En vue d’un dialogue inclusif et démocratique : « KABILA » doit démissionner à la tête de la RDC

Font size: Decrease font Enlarge font
image joseph KABILA - President sortant de la RDC.

Au nom de l’opposition de la Diaspora, Monsieur Joseph Kabila n’est pas un président légitime à la tête de la République Démocratique du Congo, de ce fait, nous conditionnons la tenue du dialogue inclusif et démocratique par son départ immédiat et sans condition à la tête de la République Démocratique du Congo. Pourquoi monsieur Joseph Kabila doit partir ? 

D’abord, monsieur Joseph Kabila a mis en mal la démocratie en République Démocratique du Congo pour avoir tripatouillé la Loi constitutionnelle et fondamentale du pays en demandant au parlement d’organiser les élections en un seul tour et pourtant la constitution prévoyait deux tours. Comme si cela ne suffisait pas, il a organisé des élections truquées et tronquées en bourrant les urnes et en créant des bureaux électoraux fictifs sur toute l’étendue du territoire national grâce à son cavalier et membre du PPRD le pasteur Ngoyi Mulunda. De ce fait, les élections du 28 novembre 2011 sont nulles et non avenues. Et son pouvoir actuel découle de la corruption et du tripatouillage de la Constitution. Si monsieur Joseph Kabila n’avait pas organisé des fraudes massives, lors des élections du 28 novembre 2011, il ne serait pas élu et il ne serait pas aujourd’hui à la tête de la République Démocratique du Congo. Il fut proclamé vainqueur des élections du 28 novembre 2011 par une CENI corrompue de son ami Ngoyi Mulunda et sa victoire fut confirmée par une Cour suprême de justice à la solde de monsieur Joseph Kabila. Tout le monde sait qu’il n’y a pas de justice en RDC et que la justice est inféodée par la présidence de monsieur Joseph Kabila. D’où l’urgence d’organiser de nouvelles élections libres et transparentes en République Démocratique du Congo après un débat politique inclusif et démocratique.

Ensuite, monsieur Joseph Kabila, depuis sa frauduleuse réélection à la tête de la République Démocratique du Congo a instauré un régime militaire et policier et non démocratique. Il règne aujourd’hui à la tête de la RDC par défi contre la volonté populaire. Ce régime se caractérise par les crimes crapuleux, les viols, les massacres, les tueries, par le génocide de plusieurs milliers des Congolais depuis l’entrée en RDC du mouvement politique l’AFDL, par l’absence de la liberté de la presse, de la liberté d’opinion…

Enfin, monsieur Joseph Kabila est militaire, depuis une décennie à la tête du grand Congo, il n’est pas en mesure de bouter les agresseurs de la RDC du territoire national. Il n’est pas en mesure de mettre fin à la criminalité, au pillage des richesses de la RDC. Il n’est pas en mesure de mettre fin aux viols dont sont victimes les congolaises et les congolais. Bref, il n’est pas en mesure de protéger la souveraineté de la RDC et l’unité nationale. Il est tout simplement incompétent. D’ailleurs, la RDC a-t-elle besoin d’un militaire comme président de la République si nous sommes réellement en démocratie ? La RDC a besoin d’un président civil et non militaire issu des élections libres et transparentes organisées sous les auspices des Nations Unies comme dans l’ex Yougoslavie. 

Si ces raisons ne suffisent pas pour démissionner et quitter la présidence frauduleuse qu’il s’est acquise injustement, monsieur Joseph Kabila, s’il reste à la tête de la République Démocratique du Congo, il n’y aura pas de dialogue inclusif et démocratique parce que lui et sa majorité sont des ennemis de la démocratie. Ce serait du temps perdu et ce dialogue produirait une grande souris sans aucun impact sur l’avenir du Congo et des Congolais. Et l’objectif politique de la majorité, ce n’est pas l’alternance politique mais rester par défi à la tête du Congo en continuant le pillage des richesses du Congo. S’ils ont excellé dans le tripatouillage constitutionnel, ils ont aussi excellé dans les viols des femmes et des enfants congolais. C’est très grave de violer des humains, nos frères et sœurs, que de violer la Loi fondamentale. De ce fait, la révolution de la modernité dont ils se targuent, n’en est pas une. C’est une révolution de la criminalité, du pillage et de la régression de la RDC, bref, c’est vraiment l’illusion de la modernité. La modernité est un courant philosophique issu des Lumières occidentales, qui, voulant rompre avec les ténèbres médiévales,  s’est appuyée sur le paradigme du progrès rationnel, en vue de projeter les nations européennes dans un avenir radieux et prospère en partant du principe fondateur, travailler au respect de l’homme et de sa dignité. Depuis que monsieur Joseph Kabila est au pouvoir, il n’y a pas respect du congolais.  Le congolais a perdu sa dignité à travers le monde et la RDC a perdu sa place dans le concert des Nations. Raison pour laquelle, nous demandons à l’opposition en place en RDC de conditionner la tenue du dialogue national inclusif et démocratique par le départ immédiat et sans condition de l’ennemi de la démocratie : monsieur Joseph Kabila Kabange. Si le dialogue devrait aboutir à un autre gouvernement, il faudrait que ce gouvernement dirige le pays sous l’égide des Nations Unies et organise de nouvelles élections libres et transparentes.

Au nom de l’opposition de la  Diaspora 

Professeur Augustin Ramazani Bishwende


Cet article a été lu 5601 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0