Lambert MENDE : La RDC va mieux

Font size: Decrease font Enlarge font
image Lambert MENDE OMALANGA

Ayant « hérité d’un pays en ruines en 2001 », le chef de l’Etat a le mérite d’avoir « rétabli la paix dans le pays et avec les Etats voisins, réunifié le territoire national; réhabilité l’Etat, instauré la démocratie et l’Etat de droit, stabilisé le cadre macroéconomique, obtenu l’annulation d’une grande partie de la dette extérieure du pays, relancé la croissance, amorcé la reconstruction et mis fin à l’isolement diplomatique de la RDC.

La RD Congo va mieux qu’il y a quelques années. Ce qu’a démontré Lambert Mende, porte-parole du gouvernement, dans sa conférence de presse du vendredi 8 août 2014. A cet effet, il a aligné les grandes réalisations du gouvernement en matière économique, remettant en cause les mauvaises nouvelles véhiculées dans certains milieux.

La « réalité congolaise » a été vantée vendredi 08 août 2014 par le gouvernement du Premier ministre Augustin Matata Ponyo en termes notamment de « retour progressif effectif de la paix et de la sécurité avec le démantèlement des forces négatives qui tentaient de balkaniser le Congo Kinshasa et le désarmement des groupes criminels résiduels ».

« La réalité congolaise, c’est la relance de la reconstruction avec des résultats qui parlent d’eux-mêmes en termes de stabilité du cadre macroéconomique avec un taux de croissance qui est passé de 6,9% en 2011 à 8,5% en 2013 avec une projection de 9,5% fin 2014 et un taux d’inflation qui est passé de 17% à 1,03% dans la même période la réalité congolaise aujourd’hui », , s’est réjoui le ministre des Médias Lambert Mende Omalanga lors d’un point de presse.

CONSTRUCTION DE 400 ECOLES DEJA LIVREES

Dans la « réalité congolaise », figurent « la construction de 400 écoles déjà livrées à ce jour clés en mains pour une valeur de 60.000.000 USD ainsi que la réfection effective de 166 hôpitaux depuis septembre 2013 la réalité congolaise ».

« L’accroissement substantiel des investissements sociaux, notamment la gratuité de l’enseignement fondamental qui a permis d’accroître substantiellement le taux de scolarisation dans le primaire ; la repriorisation grâce aux projets agroindustriels comme de Bukanga Lonzo qui intègrent l’Etat, les investisseurs privés et le paysannat », en font aussi partie.

Le ministre Mende n’a pas omis de citer « la bancarisation qui a permis de sécuriser le circuit de paiement des rémunérations pour le million des membres du personnel de l’Etat ».

« Nous ne saisissons donc pas la rationalité du pessimisme débridé auquel d’aucuns s’adonnent comme si rien jamais n’a changé sous nos tropiques », a-t-il avoué.

UN BILAN GLOBALEMENT POSITIF

Le 30 juin 2014 a été l’occasion pour le gouvernement rd-congolais de présenter les réalisations du président Joseph Kabila en 13 années d’exercice,  en matière notamment d’infrastructures routières, de rétablissement de la paix et de réunification du pays.

Ayant « hérité d’un pays en ruines en 2001 », le chef de l’Etat a le mérite d’avoir « rétabli la paix dans le pays et avec les Etats voisins, réunifié le territoire national; réhabilité l’Etat, instauré la démocratie et l’Etat de droit, stabilisé le cadre macroéconomique, obtenu l’annulation d’une grande partie de la dette extérieure du pays, relancé la croissance, amorcé la reconstruction et mis fin à l’isolement diplomatique de la RDC.

Sur le plan de la reconstruction du pays, au moins 6.000 Km de routes sont déjà réhabilités sur l’ensemble du territoire congolais, plus de 12.000 Km de voirie interurbaine sont en cours de réhabilitation tandis que des ponts, tels que Mpozo et Loange, ont été construits.Des axes routiers ont été remis en état de praticabilité : Kisangani, Nyanya – Beni ; Lubumbashi – Kasumbalesa ; Boma – Moanda ; Kinshasa – Kikwit.

Le président Joseph Kabila a, comme promis, promulgué un nouveau Code d’investissements, un nouveau Code minier, un nouveau Code forestier, une Loi-cadre des télécommunications et une loi sur la Poste et institué une Autorité de régulation des postes et télécommunications.

Dans ce dernier secteur, c’est pour la première fois depuis l’indépendance de la RDC que plusieurs réseaux de télécommunications, par la politique incitative présidentielle,  ont été implantés ; désenclavant ainsi beaucoup de coins de la République.

Par ailleurs, Joseph Kabila a créé des Tribunaux de commerce « pour sécuriser davantage les investissements », mis en place une commission et une stratégie nationale de lutte contre la corruption et la fraude, créé le Comité de pilotage de la réforme des entreprises publiques (COPIREP) et installé l’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI).

« Une autre action, c’est l’organisation d’un meilleur accès aux crédits, à la propriété foncière et immobilière. Le potentiel hydroélectrique du Congo, estimé à 100 000 Mégawatts, dont 40 000 dans le seul site d’Inga, est l’un des atouts dont dispose notre pays. Nous multiplierons donc le nombre des barrages et centrales de petites et moyennes dimensions à travers le pays, par souci de proximité, et organiserons leur connexions », a déclaré le chef de l’Etat.

Dans le secteur de l’éducation, le programme de construction de 1 000 écoles a débuté, avec 130 écoles déjà bâties et 230 en cours de finition.

Le même bilan comprend l’équipement de 135 centres de santé, l’amélioration du transport en commun avec la création de l’entreprise de transport publique Transco avec 500 nouveaux bus à ce jour, la construction de logements sociaux à Bandalungwa, la reprise de la production au Domaine agro-industriel présidentiel de la N’sele (DAIPN) et la conception des parcs agro-industriels.

Le 13 décembre 2013, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo a lancé à Kinshasa un programme destiné à « construire, réhabiliter et équiper environ 5.400 établissements sanitaires sur toute l’étendue du pays ».

« La première phase de ce programme doit être réalisée pendant une année. Elle doit concerner 1 000 centres de santé et 200 cents hôpitaux dans l’ensemble du pays. La répartition de ce programme à travers le territoire national sera +équitable+ : 20 hôpitaux par province et environ 100 centres de santé par province. L’ensemble du programme va coûter 80 milliards de Francs congolais (environ 80 millions USD) décaissés sur fonds propres Et ça, ce n’est que le départ », a-t-il expliqué.


Cet article a été lu 5451 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0