Après les élections : Début des choses sérieuses en RDC

Font size: Decrease font Enlarge font
image Joseph KABILA - Président de la RDC, le 20/12/2011 à Kinshasa, durant sa prestation de serment devant des juges de la cours suprême de la justice de la RDC.

La prestation de serment de Joseph KABILA marque ainsi le début des choses sérieuses. Il est vrai qu’aujourd’hui plus qu’hier et mieux que demain, la poursuite du vaste programme de «Cinq chantiers» requiert la contribution de tous les fils de ce pays. Qu’il soit de la majorité ou de l’Opposition.

Dernier acte de la présidentielle 2011 : prestation de serment du président élu. Joseph Kabila Kabange se succède à lui-même. Il a accompli cet exercice constitutionnel hier, mardi 20 décembre. La cérémonie publique et solennelle s’est déroulée à la Cité de l’Union africaine, en présence des personnalités étrangères et des notabilités nationales. Une page de l’histoire de notre pays est ouverte.

Joseph Kabila Kabange, président élu au terme de l’élection présidentielle 2011, avec 48,95% des suffrages exprimés, a prêté serment hier mardi 20 décembre. Et ce, conformément au calendrier de la Commission électorale nationale indépendante, CENI, qui, après l’annonce des résultats provisoires, a transmis ceux-ci à la Cour suprême de justice. En sa séance du 16 décembre, la Cour suprême de justice, après examen du recours ayant trait au contentieux électoral, a confirmé les résultats de la CENI et proclamé Joseph Kabila Kabange, président élu.

La cérémonie publique et solennelle s’est déroulée à la Cité de l’Union africaine en présence des personnalités étrangères et notabilités nationales. Une cérémonie qui haute en couleurs au regard de son importance et de sa portée politique. Cette prestation de serment est le dernier acte de cet épisode de la présidentielle 2011. Une page de l’histoire est en train d’être tournée et une autre s’ouvre.

LE SENS D’UN SERMENT

Mais au-delà de tout le rituel qui a entoure cette cérémonie solennelle, il y a le sens à donner au serment.

En effet, conformément à l’article 74 de la Constitution, le président de la République élu, avant son entrée en fonction, prête devant la Cour constitutionnelle, aujourd’hui la Cour suprême de justice faisant fonction, le serment ci-après : «Moi… élu président de la République démocratique du Congo, je jure solennellement devant Dieu et la nation :

  • D’observer et de défendre la Constitution et les lois de la République ;
  • De maintenir son indépendance et l’intégrité de son territoire ;
  • De sauvegarder l’unité nationale ;
  • De ne me laisser guider que par l’intérêt général et le respect des droits de la personne humaine ;
  • De consacrer toutes mes forces à la promotion du bien commun et de la paix ;
  • De remplir, loyalement et en fidèle serviteur du peuple, les hautes fonctions qui me sont confiées».

Ce serment renforce des mots qui sonnent comme des coups de martelet : «Constitution et lois de la République… indépendance et intégrité du territoire… unité nationale… bien commun et paix… fidèle serviteur…». Des mots en eux-mêmes qui constituent de grands défis à relever dans cette perspective de bâtir un Etat de droit, de sauvegarder les attributs de la souveraineté nationale, de respecter la mémoire collective, les biens de la communauté et d’être au service de la nation. Ce serment est le programme de tous les programmes dans cette perspective de se doter d’un Etat émergent.

Voilà qui confirme bien cet adage selon lequel les élections ne sont pas du tout une fin en soi. Elles constituent le moyen le plus sûr de respecter la Constitution et les lois de la République, de maintenir l’unité nationale, l’intégrité du territoire, le respect de la personne humaine et du bien de la communauté.

Pour la deuxième consécutive, le président Joseph Kabila est appelé à remplir les hautes fonctions de la République qui lui sont confiées par le peuple. Mais à la différence que le présent mandat est placé sous le signe de la consolidation, du renforcement et la préservation des acquis déjà obtenus.

Comme pour dire que le président Kabila ne bénéficiera point de la période de grâce. En témoignent les critiques formulées sur son premier bilan. Fondées ou pas, il lui revient d’analyser chaque aspect du problème et d’en tirer les leçons qui s’imposent.

Beaucoup plus, c’est de se montrer rassembleur pour autant qu’il est le «président de la République, de tous les Congolais» ; qu’il soit de la Mouvance présidentielle ou de l’Opposition. Une observation qui tient du choix de ses proches collaborateurs des plus immédiats et des relations interinstitutionnelles. Ce temps de s’appuyer sur des «griots» est révolu, mais bien sur des personnalités compétentes, au sens élevé de responsabilités professionnelles et politiques avec des reflexes dignes d’hommes d’Etat.

DEBUT DE CHOSES SERIEUSES

Cette prestation de serment marque ainsi le début des choses sérieuses. De prime abord, et il n’y a pas lieu de se voiler la face, il y a cette crise politique qui ne dit pas encore son nom à gérer. Tous les honneurs lui reviendront si jamais il s’appuyait sur ses hautes qualités d’homme d’Etat pour renforcer la concorde nationale au regard des intérêts supérieurs de la Nation.

Il est vrai qu’aujourd’hui plus qu’hier et mieux que demain, la poursuite du vaste programme de «Cinq chantiers» requiert la contribution de tous les fils de ce pays. Qu’il soit de la majorité ou de l’Opposition.

L’autre défi à relever est la lutte contre les fléaux qui gangrènent la société congolaise. Le chef de l’Etat a eu à les dénoncer, le 1er juillet 2009 ; les «5 fléaux» à combattre et qui bloquent la machine de l’Etat et handicapent la bonne marche de la reconstruction nationale. Il s’agit de l’indiscipline, de la corruption, de la concussion, de la gabegie financière et de l’intolérance.

[Par Freddy Monsa Iyaka Duku]


Cet article a été lu 4704 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (3 posted):

wacle on 21/12/2011 12:51:32
avatar
si le ridicul pouvait tuer!Qu'attendre de klk''1 qui ne comprend meme pas ce qui'il lit. Ceux qui croient encore a cet homme sans loi ni foi seront vite decus! Kanambe veut tout simplement rester au pouvoir eternellemnt , le reste c'est ne pas son probleme!Mais l'avenir nous dira...
Thumbs Up Thumbs Down
1
on 21/12/2011 12:01:30
avatar
Finalement, qu'est ce qui a changé par rapport au serment de 2006? Respect des droits de l'homme, indépendance et intégrité du territoire,défense et respect de la Constitution et des lois de la République, sauvegarde de l’unité nationale, intérêt général et bien commun, loyauté et fidélité au peuple. L'homme Kabila est insensible et ne comprend rien d'un discours qu'il est appelé à lire simplement. Le reste à venir, ce n'est pas son problème.
Thumbs Up Thumbs Down
0
sa majesté on 21/12/2011 00:33:49
avatar
Encore 5 ans de tatonnement, de corruption et d'impunité. Que peut-on faire de bon, ces gens qui trichent et fraudent pour diriger le pays? Désolé, aux université qui se respectent, dans les pays MODERNES, les tricheurs sont disqualifiés aussitôt arrêtés , voire rayés de la liste des étudiants.
Thumbs Up Thumbs Down
0
total: 3 | displaying: 1 - 3

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0