RDC : Dialogue, la bavure de Vital KAMERHE

Font size: Decrease font Enlarge font
image Vital KAMERHE LWA KANYINGINGYI

Intervenant sur Top Congo le lundi 23 novembre 2015, M. Vital KAMERHE a, pour justifier son refus de répondre à l’invitation du Chef de l’Etat aux Consultations en prévision du dialogue, évoqué entre autres raisons le fait que la Société Civile et les artistes y étaient aussi conviés. Cela aurait constitué un désordre, selon Vital KAMERHE. Il aurait fallu que le Président de la République se limitât aux seuls chefs de partis politiques comme l’aurait fait dernièrement le Président François Hollande en France.

Nous pensons que Vital KAMERHE aurait dû se limiter à revendiquer ses droits de préséance en tant qu’ancien Président de l’Assemblée Nationale et Candidat Président de la République plutôt que de minimiser la place et le rôle de la Société Civile et des artistes dans la recherche des solutions pour la bonne marche de notre nation. Pas plus tard que le mardi 17 novembre dernier vital KAMERHE et ses compères dirigeants de l’opposition se sont appuyés sur la Société Civile pour former un front commun anti-dialogue. Pour Vital KAMERHE, la Société Civile ne mérite pas d’être consultée par un Chef de l’Etat. Elle doit servir de marche -pied des partis politiques, bien que beaucoup parmi ces derniers soient sans aucune base sociologique.

C’est pour cela que le pauvre Christopher NGOY continue à croupir en prison pendant que les fameux dirigeants des partis politiques qui ont joui de son leadership se la coulent douce. Qui oubliera que la marche du 16 février 1992 était une initiative et organisation de la Société Civile ? Faut-il rappeler qu’au début de la CNS c’est la Société Civile qui avait encouragé l’opposition qui se terrait au Centre Nganda à descendre au Palais du peuple pour affronter la majorité du MPR fidèle au Président MOBUTU ? Que tous les membres du Bureau de la CNS et du Haut Conseil de la République (HCR) y avaient accédé grâce à la Société Civile alliée à l’Union Sacrée de l’Opposition Radicale (USOR) ? Près de nous et très récemment, " le Ballet citoyen ", et " y en a marre " qui ont changé la donne politique au Sénégal et au Burkina-Faso sont des structures et des initiatives de la Société Civile ?

M. Vital KAMERHE voudrait que le Président KABILA s’aliène la Société Civile pour que celle-ci soit à la solde de l’opposition qui se dit être le "Sauveur " du peuple congolais et taxe le pouvoir de " Diable, Satan et Affameur " du peuple. Non, ce discours démagogique ne passe pas et ne passera pas. Beaucoup d’Opposants de la Conférence Nationale Souveraine (CNS) à nos jours sont passés au pouvoir et sont retournés à l’Opposition sans changer les conditions sociales du petit peuple. Voilà pourquoi nous réitérons notre conseil aux dirigeants de différentes structures de la Société Civile à demeurer une force-tampon et non membre d’un quelconque regroupement politique de gauche ou de droite. Cependant ils doivent travailler en collaboration avec les dirigeants des Institutions établies du pays à qui ils doivent donner, avec courage et objectivité, leurs points de vue pour la bonne marche des communautés locales, provinciales et nationales.

Merci et félicitations au Chef de l’Etat, Joseph KABILA KABANGE, de reconnaître la place et le rôle que méritent la Société Civile et les Artistes et hommes de culture Congolais, relais naturel et porte-voix des populations disséminées à travers le pays.

Quant au dialogue où la Société Civile est un de trois partenaires, l’on peut compter sur beaucoup de ses acteurs soucieux d’épargner à nos populations de servir de fonds de commerce et de chair à canon pour certains acteurs politiques. Plus de 16 février 1992, ni de 19 janvier 2015 !

Quant aux artistes qui, du reste n’ont pas été reçus par le Chef de l’Etat, ils n’ont qu’à tirer toutes les conséquences des propos de Vital KAMERHE. Eux dont la nation a reconnu le mérite à travers 84 lauréats nationaux il y a un an.

Si Vital KAMERHE reconnaît qu’il a été indélicat par inadvertance, il convient qu’il s’amende le plus tôt possible. Autrement...

Kinshasa, le 24 novembre 2015

* L’auteur de cette tribune est un Artiste-Ecrivain et Promoteur du BAC et du Conseil National de la Culture, Président du Comité des Sages du Cadre de Concertation nationale de la Société Civile


Cet article a été lu 5118 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0