RDC : L’histoire se répète

Font size: Decrease font Enlarge font
image Paul KAGAME - War criminal

Depuis la publication de quatre rapports des Nations unies sur les pillages de richesses de la République Démocratique du Congo (RDC), aucune société multinationale ou aucun pays pilleur n’est inquiété ni traduit en justice.

La résolution des conflits dans la région de Grands Lacs passe par le partage des ressources transfrontalières et le commerce transfrontalier entre les pays des Grands Lacs, dit-on. Cette logique non seulement légitime et légalise les pillages de richesses de la RDC à travers la mise en place de la CEPGL, CIRGL, mais aussi contribue à l’effacement des traces des 5,4 millions de morts congolais.

Depuis la publication de quatre rapports des Nations unies sur les pillages de richesses de la RDC, aucune société multinationale ou aucun pays pilleur n’est inquiété ni traduit en justice, à part l’Ouganda qui a été condamné par la Cour internationale de justice, à payer à la RDC 10 milliards dollars Us à cause de la guerre de 6 six jours contre le Rwanda à Kisangani. Le régime de Kagame n’ayant pas reconnu la compétence de la Cour internationale de justice, Kigali a échappé à la condamnation.

Au lieu de condamner ces multinationales et ces pays agresseurs pour les pillages de ressources de la RDC, après avoir fait pression sur les Nations unies pour éviter la publication desdits rapports, les gouvernements occidentaux soutiennent la création de la Conférence internationale de la région de grands Lacs (CIRGL) et la renaissance de la Communauté des pays des Grands Lacs. Dans ce contexte, un nouveau discours est développé par certains hommes politiques et certains africanistes occidentaux : le partage des ressources transfrontières. Pour faire asseoir ce nouveau discours, les bailleurs des fonds occidentaux et certaines ONG locales et internationales organisent des séminaires, des ateliers et d’autres forums au Congo et dans les sous-régions d’Afrique centrale et australe.

Les donateurs ou les bailleurs de fonds de ces ONG ne sont autres que des gouvernements et ONG occidentales dont les sociétés ont été impliquées dans la guerre de prédation des richesses à l’Est de la RDC, pour la plupart citées dans les rapports des Nations unies.

En dehors du partage des ressources transfrontalières, l’idée du commerce transfrontalier est lancée par les bailleurs de fonds. Selon ces derniers, le commerce entre les populations transfrontalières peut contribuer à mettre fin aux conflits armés dans la sous-région.

Cette conception de résolution des conflits armés soulève certaines interrogations. Tous les observateurs de la région des Grands Lacs soulignent que les guerres dans les Grands Lacs sont des guerres de mines. Deux Canadiens dans leur ouvrage «Noir Canada, pillages et corruption en Afrique», ont démontré que les multinationales domiciliées au Canada et dans Iles Vierges ont financé et soutenu la guerre d’agression menée contre la RDC par le Rwanda, le Burundi et l’Ouganda pour le contrôle des mines. Ce ne sont pas de paysans rwandais, ougandais ou burundais qui connaissent l’utilisation du coltan, cassitérite et autres minerais. Les Congolais, Rwandais, Ougandais et Burundais ont toujours fait leur commerce sans qu’il y ait un intermédiaire. Mieux, ils ne se sont jamais fait la guerre.

Par ailleurs, ni le Rwanda, ni l’Ouganda encore moins le Burundi ne disposent pas d’usines de transformation du coltan et autres minerais.

Qu’est-ce-qui se cache derrière tous ces discours sur le partage des ressources transfrontalières, le commerce transfrontalier et la mise en place des organisations sous-régionales telles la CEPGL et la CIRGL ? Trois explications.

D’abord, la légitimation des pillages des richesses de la RDC. Mécanisme par lequel le Rwanda, l’Ouganda, les multinationales peuvent puiser des richesses du Congo sans aucunes inquiétudes. A travers le commerce transfrontalier, les opérations qui se passaient dans la nuit vont désormais se passer en plein jours.

Les frontières entre le Rwanda et la RDC n’existent plus dans le cadre de la CEPGL. Kigali et Kampala deviendront les voies par lesquelles les minerais de guerre peuvent être vendus, sans gêne, aux acheteurs occidentaux et orientaux. Dans cette légitimation de pillages de ressources de la RDC, le Rwanda sera la plaque tournante. A cet égard, le romancier britannique John Le Carré dans «le Chant de la mission» souligne que «le plan américain, c’est consolider la présence économique et commerciale du Rwanda au Congo oriental (Est de la RDC) jusqu’à la rendre incontournable». Les multinationales occidentales prévoient déjà la mise en place d’une bourse de matières premières. Or, le Rwanda n’a presque pas de minerais. D’où viendraient ces minerais ? Bien sur de la RDC. D’ailleurs, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair serait le conseiller économique du président rwandais Paul Kagame.

Ensuite, la légalisation des pillages est formalisée à travers les organisations sous-régionales comme la Communauté économique des pays des Grands Lacs et la Conférence internationales des grands lacs africains. A cet égard, l’idée de marché commun de l’ancien sous-sécrétaire d’Etat américain aux affaires africaines, M. Herman Cohen, illustre bien cette formalisation. Herman a proposé dans son article de décembre 2008 paru dans «New York Times» qu’il faut établir un marché commun entre les provinces de l’Est du Congo et le Rwanda, le Burundi et l’Ouganda, pour légaliser le trafic des produits miniers et agricoles …

Enfin, l’effacement des traces du fleuve de sang des 6 millions de Congolais. Tout est mis en place pour brouiller les traces pour que les jeunes congolais et congolaises n’aient pas de repères historiques. Ce n’est pas la première fois que les capitalistes prédateurs mettent en place des stratégies pour effacer les pages noires de l’histoire congolaise. En effet, entre 1885 et 1907, le roi des Belges, Léopold II et l’Etat Indépendant du Congo ont fait un génocide de 10 millions des congolais à cause du caoutchouc qui devraient entrer dans la production des pneus. Et pour effacer les traces du sang des Congolais, la communauté internationale de l’époque a proposé que l’Etat indépendant du Congo devient le Congo-belge sans qu’il y ait procès contre le roi Léopold II et les capitalistes prédateurs. Curieusement, l’histoire se répète. La mise en place de la CEPGL et CIPGL s’inscrit dans cette même logique de négation de l’histoire douloureuse des Congolais.

Par Freddy mulumba kabuayi


Cet article a été lu 10828 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (6 posted):

fila on 04/11/2011 01:38:53
avatar
pourquoi notre gouvernement nèst capable de negocier avec tout ces puissances occidentaux au lieu dàller via le rwanda quìls viennent directement chez nous arretons de nous entetes pour rien,thabo mbeki said << if you can`t beat them just join them>>
Thumbs Up Thumbs Down
0
Gaston Médard on 26/10/2011 18:51:59
avatar
Comment ne peut-elle pas se répéter, alors que tous les ingrédients sont perpétuellement dans la marmite pour mijoter les déboires de notre peuple ? Un peuple inconscient maintenu dans un état d'analphabète; des intellos de caniveau; des dirigeants intellectuellement inaptes et impotents; et l'inexistence des élites,... Les mêmes can-cres et couil-lons aux commandes du pays qui ne font que reproduire le modèle leur légué par leurs clones: le décor est bien planté. Comment en peut-il être autrement que de signer la fin de ce pays jadis l'espoir de tout un continent ?
Thumbs Up Thumbs Down
0
Eveilleurs on 26/10/2011 07:46:36
avatar
Ci ça ne va pas, alors prenons les choses en main, que la population Congolaise se batte pour ses richesses. Ayons le même courage que celui de nos frères du Delta du Niger au Nigeria. Nos complaintes, personne ne les prend au sérieux et nous voulons toujours continuer à se complaindre, qui nous prêtera son oreille? Personne! Alors levons-nous comme un peuple. Ce n'est plus le moment de crier ni d'écrire, c'est le moment d'actions.
Thumbs Up Thumbs Down
0
Nestor on 26/10/2011 19:11:05
avatar
Tu as vu juste mon frère. Et si le gouvernement congolais ne porte pas plainte contre ceux-là qui ont commis abomination de la désolation dans notre pays et qui courent la rue se faisant recevoir avec pompe et faste sur le perron élyséen, qui peut le faire ? Mawa !
Thumbs Up Thumbs Down
0
on 26/10/2011 03:39:10
avatar
Thumbs Up Thumbs Down
-2
Taïbu KASONGO on 26/10/2011 02:04:41
avatar
"Communauté Economique des Grands Lacs"...
Non mais c'est que ce machin ???
Moi j'appele ça un mouton à 5 pattes !!!
Tout comme l'euro et l'Union Européenne sont en train de couler, parce que ce truc ne peut pas marcher, cette espece d'instance rwandaise dite "des Grands Lacs" ne pourra pas fonctionner.
Rappelons quand même que l'on ne peut construire une communauté qu'en situation de paix. Hors ni KONGO, ni le rwanda ne sont en situation de paix. Nous avons affaire avec 2 macaques criminels de guerres, aux commandes de ces deux pays.

L'histoire ne se repetera pas dans ce cas précis. Car désormais le peuple KONGO a bien été conscientisée de la situation dramatique du pays, des crimes et du pillage organisé dont il est victime.
De plus, les états occidentaux, principaux soutiens et appuis logistiques de l'agression de KONGO par le rwanda, sont en situation de faillite financiére et economique.
Le rwanda finira donc par se retrouvé seul face à la colére grandissante des KONGOLAIS.

LA VENGEANCE EST UN PLAT QUI SE MANGE FROID...
Thumbs Up Thumbs Down
2
total: 5 | displaying: 1 - 5

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0