RDC : «Joseph KABILA» redoute la sortie de Jean-Pierre BEMBA

Font size: Decrease font Enlarge font
image Jean-pierre BEMBA [droite] et Joseph KABILA

La peur de «Kabila» a redoublé depuis que des rumeurs persistantes confirment de plus en plus la sortie imminente de Jean Pierre Bemba de la prison de la Haye. Les chancelleries occidentales généralement bien introduites dans les secrets des dieux ne cessent de lancer des signaux dans la même direction. De quoi augmenter à l’angoisse déjà suffocante de l’imposteur rwandais qui voit là un nouveau signe indien qui sonne le glas de son pouvoir. Car connaissant de quoi ses sponsors d’hier sont capables, l’homme s’imagine déjà l’instrumentalisation qu’ils pourront faire de la probable sortie d’«Igwe» en ce moment où son bateau tangue déjà et commence à sombrer. Des rumeurs selon lesquelles des hommes à Bemba auraient commencé un recrutement à l’Equateur pour préparer une nouvelle rébellion ont mis « Kabila » hors de lui. Il vient de dépêcher à Lisala, Gemena, Bumba et les environs une mission spéciale composée d’agents des services secrets militaires pour y démanteler tout mouvement de recrutement et  procéder à l’élimination directe de toutes nouvelles recrues sans laisser de trace !

James KABAREBE vole au secours de «Joseph KABILA»

La bourrasque qui menace le "Titanic" du PPRD et son capitaine «Kabila» provoque des insomnies au Rwanda où James Kabarabe, cerveau-moteur de la machine d’occupation de la RD-Congo et oncle d’Hyppolite Kanambe, a littéralement perdu le sommeil. Malgré les multiples précautions qu’il prend, dont le camouflage avec des techniques bien connues des arrivées tardives la nuit, nos hommes à l’aéroport international de Ndjili ont enregistré une forte  recrudescence de ses aller-retour entre Kigali et Kinshasa ces derniers mois. L’homme a réussi donc à convaincre son neveu «Joseph Kabila» de ne pas commettre l’erreur de quitter le pouvoir sous la pression de l’administration Obama, car leurs lobbyistes et alliés à Washington ont confié à Paul Kagame qu’un projet de transfert de « Kabila » à la CPI sera mis en application dès qu’il aura quitté le pouvoir. Vérité ou intox ? Toujours est-il que Kanambe a totalement mordu à l’hameçon et décidé de mourir au pouvoir plutôt que dans les lugubres cellules des prisons de la CPI.

C’est alors que James Kabarebe lui a suggéré sa recette magique pour contourner la pression de fin de son mandat en 2016. Son plan consiste à transférer nuitamment à Kinshasa en RD-Congo les prisonniers hutus rwandais des FDLR actuellement détenus dans les prisons au Rwanda. La nuit suivant celle de leur « débarquement» dans la ville de Kinshasa, un grand scénario sera mis en place : les soldats rwandais de la «GR» (Garde républicaine de Kanambe) ouvriront le feu partout à Kinshasa, suivi des soldats zimbabwéens et tanzaniens basés à Kingakati et à Nsele pour simuler une attaque massive de la ville de Kinshasa. Le matin, les cadavres des hutus rwandais des FDLR exécutés froidement et jetés ça et là à travers les rues de Kinshasa, ainsi que des «prisonniers de guerre» FDLR seront présentés à la télévision nationale et à la presse internationale présente à Kinshasa.

Dans la foulée, plusieurs leaders politiques congolais «hostiles» ainsi que plusieurs officiers militaires congolais seront massacrés par les troupes rwandaises et tous ces crimes seront mis sur le dos des «assaillants hutus rwandais » dont un nombre important sera déclaré avoir infiltré la ville de Kinshasa! Au même moment, Kigali et Kampala auront déclenché des massacres des populations congolaises à l’Est de la RD-Congo, du Nord au Sud, c’est-à-dire jusqu’au Katanga. Un état d’urgence sera alors décrété sur toute l’étendue du pays pour une période indéterminé, et pour mettre fin au chaos, le Rwanda et l’Ouganda exigeront un autre dialogue pour mettre en place un nouveau pouvoir avec «Joseph Kabila» en tête. Telle est la recette signée «James» !

Mais les discussions pour l’adoption de ce projet piétinent parce que « Joseph Kabila» hésite encore. Il hésite, non parce que ce plan ne lui plait pas, mais tout simplement parce que l’un des officiers collabos congolais chargés de l’exécution de ce projet, le général Olenga, s’y oppose catégoriquement! Ainsi, les préparatifs de l’opération qui devraient normalement démarrer au mois d’avril pour terminer avant la fin du mois de juin piétinent. Mais nous pouvons rassurer les patriotes congolais que nous poursuivrons, contre vents et marées, notre enquête autour de ce projet méphistophélique pour empêcher par tous les moyens son exécution. Le staff technique rwandais de Kagame et James Kabarebe n’y pourront rien!

«Kabila» redoute la sortie de Jean Pierre Bemba et expédie une mission d’enquête à Lisala et Gemena

La peur de «Kabila» a redoublé depuis que des rumeurs persistantes confirment de plus en plus la sortie imminente de Jean Pierre Bemba de la prison de la Haye. Les chancelleries occidentales généralement bien introduites dans les secrets des dieux ne cessent de lancer des signaux dans la même direction. De quoi augmenter à l’angoisse déjà suffocante de l’imposteur rwandais qui voit là un nouveau signe indien qui sonne le glas de son pouvoir. Car connaissant de quoi ses sponsors d’hier sont capables, l’homme s’imagine déjà l’instrumentalisation qu’ils pourront faire de la probable sortie d’«Igwe» en ce moment où son bateau tangue déjà et commence à sombrer. Des rumeurs selon lesquelles des hommes à Bemba auraient commencé un recrutement à l’Equateur pour préparer une nouvelle rébellion ont mis « Kabila » hors de lui. Il vient de dépêcher à Lisala, Gemena, Bumba et les environs une mission spéciale composée d’agents des services secrets militaires pour y démanteler tout mouvement de recrutement et  procéder à l’élimination directe de toutes nouvelles recrues sans laisser de trace !   

De même à Kinshasa, sur conseil de James Kabarebe, toutes les garnisons sont inondées de militaires rwandais avec mission de détecter tous les militaires congolais appartenant aux réseaux de JP Bemba ou d’Honoré Ngbanda avec mission de les éliminer discrètement en prenant soin de les isoler d’abord de leurs unités de base. Nous lançons donc un appel à tous les officiers et militaires congolais et les invitons à redoubler de vigilance, à s’organiser en bloc de résistance et à soutenir le peuple congolais dans son élan collectif à chasser les occupants de notre pays. La défense du pays est la première tâche qui revient aux militaires !

La «traque» d’Honoré Ngbanda au Malawi et Botswana ?

Dans sa panique, «Kabila» continue de voir partout le fantôme de son pire ennemi, Honoré Ngbanda. Alors qu’une mission venait à peine de rentrer bredouille de l’Europe et d’Afrique, toujours à la recherche du leader de l’APARECO, on vient de nous signaler de Malawi le passage d’une autre mission de recherche, cette fois composée exclusivement d’agents rwandais venus de Kinshasa. Cette mission serait conduite par un très proche collaborateur de Bizima Karaha en personne. Plus d’agents congolais à qui on a plus confiance dans le traitement de ce dossier ! Cette mission aurait séjourné au Malawi et au Botswana durant plusieurs jours à la recherche du fantôme d’Honoré Ngbanda. Des rencontres officielles auraient même été organisées avec les hauts responsables de sécurité de ces deux pays. Ces derniers auraient conseillé aux agents rwandais venus de Kinshasa de ne pas perdre leur temps ni leur argent, car l’homme qu’ils cherchent n’a jamais franchi leurs frontières.

Nous avons eu la confirmation de ces informations auprès de nos sources à Kinshasa dans l’entourage même de Kanambe. En effet, cet imposteur a manifesté son vif mécontentement suite au rapport de mission de ses frères rwandais qu’il a qualifiés d’incompétents. Il leur a reproché en effet d’avoir révélé l’objet de leur mission aux chefs des services du Malawi et du Botswana car, dit-il, James Kabarebe qui lui a filé l’information est très sûr de ses sources qui lui ont formellement confirmé qu’Honoré Ngbanda a dissimulé sa base dans les cités de ces deux pays d’où il travaille. Les agents, estime-t-il, ont commis une bêtise d’avoir contacté officiellement les services de ces pays qui sont les complices de Ngbanda et ont dû certainement le prévenir de leur présence. On croirait avoir à affaire aux aventures de Tartarin de Tarascon dans sa chasse aux lions en Afrique!

Exaspérés, certains conseillers rwandais de « Kabila » ont même choisi d’envisager une campagne de diffamation pour noircir l’image du leader de la résistance en semant le doute dans l’esprit des patriotes et combattants congolais. Ainsi, avons-nous appris qu’un certain Emmanuel ADROPIAKO, conseiller financier de Kanambe alias Joseph Kabila aurait commencé à distiller des canulars dans certains milieux prétendant qu’il a pris contact avec Honoré Ngbanda avec lequel il serait en discussion secrète. Sa cible de prédilection serait les milieux des officiers militaires congolais originaires de l’Equateur. Son but est de les démobiliser pour ne pas répondre aux appels de la Résistance congolaise. Mais son mensonge est vite détruit par des faits qui prouvent eux, largement le contraire !

Face à Moïse Katumbi, « Kabila » opte pour la technique du bâton et de la carotte !

Le front Katumbi est celui que « Kabila » redoute le plus en ce moment, car l’homme se présente comme un rival direct étant à la fois bien introduit et soutenu par le lobby rwandais qui lui est cher, ainsi que par les think tank juifs et anglo-saxons qui l’ont fait roi et le maintiennent encore au trône aujourd’hui. Alors il est obligé de mettre des gants pour traiter de son cas. Ainsi, lors de leur dernier tête-à-tête à Kingakati, « Kabila » s’est époumoné à lui rappeler à Moïse Katumbi tous les bienfaits dont il l’a comblé : Il l’a fait revenir d’exil et lui a rendu tous ses biens ; il l’a placé à la tête de la province la plus riche et l’a rendu populaire. Et au retour, il le trahit aujourd’hui en se ralliant à ses frères katangais Kyungu et Muyambo contre lui. Malgré cette trahison, Kanambe rassure son interlocuteur de sa magnanimité et en guise de preuve, il lui offre sur le plateau le poste de Secrétaire général du PPRD ! Mais à la fin, « Kabila » sort les bouts de ses crocs et exigent de Katumbi qu’il demande pardon et qu’il fasse marche arrière « avant qu’il ne soit trop tard » ! L’ombre d’Augustin Katumba Mwanke ne devait pas planer très loin d’eux ! Le message était clair. A félin, félin et demi, s’est dit Katumbi qui fit semblant d’accepter la réconciliation tout en déclinant poliment le cadeau empoisonné du PPRD. Mais dans son entourage, les hommes du président du Tout puissant Mazembe disent que l’homme est loin de lâcher prise. Actuellement, il sillonne les milieux de la mafia politico-financière qui pille la RD-Congo pour conforter sa position. Son retour en RD-Congo est prévu à partir du 3 avril prochain, dit-on dans son entourage. Pendant ce temps, ces soutiens parmi lesquels le fameux Louis Michel opèrent des descentes à Lubumbashi où, dit-on, ils œuvrent  pour le pire des schémas, celui de la sécession katangaise en faveur de Moïse Katumbi, dans le seul but de récupérer les gisements miniers qu’ils y ont perdus.

Le rififi qui fait rage dans la kabilie appelle à la vigilance tout le peuple congolais et particulièrement les patriotes congolais qui doivent redoubler d’effort pour poursuivre inlassablement la mobilisation nationale en vue de chasser hors du territoire national tous les assaillants et les occupants qui ont juré d’offrir à leurs progénitures la terre de nos ancêtres destinés à nos enfants et à nos arrières petits-enfants.

Paris,le 31 Mars 2015

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE


Cet article a été lu 32427 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
2.13