Le clan « Kabila » panique : Un débat contradictoire entre candidats réclamé !

Font size: Decrease font Enlarge font
image François Nicéphore Kakese Malela - Président de l’URDC le 31 Aout 2011 à Kinshasa, lors du congrès ordinaire de son parti politique. Photo radio Okapi

Présidentielle 2011 en RDC, François Nicéphore Kakese Malela réclame un débat contradictoire entre candidats sur les medias publics. Ces débats pourraient réellement garantir la transparence et la culture démocratique en permettant au public de s'imprégner des projets de société de chaque prétendant au fauteuil présidentiel.

Le président national de l'Union pour le Réveil et le Développement du Congo (URDC) est déterminé à mettre fin à la faim en République démocratique du Congo s'il est élu à la magistrature suprême lors del'élection présidentielle du 28 novembre prochain. François Nicéphore Kakese l'a annoncé à la presse hier mardi 20 septembre au siège national de son parti, sur l'avenue Kasa-Vubu dans la commune de Kinshasa.

A deux mois de la présidentielle, l'URDC affûte ses armes. Deux ans après sa création, le parti a voulu faire connaître aux journalistes de la capitale le visage de son candidat à la tête du pays. Devant un parterre des professionnels de media, François Nicéphore Kakese a expliqué pourquoi il postule à la magistrature suprême.

Faisant le bilan de cinq ans d'exercice du régime Kabila, il constate plusieurs failles qu'il compte redresser s'il lui arrive de gagner la présidentielle. Le président de l'URDC cible notamment le social, la sécurité et l'économie qu'il considère comme le ventre mou du Gouvernement en fonction.

"Après quatre ans, le problème de manger cessera d'être une préoccupation"

Sur le plan social, le candidat président constate que les Congolais n'ont pas de salaires convenables et le volet emploi pose problème avec un grand taux de chômeurs. Il estime que la population vieillit vite à cause des problèmes qu'elle n'arrive pas à résoudre, faute de subsides. François Nicéphore Kakese décrie surtout la promiscuité dans le logement et la malnutrition qui rabaisse ses compatriotes, de surcroît moins scolarisés.

"Si j'arrive au pouvoir, répond-t-il à la presse, je ne peux vous promettre des miracles de prime abord. Dans les six premiers mois, le gouvernement s'attèlera d'abord à la planification, à la programmation de ses actions. Pour que le salaire soit élevé, il faudra promouvoir d'abord la production intérieure. Il nous faudra 18 à 24 mois pour être en mesure de mettre à la disposition de la population d'importants produits de consommation locale. Certes, après quatre ans, si l'URDC arrive au pouvoir, le problème de manger cessera d'être une préoccupation".

Non aux "donneurs des dons"

L'autre problème que François Nicéphore Kakese déplore, c'est sur le plan économique. Le leader de l'URDC voit de mauvais œil la dollarisation à outrance du marché congolais. Il constate que les commerçants expatriés dominent l'économie de la RDC et l'étouffent, en embauchant davantage les membres de leurs familles plutôt que les nationaux, et renvoient les bénéfices acquis dans leurs pays d'origine.

François Nicéphore Kakese regrette à cet effet l'absence de vrais investisseurs au Congo, ceux qui emmènent des capitaux frais pour implanter notamment des industries de transformation et donnent de l'emploi à la population. Le Président de l'URDC recommande à ce propos de donner la nationalité congolaise à tous les investisseurs pour les pousser à travailler consciencieusement pour le pays.

Hostile par ailleurs aux "donneurs des dons", particulièrement à ceux qui tiennent les rênes du pouvoir, le conférencier exhorte le gouvernement à reprendre sa tâche de planification des dépenses sur base des recettes rationnelles. Il s'insurge contre ces dirigeants qui offrent, à titre personnel, à temps et à contre temps des dons en public, alors qu'ils gèrent les ressources du pays et se montrent plus riches que le gouvernement.

Un débat contradictoire entre candidats

L'autre épine à laquelle s'attaque François Nicéphore Kakese, c'est la sécurité. Le porte-étendard de l'URDC estime que les Congolais ne sont pas assez sécurisés, surtout à l'Est du pays où les frontières s'avèrent, selon lui, perméables. Il déplore le détournement des soldes des militaires, qui sont de surcroit sous-payés et ne peuvent ainsi défendre valablement le territoire national, malgré leur effectif important estimé à 600.000 hommes de troupes.

François Nicéphore Kakese promet de mettre fin à l'insécurité en instaurant une véritable discipline, en luttant contre l'impunité, la corruption, la complaisance, la centralisation à outrance du pouvoir à Kinshasa qui occasionnent des systèmes du genre ''opération retour'' (remise des pourcentages aux dirigeants politiques qui accordent des ressources aux mandataires subalternes, NDLR).

Pour éclairer l'opinion et lui permettre de se faire une idée nette de ses futurs dirigeants à la présidentielle, François Nicéphore Kakese réclame un débat contradictoire entre candidats sur les medias publics. Il est d'avis que ces débats pourraient réellement garantir la transparence et la culture démocratique en permettant au public de s'imprégner des projets de société de chaque prétendant au fauteuil présidentiel.

Yves KALIKAT


Cet article a été lu 8010 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (18 posted):

commenter on 17/11/2011 19:52:56
avatar
love it! very interesting, i hope the incoming comments and suggestion are equally positive. Thanks for sharing this info like this one.


gen
commenter
www.tulleeho.org
Thumbs Up Thumbs Down
0
Polycord on 24/09/2011 11:35:53
avatar
Ca ne passera pas,car tout son entourage connait le niveau de leurs patron.Botika na bino.Bondimi ete moto lokola ye a diriger ba profs ya universite ,alors nous dirons que ces profs ne donnent pas des matieres reellement scientifique aux etudiants et a coup sur nos finalistes sont des vides inconscients....
Thumbs Up Thumbs Down
0
Afrikin on 22/09/2011 21:13:27
avatar
Kisakata, débat na Tshitshi, mais bakolokota kanambe en pièces. Le pense que akoboya yango akopesa raison que ya Tshitshi azali na bombe na se ya munyere.
Thumbs Up Thumbs Down
1
wacle on 21/09/2011 23:11:12
avatar
Detrompez vs les gars, kanambe pourra bien surprendre si son interlocuteur se montre bien tendre et sympa c.a.d. pas trop des mots compliques, pas ds sujets profonds trop accademiques et reste a la hauteur de l'enfant soldat. Mais rassuurez vs le spectacle sera au top avec les primo,secundo, tertio quartio ...centio, ah ah ah! Les gars vous etes forts!Non je ne pense pas que les Boshab, Katumba et autres lui laisseront anticiper son suicide politique. Il risquera ce jour la de perdre 99,9% des electeurs qui lui sont encore fideles tellement que la honte leur infligee sera insupportable! Deja il ne comprend rien de ce que lui font lire et reciter ses valets, qu'en sera t-il d'un debat contradictoire ou le cerveau devra tourner en plein regime ?Botika ko boma Kanambe avant, toza nanu na besoin na ye pona masolo ya kati...Wana meme na Kinyarwanda akofungula....
Thumbs Up Thumbs Down
2
Epanza on 21/09/2011 21:53:22
avatar
Oh, bandeko botika mboka esi eyoka soni, bobakisa mosusu te, type wana azali ignard, suka na kiyungu, QI na ye ezali inférieur ya oyo ya ngulu. akoloba nini, ayebi nini, kaka ba rrrrrrrr na kokanga minu po son ya rrrr ebima te. Botika ba Z kimia, bolingi nde banye rwanda balauka? Soki Werason oyo aleki ye na composition akokaka ko répondre na journaliste te nde ye kabiRA kanamberebe, taximen expérimenté na Tanzanie akokoka? Boprévenir ye que première question ekozala sur Re COULANT de ra SNER et RO de ra LEGI DE ZOO.
Thumbs Up Thumbs Down
1
Mbuse Kitoko on 21/09/2011 19:46:16
avatar
Le theatre de chez nous ce jour-la du debat contradictoire sera la coupure generalisee de l'electricite ... comme Kabila a derriere lui des eminente personnalite, ils vont encore une fois lui empecher de dormir toute la nuit en lui faisant gober comme d'habitudes, des mensonges du genre KINGAKATI et ca sera de l'humour politique car ces derniers temps, Kabila n'a toujours pas compris que ces collaborateurs continuent a lui pousser vers la grande porte de sortie ... bien qu'il esr rassurer par le phenomene " Tricherie " et l'appui de ses "mentors" etrangers... C'est un HONTE pour le congo notre pays de se retrouver avec une ELITE pareille a tous les niveaux politiques ... Kimuena meso ... muena.
Thumbs Up Thumbs Down
1
1 2 3 next total: 18 | displaying: 1 - 6

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0