RDC : Les nouveaux majeurs doivent être enrôles

Font size: Decrease font Enlarge font
image Corneille NANGAA - président de la CENI

Le président de la CENI s’est entretenu vendredi avec les envoyés internationaux de l’Union Européenne, de l’Union Africaine et des Etats-Unis d’Amérique. Ces derniers ont préconisé l’enrôlement de nouveaux majeurs pour les prochaines échéances électorales. Ces jeunes sont estimés à environ 7 millions, soit plus de 20% du corps électoral congolais, selon un rapport de l’OIF, publié en novembre dernier.

Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, (CENI) Corneille Nangaa Yobeluo, s’est entretenu vendredi 11 décembre à Kinshasa avec le groupe d’ambassadeurs et envoyés internationaux pour la région des Grands, notamment de l’Union Européenne, de l’Union Africaine et des Etats- Unis d’Amérique.

Ces derniers ont préconisé l’enrôlement de nouveaux majeurs pour les prochaines échéances électorales, au sortir d’une audience avec le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), à Kinshasa.

Ces jeunes sont estimés à environ 7 millions, soit plus de 20% du corps électoral congolais, selon un rapport de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), publié en novembre dernier.

«Le lancement de l’enregistrement des électeurs ou l’actualisation de la liste électorale est un élément très important. Nous avons échangé avec le président comment ceci peut se faire dans le meilleur délai. Ça sera un signe fort et une dynamique qui assure la population et les partenaires pour aller vers les élections», a indiqué l’envoyé spécial de l’Union européenne dans les Grands lacs, Koen Vervaeke.

Il a également exprimé la volonté de l’Union européenne de soutenir le processus électoral congolais.

Pour Koen Vervaeke, seul les Congolais sont les premiers à dénouer la crise liée à leur processus électoral :

«Nous n’avons pas un schéma, c’est aux acteurs congolais d’arriver à un consensus. Le schéma est tracé par le peuple congolais par sa constitution qui est le cadre légal. Ce qui est important, est que le résultat des élections soit accepté par tous».

Les envoyés spéciaux ont également rencontré des membres de la Dynamique de l’opposition et du G 7 le même vendredi à Kinshasa.

Selon Ingele Ifoto, modérateur de la Dynamique de l’opposition, les échanges ont surtout porté sur la tenue des élections aux dates prévues.

« On n’a parlé de plusieurs questions, mais la plus importante qui nous a pris le temps c’est comment le Congo-Kinshasa peut arriver à organiser les élections dans les échéances prévues », a-t-il déclaré sur Radio Okapi.

Au sujet du dialogue convoqué par le chef de l’Etat, Ingele Ifoto a indiqué que la Dynamique de l’opposition et le G7 ont eu le même discours : « le dialogue n’est pas opportun ».

« Pour nous, le respect de la Constitution reste de mise. Toutes les réponses aux questions que soulève le dialogue se retrouvent dans les institutions. Nous ne voulons pas faire un dialogue genre bureau d’étude des institutions », a-t-il fait savoir.


Cet article a été lu 2769 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0