RDC : KYUNGU opte pour le dialogue ?

Font size: Decrease font Enlarge font
image Gabriel KYUNGU WA KUMWANZA

Chaque jour qui passe voit se clairsemer les rangs des réfractaires au dialogue inclusif pour des élections apaisées. Ces deux dernières semaines du mois de février en ont été symptomatiques. Il faut, cependant, regretter que ce mouvement vers la patrie et la Nation se fasse toujours suite aux instigations des étrangers. Sermonné par ban Ki Moon jeudi dernier ? Kyungu a aussi décidé de rejoindre les rangs du dialogue.

Le 16 février 2016, en effet, l’Union Africaine, l’Union Européenne ; l’Organisation Internationale de la Francophonie et les Nations-Unies avaient, dans une déclaration, appelé tous les acteurs politiques à ne ménager aucun effort pour assurer la tenue réussie des élections, préserver la paix et approfondir la démocratie, y compris à travers un processus démocratique ; bref tout ce que le dialogue vise comme objectifs. Et c’est en toute logique que ces quatre organisations relevaient l’importance de ce dialogue pour ainsi y convier les Congolais.

Au le demain de cette déclaration, le G7 s’est fendu de sa propre déclaration dans laquelle il jouait de la sémantique en disant rejeter le dialogue sous le format proposé par Kabila et préférer des négociations directes entre acteurs politiques. A présent c’est au tour de l’un des ténors de cette plate-forme politique de se singulariser dans ce même sens dans une déclaration solitaire faite après le passage de Ban Ki Moon à Kinshasa où il a déclaré, le 24 février dernier, qu’il n’y a pas d’autre solution qu’un dialogue inclusif pour apaiser la situation en RDC et permettre la bonne tenue des élections. Et il a recommandé au Président de la République, Joseph Kabila Kabange, d’organiser un tel dialogue.

Kyungu Wa Kumwanza, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a déclaré hier, le 25 février 2016 dans une conférence de presse à Kinshasa, qu’il souscrivait à ce dialogue, mais à condition que cela se fasse sous l’égide de la communauté internationale. «Nous sommes complètement d’accord avec l’appel du secrétaire général de l’Onu qui plaide pour des pourparlers politiques avec le pouvoir, mais à condition que cela se fasse sous l’égide de la Communauté internationale», a-t-il déclaré, en effet.

Pour le reste, Kyungu ne cherche qu’à sauver les apparences, lui qui, avec ses pairs du G7, ne fonctionne que sur les injonctions des étrangers. La preuve c’est qu’il a fait allégeance au dialogue, en jouant sur la sémantique, au sortir d’une audience auprès de Ban Ki Moon. Le même Ban Ki Moon à qui Kabila, en réponse à une exigence de l’opposition bien longtemps avant Kyungu, avait adressé une liste de personnalités sur laquelle il l’avait invité à désigner un médiateur/modérateur du dialogue.

Reçu par le SG de l’ONU, le Président national de l’UNAFEC avait là une belle opportunité de lui demander où il en était avec cette requête. L’a-t-il fait ?

En attendant, toujours en rapport avec la demande d’une implication de la communauté internationale pour la tenue du dialogue, l’Union Africaine a désigné Edem Kodjo qui est en plein travail de facilitation. Bref, tout pour dire que Kyungu Wa Kumwanza ne fait qu’enfoncer une porte ouverte, juste pour ne pas perdre la face devant son opinion après avoir été rappelé à l’ordre par ses parrains occidentaux.

[Pascal Debré Mpoko]


Cet article a été lu 5790 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
2.00