Dialogue : Les failles de la communication de «Joseph KABILA»

Font size: Decrease font Enlarge font
image Joseph KABILA - President sortan de RDC

Dans un communiqué publié par la Présidence de l’UDPS depuis Bruxelles, Étienne Tshisekedi et l’UDPS rejettent le « dialogue » tel qu’annoncé par Joseph Kabila, lors de son message à la Nation le 28 novembre 2015. En neuf points, l’UDPS et son Président relèvent les failles de la communication du président congolais : (1) l’origine de l’initiative, "Dialogue, VOIE ROYALE de résolution de la crise politique en République Démocratique du Congo" c’est Tshisekedi et non Kabila, (2)  La demande de Tshisekedi auprès de l’ONU pour la désignation d’un facilitateur, (3) La détermination de la composition du comité préparatoire par le facilitateur, (4) Monsieur Kabila, partie du problème et non de la solution, ne peut être juge et partie, (5) Dans son allocution, monsieur Joseph Kabila a tu tout engagement de sa part au respect de la constitution (nombre et durée des mandats présidentiels, respect de l’alternance…) (6) Obligation du  dialogue au respect du cadre constitutionnel, sans manœuvre pour un éventuel glissement du calendrier électoral. Le communiqué se termine par un rappel des objectifs recherchés : (1) L'élaboration d'un calendrier électoral réaliste et consensuel, qui tient compte des délais constitutionnels; (2) L'organisation d’un processus électoral crédible et dans un climat apaisé; (3) Le transfert pacifique du pouvoir, dans le respect de l'expression de notre peuple.

== // ==

Communiqué UDPS

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS en sigle, et son Président National, le Dr Etienne Tshisekedi wa Mulumba, après avoir suivi avec attention l’annonce faite par Monsieur Joseph Kabila en date du 28 novembre 2015 relative au Dialogue National, 

1. Rappellent que c’est le Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba, constant dans sa vision de la démocratie, qui a été le premier à réaffirmer que le dialogue est la VOIE ROYALE de résolution de la crise politique en République Démocratique du Congo (RDC) ; et qu’à cet effet, la feuille de route du parti, publiée le 12 février 2015, donne la vision du Dialogue qui doit être conforme aux prescrits de l’Accord Cadre d’Addis-Abeba, lequel a été signé par 11 pays de la Région de Grands Lacs (dont Joseph KABILA pour le compte de la R.D.C.), en présence des Institutions Internationales (O.N.U., U.A. et U.E.) et de nombreux témoins représentants officiels de leurs gouvernements, suivi par l’adoption de trois résolutions subséquentes du Conseil de Sécurité de l’ONU ; 


2. Relèvent qu’en date du 24 novembre 2015, le Président Etienne Tshisekedi a saisi le Secrétaire Général des Nations Unies pour solliciter la désignation, dans les meilleurs délais, d’un Facilitateur ; 


3. Précisent que le facilitateur ainsi désigné devra, de commun accord avec les parties prenantes, à savoir le camp du changement représenté, par l’UDPS et alliés, et la majorité au pouvoir, déterminer la composition du comité préparatoire chargé de définir les contours de l’organisation du forum, en prenant la société civile à témoin. 


4. Notent que Monsieur KABILA, en tant que partie prenante au dialogue, donc élément du problème congolais et non de solution, ne peut s’arroger le rôle d’être juge et partie. A cet effet, il ne peut ni en définir l’ordre du jour, ni en donner une quelconque orientation. 


5. Font remarquer que Monsieur Joseph Kabila, dans son allocution, a parlé de tout, sauf de lui, et s’est ainsi sciemment refusé de s’engager à respecter la Constitution, notamment pour ce qui est du nombre et de la durée des mandats présidentiels et du respect de l’alternance à l’issue de son deuxième et dernier mandat en 2016 conformément à l’article 220 de la Constitution ; 


6. Réaffirment qu’en tout état de cause, le dialogue ne devrait ni sortir du cadre constitutionnel qui doit être formellement respecté, ni donner lieu à une quelconque manœuvre visant à favoriser un glissement du calendrier électoral au-delà des délais constitutionnels. 


Prenant le peuple congolais et l’opinion internationale à témoin,

7. Prennent acte de l’annonce de MonsieurJosephKabiladu28novembre2015relativeau Dialogue National ; 


8. Prient instamment le Secrétaire Général des Nations-Unies de désigner un Facilitateur pour éviter à notre pays de sombrer davantage dans une situation de chaos, qui a déjà tant coûté en vies humaines congolaises, en investissement d’énergies et des moyens à la Communauté internationale ; 


9. Affirment que si les exigences légitimes exprimées ci-dessus, et réitérées plusieurs fois depuis déjà de longs mois, sont rencontrées, le parti se tient prêt à s’engager concrètement dans le dialogue politique dont les objectifs principaux recherchés sont : - L’élaboration d'un calendrier électoral réaliste et consensuel, qui tient compte des délais 

constitutionnels ;
- L’organisation d’un processus électoral crédible et dans un climat apaisé ;
- Le transfert pacifique du pouvoir, dans le respect de l'expression de notre peuple. 


Cet article a été lu 3919 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
3.00