RDC : «KABILA» devrait sortir le grand jeu pour reconquérir politiquement le Kivu

Font size: Decrease font Enlarge font
image Joseph KABILA

En prêtant serment en décembre 2011,  Joseph Kabila savait qu'il n'aurait pas droit à l'état de grâce. D'un Président qui rempilait après avoir passé 10 ans aux commandes du  pays,  on n’attendait plus de discours, mais des actes.  Seulement, le début du nouveau quinquennat du Raïs sera contrarié par la crise post-électorale sur fond d'une controverse à l'international et surtout par la énième agression rwandaise maquillée aux couleurs " congolaises " du M23.  Reste que cette guerre de trop du Kivu aura perturbé la mise en œuvre du programme quinquennal de Joseph Kabila. Réélu dans l'ex-Kivu - moins triomphalement il est vrai qu'en 2006 - le Raïs voit son capital sympathie de pacificateur quelque peu écorné. Pour 2013, Joseph Kabila devrait sortir le grand jeu pour reconquérir politiquement le Kivu.  Ce qui est loin d'être une sinécure.

Au terme de la première année de son  second mandat, Joseph Kabila pourra se féliciter de certaines réalisations sur le front de la réhabilitation et/ou de la modernisation des infrastructures de base. Le Raïs peut aussi  compter,  au chapitre de ses hauts faits, la tenue en RDC en octobre du XIVème Sommet de la Francophonie. Malgré la controverse,  signée François Hollande,  le rendez-vous de Kinshasa aura consacré le grand retour de la RDC sur la scène internationale.

Au plan économico-financier, le chef de l'Etat peut noter avec satisfaction que les clignotants sont au vert.  Le taux de change est stable, l'inflation maîtrisée …bref, tout le monde connait la chanson: le cadre macroéconomique est assaini. Le hic c'est que cette embellie est loin de se répercuter sur le social. Le Congolais lambda continue à traîner son lot de misère hérité des années Mobutu. Alors que, comme sous l'ancien régime , les plans d'ajustement s'ajoutent aux plans d'ajustement ,  les plans de lutte contre la pauvreté s'ajoutent  aux autres plans du même type , les séminaires de renforcement des capacités se greffent sur d'autres séminaires analogues …l'ordinaire des Congolais d'en bas ne s'améliore toujours pas. On est presque tenté d'affirmer que sur le front du social qu'il n'y a rien à signaler. Tant  la " misère du Congolais " est proverbiale. Une constante depuis plusieurs décennies.

«VERITE DES URNES»

Cette première année du second et dernier quinquennat du Raïs a surtout connu une entame tumultueuse. Le pays était en proie à une crise post-électorale assaisonnée au folklore politique zaïro-congolais. La réélection de Joseph Kabila n'a pas été du goût de l'opposition conduite par l'inusable Tshisekedi . D'où la croisade que ce "commandeur des opposants" a initiée. Une contestation amplifiée par les rapports de certaines missions d'observation électorale dont la plus célèbre Fondation Carter.. Lesquelles ont dénoncé des fraudes et autres irrégularités ayant entaché les élections de fin novembre 2011.  S'ils ont peint en noir le processus électoral piloté par Ngoy Mulunda , les observateurs internationaux ainsi que les capitales occidentales se sont gardés de se prononcer sur l'ordre d'arrivée. D'autres ont laissé entendre que les nombreuses irrégularités n'ont pas affecté pour autant l'ordre dans lequel les candidats à la président ont été proclamés. 

Ces réserves n'ont pas empêché Etienne Tshisekedi, arrivé deuxième de s'autoproclamer «vainqueur» du scrutin. Le leader de l'Udps ne s'est privé de rien. Puisqu'il a été jusqu'à prêter serment au cours d'une cérémonie surréaliste organisée rue Pétunias à Limete.  Un exercice qui s'est apparenté plus à un baroud d'honneur à usage interne qu'à une détermination du challenger de Kabila à prendre possession du  Palais de la nation.

N'empêche que coutumier du jeu " qui perd gagne ", Etienne Tshisekedi est sorti une fois de plus renforcé  dans son rôle " d'empêcheur de gouverner en rond ". Plus soucieux de soigner sa légende d'opposant en chef voire de seul opposant véritable, le patron de l'Udps peut, de ce point de vue, boire du petit lait. La séquence "vérité des urnes " lui a donné une occasion de réoccuper tout le champ de la contestation. Un exercice que Tshisekedi affectionne particulièrement.  Le reste, c'est-à-dire la stratégie de prise effective du pouvoir et son exercice ne semble pas vraiment sa tasse de thé. Hier comme aujourd'hui, le lider maximo ressemble toujours à ce général romain qui savait vaincre, mais qui ne savait pas profiter de ses victoires.

LE «CAILLOU M23»

Si la croisade " vérité des urnes "  s'est estompée ou presque, un autre caillou s'est introduit dans la chaussure du Président. Il s'agit de cette énième agression couverte par le M23.  En somme, plus que les seules velléités belliqueuses de Paul Kagame pour cause d'espace vital, il s'agit d'un épisode du même feuilleton tragique commencé dans les années 90 et dont le but est, a défaut du démembrement de l'ex- vaste comptoir légué par Léopold II, le pillage des ressources. Et pour le coup, le clan Kagame jouit de puissants appuis qui vont des multinationales anglo-saxonnes aux personnalités de premier plan dans les instances de décision au niveau de la fameuse communauté internationale.  Il a fallu que un à un ces soutiens se rétractent et que des capitales occidentales appliquent des sanctions  pour que Kigali et,  accessoirement, Kampala commencent  à lâcher du lest. 

Reste que cette guerre de trop du Kivu aura perturbé la mise en œuvre du programme quinquennal de Joseph Kabila. Réélu dans l'ex-Kivu - moins triomphalement il est vrai qu'en 2006 - le Raïs voit son capital sympathie de pacificateur quelque peu écorné.   Et la prise de Goma, le 20 novembre -quoi que récupéré depuis - et l'occupation continue de Rutshuru auront été des coups durs portés contre le Président. Pour 2013, Joseph Kabila devrait sortir le grand jeu pour reconquérir politiquement le Kivu.  Ce qui est loin d'être une sinécure.

[José NAWE]


Cet article a été lu 6608 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0