La fonction politique rémunère bien en RDC

Font size: Decrease font Enlarge font
image Parlement - Les députés au Palais du Peuple

Elections 2011 en République Démocratique du Congo (RDC), les candidats députés nationaux se comptent désormais à près de 20 000, pour seulement 500 sièges. 19.253 personnes ont déposé un dossier recevable pour les élections législatives.

En vue des législatives du 28 novembre, la Commission électorale en République démocratique du Congo a enregistré près de 20.000 dossiers de candidat pour 500 sièges. Un véritable engouement. Certains candidats ont même postulé sur plusieurs listes à la fois.

Avec la liste complémentaire livrée par la Céni, les candidats députés nationaux se comptent désormais à près de 20 000, pour seulement 500 sièges. On n'en a sans doute pas encore fini avec les postulants, dont un certain nombre de ceux qui ont été écartés entendent saisir la cour suprême de justice qui fait office ici de cour constitutionnelle.

Parmi eux figurent des candidats disqualifiés parce qu'inscrits pour le compte de plusieurs partis politiques. L'engouement, et même la détermination, des uns et des autres de figurer coût de coût parmi les éligibles paraît n'avoir qu'une seule explication : la fonction politique rémunère bien en RDC. Elle attire tout le monde, médecins, ingénieurs, enseignants de tous les niveaux, paysans.

Mais cette fois, la mobilisation des Eglises et des ONG est totale pour amener les électeurs à faire un choix judicieux.

A Kinshasa, il y a en moyenne plus de 100 prétendants pour chaque siège et la deuxième circonscription de la capitale verra s'affronter 1.489 candidats.

La CENI et son imprimeur sud-africain s'arrachent les cheveux pour trouver un format de bulletin de vote capable d'accueillir les listes mais aussi les photos des candidats et logos de leurs partis, comme le prévoit la loi.

On parle pour l'instant de bulletins de vote au format A3, voire A2, et de cahiers de plusieurs pages dans les circonscriptions les plus convoitées.

Selon le rapporteur de la CENI, il faudrait plus de 60 rotations d'avions pour acheminer les bulletins de vote, dans le plus vaste pays du continent.

Lors de la dernière élection, en 2006, 33 personnes avaient brigué la présidence et un peu plus de 9.000 la députation nationale.

Le passage à un scrutin présidentiel, à un seul tour, a logiquement réduit le nombre de prétendants à 11, mais l'évolution s'avère être inversement proportionnelle pour les législatives, prévues elles aussi pour le 28 novembre.

[Avec RFI, BBC]


Cet article a été lu 5593 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (1 posted):

Gaston Médard on 25/09/2011 07:00:08
avatar
Que voulez-vous, si la politicaillerie reste le seul métier qui rémunère ? Un salaire décent en milliers de dollars, une voiture de fonction à l'image de routes du pays,(et donc une jeep chinoise de marque inconnue), des primes de corruption kabilisante, des avantages républicains, des barbecues à profusion à la ferme; le droit de subtiliser les matériels de bureaux, appartements et résidences officiels; des avantages de disposer des biens et deniers publics. Il ne reste plus qu'à créer des universités qui décerneraient de diplômés es "politicaille"
Thumbs Up Thumbs Down
1
total: 1 | displaying: 1 - 1

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0