RDC : Le Cardinal MONSENGWO menacé de mort

Font size: Decrease font Enlarge font
image Cardinal MONSENGWO

Dans la jungle congolaise, plus personne ne se sent en sécurité. C’est la loi du plus fort qui bouffe le plus faible que lui sans état d’âme. Ainsi depuis qu’il est dans l’œil du cyclone des Etats-Unis qui tiennent mordicus à le faire partir du pouvoir en RDC par tous les moyens, «Joseph Kabila» a compris que ce schéma ne profite en priorité qu’à son «frère» tutsi, Léon Kengo wa Dondo qui bénéficie de l’appui de son allié de toujours, le Cardinal Monsegwo. Ainsi, il a juré d’avoir la tête des deux hommes avant sa chute ! 

Mais ces projets sont parvenus aux oreilles des concernés. Le Cardinal a alerté le Pape François qui à son tour a alerté Washington des intentions macabres de «Kabila». Vue la tension déjà forte entre Kanambe et Washington, Obama a sollicité les autorités britanniques pour le traitement de ce dossier et pour faire une sévère mise en garde à « Kabila ». Ainsi, le 22 octobre dernier, l’ambassadeur de sa majesté à Kinshasa a sollicité une audience auprès de « Kabila » pour lui remettre un message urgent. Mais pressentant l’orage, l’imposteur refusa de donner suite à cette demande. Londres est alors intervenu directement par téléphone pour enjoindre « Kabila » de recevoir immédiatement son ambassadeur qui était  porteur du message officiel du Gouvernement britannique.

Ainsi, le vendredi 23 Kanambe fut contraint de recevoir l’ambassadeur britannique malgré lui. Ce dernier lui transmit le message très dur de l’occident le mettant en garde contre toute tentative d’attenter à la vie de Kengo et de Monsegwo. Il termina son message par cet avertissement : «Sachez que c’est nous qui vous avons porté là où vous êtes aujourd’hui. Et que vous vouliez ou pas, c’est nous qui vous chasserons de là aussi, quoique que vous fassiez!» En bon poltron, Kanambe a nié toutes ces mauvaises intentions qu’on lui prête. Mais dès que l’ambassadeur britannique a tourné le dos et a quitté la salle il lança à ses proches : « ils se trompent lourdement ! Moi je ne suis pas Mobutu. Ce que j’ai à faire, je le ferai !» Que sortira-t-il de cette jungle ? Let’s wait and see.

Paris, le 3 Novembre 2015

Candide OKEKE

L’OEIL DU PATRIOTE


Cet article a été lu 14403 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0