CENI : «Joseph KABILA» veut piéger l’UDPS

Font size: Decrease font Enlarge font
image Etienne TSHISEKEDI et Joseph KABILA, election 2011

J. Kabila vient de promulguer la nouvelle loi sur la CENI, cela en quelques heures de l’arrivée de l’envoyée spéciale des Nations Unies qui arrivé ce lundi 29 avril à Kinshasa. Beaucoup voit à cet acte de promulgation de la loi sur la CENI comme un piège tendu à l’UDPS, le parti d’Etienne Tshisekedi qui conteste la légitimité de J. Kabila, donc elle ne reconnait pas la signature de ce dernier en tant que Chef de l’Etat.

Un dilemme pour ce grand parti : - Car ne pas participer dans la nouvelle équipe de la CENI revient à dire que l’UDPS laissera de nouveau le contrôle ou les commandes de cet organe technique et stratégique aux autres ;

-  Accepter de participer, c’est cautionner le hold-up électoral, c’est reconnaitre l’autorité de J. Kabila en tant que Chef de l’Etat de la République Démocratique du Congo, ce qui est alors contradictoire avec sa démarche pour la quête de l’impérium.

Que faire ?

Les avis sont partagés, participera ou ne participera pas ? Depuis le 28 novembre 2011, la situation politique a évolué, la MP est amputée de sa branche armée, le M23. De l’autre côté, J. Kabila se retrouve dans une cage tracée à Addis-Abeba, l’accord-cadre. Relativement, l’UDPS a un certain avantage, « car un petit poisson habitué à vivre dans un marigot aura du mal à bien évoluer dans un océan salé ». J. Kabila en signant l’accord-cadre, a en réalité signé le certificat de décès de son régime. Et Mary Robinson, l’ancienne Présidente va bientôt organiser une messe de recueillement avant l’inhumation  de ce régime. J. Kabila habitué à vivre dans les magouilles et tricheries aura des difficultés à nager dans un cadre juridique sain et propre. La résolution de Ban Ki Moom du 27 février avec ses 6 priorités dont la tenue d’un dialogue national en RDC serait un grand atout. L’UDPS a donc intérêt (tout en restant prudente) à participer à ce dialogue. La politique de la Punition, de la non-participation est une stratégie destructrice. Chaque fois que nous utiliserons la non-participation, nous en paierons le prix.

Convergence des Parallèles, le Parti du Président élu, Etienne Tshisekedi devrait en intelligence avec ses alliés, barrer la route au projet machiavélique de la Majorité Présidentielle, distraire les congolais, désorienter le débat en voulant à tout prix écarter les vrais fils du Pays.

L’UDPS et les Forces Acquises au Changement devraient à tout prix obtenir de ce dialogue, le retour aux fondamentaux, mais aussi placer des inoxydables, « il faut tenir le taureau par les cornes ». D’après la théorie de Sharkovsky, dans ce genre de lutte, il ne faut pas mettre trop l’accent sur la recherche des solutions précises mais plutôt sur la réponse à des questions, étant donné que le système convergera à long terme vers une variable x, la chute du régime.

[Yves Kongolo]


Cet article a été lu 4492 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0