’Udps a chargé Bruno Mavungu Puati d’assurer l’intérim du secrétaire général suspendu.

Même si les correspondances de ‘‘Ya Tshitshi’’ ne sont pas très explicites, selon le journal, cette importante décision serait consécutive aux rumeurs à propos du détournement d’une somme de US$ 300.000 au sein du parti.


Cet article a été lu 7838 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0