Politique du ventre : Mea culpa de NE MUANDA NSEMI... après voir bouffé l’argent de «KABILA»

Font size: Decrease font Enlarge font
image Zacharie NE MUANDA NSEMI

La culture de la miséricorde préoccupe au plus haut point Ne Muanda Nsemi. Se référant à Nelson Mandela et à Jésus-Christ, il demande pardon à tous les acteurs politiques qu’il estime avoir offensés et promet en même temps de pardonner à tous ceux qui lui ont fait du tort. Ce mea culpa et cette culture du pardon, Ne Muanda Nsemi en fait part dans le dernier numéro de son dépliant ’’Kongo dieto’’ n°2368, paru le 3 mars 2016.

Au nombre de ces politiques avec qui il tient à se réconcilier, le numéro un de Bundu dia Mayala cite le chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, Marie-Thèrese Nlandu, Jean-Claude Mvuemba, Vital Kamerhe, Moïse Katumbi, Tshisekedi wa Mulumba, Jean-Pierre Bemba et Kengo wa Dondo. 

Trêve de conflits inutiles. Ne Muanda Nsemi a, dans la foulée, promis de pardonner le Géneral Raüs pour avoir été à la tête de l’assaut des adeptes de Bundu dia Kongo, son mouvement mystico-spirituel, en 2008, tout en lui demandant de payer les dommages et intérêts. Au Général Kalume, il accorde pardon pour ses tentatives de nuire à sa personne.

Il a également présenté ses excuses au gouverneur de la ville, André Kimbuta, à la majorité présidentielle comme à l’opposition, à Eddy Kapend, à Azarias Ruberua, ainsi qu’à tous les kassaïens, pour avoir parfois été dur à leur égard.

APPEL AU PARDON MUTUEL

Le numéro un du parti politique Bundu dia Mayala a, par ailleurs, souligné que "le pardon mutuel et la collaboration franche entre acteurs politiques congolais et d’autres personnalités constitue le moyen par excellence de trouver des réponses appropriées aux problèmes auxquels la RDC se trouve confrontée".

Déterminé à collaborer actuellement avec tout le monde, Ne Muanda Nsemi a indiqué que le dialogue, la vérité et la réconciliation sont la voie du salut pour la République démocratique du Congo. Il estime que les Congolais doivent se parler et se pardonner mutuellement pour tous les maux commis.

HARO SUR LES INJURES !

"Il faut que le temps des injures tous azimuts prenne fin", souligne-t-il. Selon Ne Muanda Nsemi, l’heure des querelles inutiles, des guerres, des injures est révolue. Le sang du peuple congolais ne doit plus couler. A cette occasion, il invite tous les acteurs politiques à la culture du dialogue et du pardon.

"Il est temps de reconnaitre la Vérité sur les forfaits commis, de demander pardon et de rechercher une véritable réconciliation", souligne Ne Muanda Nsemi, avant de rappeler que Nelson Mandela a aussi pardonné ses détracteurs d’hier, après sa sortie de la prison. Il en est de même du fils de Dieu, Jésus Christ, pour ceux qui lui ont voulu la mort.

L’HEURE DU DIALOGUE A SONNE !

Ne Muanda Nsemi a avancé qu’il est temps pour lui et à sa formation politique d’arrêter d’injurier. C’est plutôt l’heure du dialogue pour une réconciliation qui viendra du fond du cœur. Car, indique-t-il, il s’agit des filles et fils du même pays.

Il a, par ailleurs, rappelé que nombre des fois où il s’est attaqué à telle ou telle personnalité du pays, c’était en réaction aux provocations précédentes. Il a souligné qu’il n’a jamais été le premier à attaquer une personnalité politique ou militaire du pays. Ce sont plutôt les autres qui ont toujours été les premiers à l’injurier, conclut-il.

[Orly-Darel NGIAMBUKULU]


Cet article a été lu 56789 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
2.25