RDC : Qu'est ce qui reste de KABILA et de LUMUMBA ?

Font size: Decrease font Enlarge font
image Patrice EMERY LUMUMBA et Laurent-Desire KABILA

53 ans après la mort de Lumumba et 13 ans après celle de feu Mzee Laurent-Désiré Kabila, qu'est ce qui reste de leurs enseignements ? Peut-on croire que les Congolais n'ont pas trahi le Congo ? Ont-ils gardé ou sauvegardé et les principes sacrés qui ont caractérisé le fonds de la pensée de ces leaders ? Nos compatriotes ont-ils compris que l'indépendance a un prix ? Savent-ils qu'il n'y a personne d'autre en dehors des Congolais qui puissent développer ce pays ? Et d'où viennent toutes ces guerres dans l'Est du pays où des compatriotes, au nom de  petits profits matériels, acceptent d'aliéner une partie de leurs terres et de leurs richesses en faveur des étrangers. Et pourquoi certaines hautes autorités du pays conditionnent-ils leur signature en échange de quelques avantages ?

Tout le Congo s'est arrêté les 16 et 17 janvier 2014 pour se souvenir de la mort de feu le président Mzee Laurent-Désiré Kabila et de Patrice-Emery Lumumba, respectivement 3ème chef de l'Etat et le tout Premier ministre de la République démocratique du Congo. Des cultes d'action de grâce et des visites sur des sites historiques rappelant leur mémoire, ont été organisés dans la capitale. A Kinshasa par exemple, un culte spécial était organisé le 16 janvier à la Cathédrale du centenaire protestant dans la commune de Lingwala pour honorer la mémoire de feu Mzee Laurent-Désiré Kabila.

Il a été honoré de la présence de la 1ère dame de la République, Olive Lembe Kabila, en présence du président de l'Assemblée nationale, Aubin Minaku qui représentait le chef de l'Etat, du président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, du Premier ministre, Matata Ponyo, des membres de la famille biologique de feu L.D Kabila, des hautes autorités politiques et militaires du pays ainsi que des chefs des confessions religieuses.

C'est l'évêque Marini Bodho, président national de l'Eglise du Christ au Congo, qui a piloté le culte agrémenté pour la circonstance par les chorales " Conservatoire " et " Le Jourdain " qui ont entonné de bonnes mélodies pour la gloire du Seigneur.

Dans son homélie du jour tiré de l'épitre des Hébreux au chapitre 13, verset 7 à 8 ; l'évêque Marini a exhorté les Congolais à se souvenir de leurs conducteurs et de considérer ce qu'a été la fin de leur vie.

Il a par cette prédication, voulu rappeler aux Congolais leur devoir de se souvenir toujours de leurs dirigeants qui sont morts et qui ont marqué chacun à sa manière, l'histoire du pays par un apport qui a contribué d'une manière ou d'une autre à la construction du Congo. Là, il a fait allusion aux présidents Joseph Kasa-Vubu, au maréchal Joseph-Désiré Mobutu, à Mzee L.D Kabila, au Premier ministre Lumumba au prophète Simon Kimbangu et même au vaillant colonel Mamadou Ndala, assassiné récemment à Beni, le 2 janvier 2014.

Kasa-Vubu a enseigné aux agents, la bonne gestion des deniers publics et la transparence dans les affaires de l'Etat. Mobutu nous appris à préserver l'unité nationale, le respect et la soumission à l'autorité. Mzee Laurent-Désiré Kabila pour sa part a enseigné aux Congolais à se prendre en charge et à préserver la patrie dont ils doivent se garder de trahir. Même discours tenu par Lumumba qui prônait l'indépendance totale du Congo, son émancipation et une bonne répartition du revenu et des richesses du pays. La sœur Anuarite Nenga Peta, le prophète Simon Kimbangu ont de leur côté, défendu leur foi en Dieu envers et contre tout. Tous ces personnages ont fini leur vie de manière tragique.

L'actuel chef de l'Etat a pacifié et unifié le pays jadis divisé par des guerres de rébellion. Il a mis fin à l'aventure du M23 ; au phénomène kuluna et s'est engagé sur la voie de la modernisation des infrastructures du pays. C'est également lui qui a permis à la RD Congo d'organiser les premières élections démocratiques et qui ont légitimé le pouvoir de nos actuels dirigeants, tant au niveau national que  provincial.

Qu'est ce qui reste de Mzee L.D Kabila et de Lumumba ?

53 ans après la mort de Lumumba et 13 ans après celle de feu Mzee Laurent-Désiré Kabila, qu'est ce qui reste de leurs enseignements ? Peut-on croire que les Congolais n'ont pas trahi le Congo ? Ont-ils gardé ou sauvegardé et les principes sacrés qui ont caractérisé le fonds de la pensée de ces leaders ? Nos compatriotes ont-ils compris que l'indépendance a un prix ? Savent-ils qu'il n'y a personne d'autre en dehors des Congolais qui puissent développer ce pays ? Et d'où viennent toutes ces guerres dans l'Est du pays où des compatriotes, au nom de  petits profits matériels, acceptent d'aliéner une partie de leurs terres et de leurs richesses en faveur des étrangers. Et pourquoi certaines hautes autorités du pays conditionnent-ils leur signature en échange de quelques avantages ?

Pourquoi le policier et le militaire ne se contentent-ils pas de leur solde ? Le magistrat chargé de dire le droit, fait-il son travail correctement ? L'enseignant est-il conscient qu'il est chargé de former les enfants sans attendre d'eux des pourboires ou autre avantageux séditieux ?

Chacun à son niveau, doit faire le travail correctement. C'est la seule façon pour les Congolais d'honorer la mémoire de Lumumba, de Kasa-Vubu et de Mzee L.D Kabila.

[Jean-Pierre Seke]


Cet article a été lu 6522 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0