RDC : Vers un divorce entre Kinshasa et ses partenaires ?

Font size: Decrease font Enlarge font
image Roger MEECE - Chef de la MONUSCO

La polémique est lancée et elle est de mauvais augure. A quoi va aboutir ces rapports tendus entre la RDC et ses partenaires extérieurs ? Difficile de le dire pour l’instant. Toutefois, ces attaques et ripostes vont crescendo. Elles sont ponctuées de phrases provocantes qui ne cachent pas grand-chose sur la nervosité qui étreint les partenaires.

Ça sent mauvais entre la République démocratique du Congo et ses principaux partenaires bilatéraux et multilatéraux. En l’espace que 72 heures, l’on assiste à une étonnante escalade verbale qui risque d’assombrir leurs relations. De polémique en polémique les choses se corsent.

En fin de semaine passée, à la suite de la «marche des chrétiens» du 16 février, interdite et ensuite réprimée, les partenaires de la République démocratique du Congo, avaient élevé une vive protestation pour condamner l’intervention énergique de la police. La MONUSCO, l’Union européenne ne s’étaient fait prier à travers des communiqués de presse pour exprimer leur indignation.

S’appuyant sur les prescrits de la Constitution, ils étaient étonnés de voir les «manifestations pacifiques» être interdites et réprimées.

Lambert Mende, ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, avait promptement réagi accusant ses partenaires «d’ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat souverain». En plus, avait-il ajouté, la RDC n’avait de leçon à recevoir de personne.

La réplique est tombée tout de suite. L’ambassadeur de France, au nom de ses collègues de l’Union européenne, n’est pas allé de main morte pour faire observer qu’entre «amis» on pouvait se dire des choses même qui peuvent choquer, pourvu que l’on avance.

Et comme si cela ne suffisait pas, le ministre de la Communication, dans son dernier point de presse, a fait observer «qu’il n’y avait pas eu usage excessif de la force». Il ne s’est pas arrêté à ce niveau. Il a abordé, notamment, le processus électoral en cours. Là, il s’est évertué à démontrer que le gouvernement congolais a, lui seul, pris en charge l’organisation des scrutins du 28 novembre 2011. Or, l’on sait que les résultats de ces élections justifieraient la marche projeté le jeudi 16 février 2012 pour poser des exigences politiques.

Réponse du berger à la bergère. Un autre partenaire de la RDC, en l’occurrence la MONUSCO, n’a pas voulu se laisser conter des contre vérités. Hier mercredi au cours de son point de presse, le porte-parole a tenu à rétablir la vérité. «La communauté internationale a beaucoup contribué aux élections de 2011», a dit M. Mounoubaï. Et de poursuivre : «Je m’inscris en faux. Les bailleurs de fonds ont joué un grand rôle. La Belgique, le Canada, la France, la Grande-Bretagne, la Suisse, la Suède, les Pays-Bas… tous ces pays ont contribué financièrement à travers le PACE et le PNUD, aux élections présidentielle et législatives nationales du 28 novembre 2011 en mettant également à la disposition de la CENI 27 hélicoptères et 5 avions pour transporter et dispatcher les différents matériels électoraux sur toute l’étendue du territoire. Nous avons contribué avec 8.000.000 de litres de carburant. Nous avons dépensé 30.000.000 USD pour payer la totalité des agents de la CENI à l’intérieur du pays. Et quand on dit que la Communauté internationale n’a rien fait pour ces élections, cela nous étonne un peu. Cela n’est pas vrai».

UNE PENTE DANGEREUSE

La polémique est lancée et elle est de mauvais augure. A quoi va aboutir ces rapports tendus entre la RDC et ses partenaires extérieurs ? Difficile de le dire pour l’instant. Toutefois, ces attaques et ripostes vont crescendo. Elles sont ponctuées de phrases provocantes qui ne cachent pas grand-chose sur la nervosité qui étreint les partenaires.

D’aucuns se demandent si cette polémique ne serait pas lancée à dessein. Le processus électoral n’est pas encore arrivé à son terme. Autrement dit, la politique de minimisation des partenaires profiterait à qui ?

Toutes ces phrases choquantes pourraient, à la longue, émousser les bonnes volontés, voire soulever des obstacles imprévisibles. La RDC a grand intérêt à mener le processus électoral jusqu’au bout. C’est un devoir constitutionnel tendant vers l’établissement effectif d’un Etat de droit.

L’escalade verbale observée entre Kinshasa et ses partenaires ferait penser à des agendas cachés de part et d’autre pour bloquer le processus électoral. Leurs rapports se trouvent sur une pente raide, sinon dangereuse. La RDC est dans une période cruciale de son développement et tout incident, quel qu’il soit, pourrait estomper l’élan pris.

[Le Potentiel]


Cet article a été lu 6064 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (5 posted):

Gaston Médard on 23/02/2012 18:30:44
avatar
Divorces entre les diables et diablotins ? Il y en aura pas aussi longtemps qu'un nègre de service pourra garantir le pillage de ce pays. Seule la honte d'être tombé si bas qui mine les deux camps. C'est juste que les ocidentaux auraient honte de Kabila tel que nous dévoilent quelques indiscrétions de cette arène nauséabonde kabiliste (la mangeoire nationale. Mais ils comptent laisser le temps au temps. L'histoire de la politicaillerie congolaise a la facheuse habitude de se répéter. Plus que tout, ils comptent sur la médiocrité congolaise pour remettre les choses en ordre au grand dam de ce peuple qui aspire à son affranchissement; contrairement à ce que les colons-esclavagistes s'imaginent. Aujourd'hui, les esclavagistes primaires sont de peau noire. Pitoyable !
Thumbs Up Thumbs Down
2
on 23/02/2012 13:47:58
avatar
Avec un régime de pouvoir basé sur les mensonges, les tricheries, les assassinats, les violences, le vol et la débauche, les résultats ne peuvent être que la rupture entre des partenaires aussi loufoques que profiteurs.
Thumbs Up Thumbs Down
1
lezzy on 23/02/2012 13:17:32
avatar
Le congo démocratique est un pays souverain, le Ministre Mende a raison , les pays d'europe qui ne souhaiteraient pas travailler en RDC, n' ont qu'à partir le monde n' est plus celui d'hier la RDC restera la RDC ,ils peuvent se poumonner comme ils veulent et d'ailleurs jusqu'à preuve de contraire aucune puissance occidentale ne quittera la RDC car elle aura tout perdu la RDC doit travailler avec le monde entier et non prisonnier des occidentaux,botika bilobela , y' okomi artcle oyo loba na bango bakanga bisaka
Thumbs Up Thumbs Down
0
kapia on 23/02/2012 07:39:20
avatar
VUVUZILA-CHAKU-CHAKU-MENDE TERMINE LE FEU QUE TU VIENS D'ALLUMER.
OBEBISELI KANAMBE COPE ZELA SIKOYO LIWA NAYO OR PAKATA MBANGU BA BELELA YO MOYIBI NA SIMA EKO SALA RIEN,YAKA NA POTO OSALISA MUANA NAYO MUSALA YA FACTEUR KIEKIEKIEKIE
Thumbs Up Thumbs Down
1
on 23/02/2012 04:59:01
avatar
La MP et Compagnies doivent très rapidement aller se confesser pour avoir profané les lieux saints du culte catholique de Kinshasa.
Ce que les Juifs n'ont jamais osé faire,malgré leur victoire sur les musulmans à Jérusalem.
Elles avaient donc commis un péché imprescriptible et impardonnable,et punissable jusques à plusieurs générations.
Et,la meilleure pénitence consistera à restituer à Tshisekedi sa victoire,sinon MENE MENE TEKEL O PARSIN...(écrira la Main de Dieu contre elles).Et,elles seront chassées du Pouvoir.
Thumbs Up Thumbs Down
0
total: 5 | displaying: 1 - 5

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0