Etienne TSHISEKEDI : La stratégie de la résignation

Font size: Decrease font Enlarge font
image Etienne TSHISEKEDI, Vital KAMERHE.

Il est souvent reproché à l’opposition d’être aphone ou de se cabrer en permanence dans la défensive alors que la meilleure stratégie politique serait l’attaque avec des dossiers qui mettent en difficulté les adversaires politiques.

"Chaque génération a le choix entre trahir ou accomplir sa mission". «Celui qui lutte peut gagner ! Celui qui ne lutte pas a déjà tout perdu !». « La vision qui consiste à négocier avec un dictateur peut même être dangereuse : les négociations donnent au dictateur une légitimité dont il a besoin pour asseoir son pouvoir».

Le rappel des ces principes nous conduit à l’actualité politique du moment en RD Congo. Certains députés « élus » de l’opposition veulent siéger au sein de cette institution «made in CENI» de Daniel Ngoy Mulunda. Pour quel combat et pour gagner quoi dès lors que les vraies préoccupations de la population sont canalisées par les forces de changement réunies autour du président Etienne Tshisekedi wa Mulumba ? La majorité dans cette assemblée est détenue par le camp Kabila avec plus de 350 «députés» sur 500. La phagocytose des «députés» issus de l’opposition ne saurait tarder lors de décisions importantes, notamment lors de l’élaboration du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. La « majorité présidentielle » MP pro-Kabila ne fera aucun cadeau à l’opposition qui totalise à peine « théoriquement » plus d’une centaine des députés sans compter les classiques défections. En prélude à cette domination, il suffit de prendre connaissance des propos tenus récemment par Joseph Kabila à sa famille politique et rapportés par la presse : « pour des raisons qui tiennent au jeu démocratique ; il n’y aura ni concession, ni gouvernement d’union nationale». C’est tout dire. Comme on peut le constater, dans une dictature, le seul homme politique c’est le dictateur lui-même, toutes les autres personnes ne sont que des «suiveurs».

Le président élu, Monsieur Etienne Tshisekedi wa Mulumba, n’a pas eu besoin d’une trop longue réflexion pour prendre sa décision d’annuler les élections législatives du 28 novembre 2011. Sur base de la Constitution qui régit actuellement la RD Congo, il est le garant de la Constitution et des Institutions. Agir autrement c’est cautionner des fraudes massives et des antivaleurs. On ne peut pas vouloir une chose et son contraire à la fois. Ou bien on est avec Tshisekedi ou on n’est pas avec lui et on le lui dit.

Décision non concertée ?

Nous entendons ci et là certaines personnes dire que la décision du président Tshisekedi d’annuler les élections est unilatérale et non concertée. Concertation oui, mais entre la Présidence de la République et quelle structure ? Le moins que l’on puisse dire est qu’aucun effort n’est fait par ces personnes pour comprendre le bien-fondé de cette décision logique empreinte de cohérence politique et intellectuelle. 

Certains députés « élus » de l’opposition partisans de la participation à tout prix ont tendance à oublier les objectifs de 30 ans de combat politique du Président Tshisekedi. Bien plus, aucune argumentation convaincante ne lui est fournie pour infléchir sa position. Sont-ils convaincus que le fait de siéger dans cette Assemblée largement dominée par la « MP », la RD Congo sera un Etat de droit ? Avec cette assemblée, sauront-ils éradiquer la corruption, la mauvaise gouvernance et les violations des droits de l’homme ? Rien n’est moins sûr dès lors que les partisans de Kabila disposant d’une majorité trop confortable ne feront de cette institution, à l’instar de la précédente législature, qu’une caisse de résonnance de leur exécutif. 

Par quel mécanisme démocratique et parlementaire nos « élus » de l’opposition feront-ils triompher leurs thèses dès lors qu’il s’agit d’un problème d’arithmétique parlementaire et du jeu démocratique ?

Sort réservé au Président du Bureau provisoire.

Le Président du Bureau provisoire actuel ne comprend pas qu’il est instrumentalisé. Son rôle se limite à valider les mandats des « députés élus » et mettre en place le Bureau définitif de l’Assemblée nationale. Mais en attendant, il fragilise son parti et la vraie opposition par son attitude. Bientôt, il sera relégué dans les oubliettes et se rendra dans son Madimba en honorable déshonoré. Etant donné le cynisme bien connu des kabilistes, ils peuvent même aller jusqu’à invalider plus son mandat par la Cour suprême de justice (CSJ) comme ils ont fait il y a de cela 5 ans avec Monsieur Mbenza Thubi. Il suffit qu’il y ait un recours de quelqu’un de la MP contre l’actuel Président du Bureau provisoire et ainsi la messe sera dite. Ce sont eux qui contrôlent la CSJ qui n’est pas du tout indépendante. Il continue à se réclamer de l’UDPS, laquelle ? car il n’est sûrement plus dans celle dirigée par Tshisekedi. 

Polémique non fondée

Dans certains médias audio sur le net, un ancien Secrétaire Général de l’UDPS s’en est pris de manière discourtoise à ses collègues candidats qui n’étaient pas « élus » ou « nommés » pour devenir « députés » de cette Assemblée de la fraude. Cela étonne plus d’un observateur car cet ancien SG était l’Animateur de la structure qui a piloté les élections au sein de ce parti. Comment comprendre qu’il fasse semblant d’ignorer les injustices dont certains membres de son Parti et d’autres de l’opposition ont subi de la part de la CENI ? Cet ancien SG de l’UDPS sait-il que même dans les rangs de ces « élus » ou « nommés » issus de l’opposition ; certains ont largement bénéficié du concours charitable de la CENI pour devenir « député » ? Nous connaissons tous trop bien ce qui s’est passé. Avant de critiquer les « non élus » dont la plupart sont des victimes de ces manœuvres électorales frauduleuses, il aurait fallu plutôt afficher une attitude de solidarité. Pour beaucoup d’observateurs, il est inutile d’alimenter cette polémique qui marque le début de l’ivresse du pouvoir dans le chef de certains « élus » issus de l’opposition et qui ne peut que faire le jeu de l’adversaire politique.

L’argent et l’honneur

Beaucoup de ces « élus » ou « nommés » issus de l’opposition utilisent des arguments spécieux pour justifier la participation à cette assemblée. Les plus courants sont notamment : éviter la politique de la chaise vide… , il faut se battre à l’intérieur…, il faut siéger au nom des mandats donnés par les bases qui nous ont « élus »,… Il n’est pas certain que les véritables bases électorales soient d’accord avec eux car ils n’arriveront jamais à nous démontrer comment avec la majorité de ces députés kabilistes, produits de la fraude électorale massive, ils parviendront à améliorer le sort de cette population qui risque de croupir encore pendant 5 ans dans la misère innommable. C’est l’argent qui est la véritable motivation de cette participation. Cela est humainement compréhensible mais malheureusement tout à fait incompatible avec les objectifs de notre lutte politique.

S’agissant de l’argent, il est clair que la précarité dans laquelle nous vivons tous nous pousse à accepter l’inacceptable. Siéger pour toucher l’argent venant de ceux que nous combattons, c’est cela la résignation et l’essoufflement de certains membres dits de l’opposition qui mettent leur confort personnel à l’avant plan. Les caisses de l’Etat sont vides. Où le gouvernement trouvera-t-il de l’argent pour payer régulièrement les « députés » pendant que les agents de l’Etat restent des mois impayés ? Une façon de rendre impopulaires les « élus » dits de l’opposition qui ne feront que la figuration.

Bientôt, nous ne manquerons pas d’observer ces « opposants » dans des délégations des missions parlementaires à l’extérieur et dans des Commissions d’enquête ou de contrôle parlementaire de toutes sortes comme pour leur dire «prenez vos perdiems et taisez-vous ». Il n’est pas nécessaire de se battre dans l’opposition pour prétendre avoir ces privilèges.

Ce qui est vrai pour l’argent, l’est aussi vrai pour les honneurs liés à la fonction de député. Nous disons que les véritables « honorables députés » ne seront que ceux seront issus des élections réellement démocratiques, justes et transparentes ; mais qui auront amélioré le niveau de vie des Congolais de par leur présence active dans une véritable Assemblée nationale. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui pour la présente assemblée nationale si on se réfère à la Déclaration de la CENCO, le dernier Rapport du Centre Carter et ceux de tous observateurs nationaux et internationaux. Les observateurs du centre Carter estiment que la situation politique se complique puisque le problème de légitimité qu’ils mettaient en avant après la présidentielle s’étend désormais à l’Assemblée nationale.

Le rapport de force asymétrique.

Ce qui est important pour la vraie opposition, c’est de rétablir la symétrie de rapport de force ou carrément l’inverser. Pour y arriver il faut d’abord bien maîtriser les paramètres sur lesquels repose ce rapport de force et adopter des stratégies adéquates. Parmi ces paramètres, nous pouvons citer : le peuple, l’argent, l’armée et les forces de sécurité, la communication et enfin la communauté internationale.

Le peuple est le paramètre le plus important qui donne la légitimité aux élus. 

L’argent est le nerf de la guerre sans lequel aucune action valable ne peut aboutir. L’armée et les forces de l’ordre avec leur pouvoir de contrainte confèrent l’impérium au pouvoir élu. Nous observons en ce moment comment le pouvoir illégitime en place à Kinshasa use de ce paramètre pour neutraliser le Président élu de la RD Congo. La communication a toujours servi à tenir le peuple informé de la marche du pays et d’être à l’abri des rumeurs et de la désinformation distillées par les tenants du pouvoir illégitime. Actuellement dans notre pays, tous les médias officiels sont confisqués par la famille politique de Joseph Kabila. C’est la pensée unique parce que les tenants du pouvoir ont réussi à rendre l’opposition aphone. Quant à la communauté internationale, elle s’aligne toujours du côté où se trouve l’avantage par rapport à ce rapport de force. C’est ce que nous venons d’observer en RD Congo avec les positions récentes de certains de nos partenaires extérieurs. Que l’on ne se trompe pas. Il n’ y a pas que des intérêts de ces partenaires qui comptent. C’est avant tout la capacité des acteurs politiques de l’opposition d’inverser ce rapport de force qui sera le facteur déterminant du soutien de la communauté internationale.

La question fondamentale est celle de savoir si notre combat avec le Président Tshisekedi permettra d’inverser ce rapport de force. La réponse est forcément affirmative dans la mesure où il a la légitimité populaire. L’avènement d’un Etat de droit en RD Congo étant notre objectif ultime, nous devons commencer par modifier les structures du pouvoir politique et instaurer une démocratie durable. Cela ne peut se réaliser sous certaines conditions : éviter la compromission, chasser la peur et surtout éviter d e s’essouffler prématurément. Toutes les stratégies doivent viser conquérir l’impérium. La participation à cette assemblée nationale n’en est pas une. Elle ne fera que cautionner l’illégitimité.

En effet, toute négociation entre un dictateur et ses opposants démocratiques est vouée à déboucher sur un marché de dupes : la vision "romantique" de dictateurs qui seraient prêts à faire des concessions majeures, est au mieux irréaliste car si un dictateur veut assouplir son régime, il n’a pas besoin de négocier pour le faire. Aucun pouvoir ne peut se maintenir durablement s’il n’a pas d’appui populaire. C’est ce que nos Evêques de la CENCO ont appelé « gouverner par défi ».

L’art d’éluder les dossiers qui fâchent.

Il est souvent reproché à l’opposition d’être aphone ou de se cabrer en permanence dans la défensive alors que la meilleure stratégie politique serait l’attaque avec des dossiers qui mettent en difficulté les adversaires politiques.

L’exemple typique est celui que nous vivons actuellement au sein de cette fameuse assemblée nationale où on s’apprête à valider des mandats des « députés » qui ont des nationalités étrangères. Que fait l’opposition pour faire entendre sa voix à commençant par le Président du Bureau qui ne peut pas prétendre ignorer ce dossier ou qu’il n’a pas de preuve alors que les lettres lui ont été adressées pour lui donner les noms et les preuves de ces caciques de la Majorité présidentielle qui ont des nationalités étrangères. Il ne peut pas ignorer le cas du ministre de la défense sortant de la Défense nationale qui a la nationalité belge.

L’autre sujet qui fâche, c’est la confiscation des médias publics par la famille politique de Joseph Kabila. L’opposition n’a pas encore usé de tous les moyens démocratiques pour libérer ces médias.

Pour l’opinion, ces attitudes de l’opposition sont assimilées à la compromission, à la peur, à l’aveu d’impuissance ou tout simplement à l’irresponsabilité politique par rapport à la constitution de la RD Congo. Avec un peuple impuissant et résigné, il ne faudrait pas que les « élus » de l’opposition adoptent aussi la stratégie de résignation. Une lutte politique sans sacrifices, surtout physiques et matériels, ne peut conduire à un changement démocratique durable.

Cette analyse exclusivement personnelle n’engage que son auteur.

Tharcisse Loseke Nembalemba, MD, PhD. Acteur politique


Cet article a été lu 9249 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (13 posted):

Juste Fontaine on 02/03/2012 15:52:06
avatar
La plupart des Congolais de la diaspora, si pas la majorité, n'a plus mis les pieds au pays depuis des décennies et de ce fait ne connait pas du tout la réalité de la place!
Divaguer à longueur de journée sur le net et croire comme le dit si bien Mr. Olivier Badibanga dans son commentaire, ne produira aucun effet.
La solution: arrêter de gesticuler à distance et rentrer défendre ses positions au Pays, car sur place, l'union fera la force.
Thumbs Up Thumbs Down
0
farman wamulumba on 01/03/2012 12:38:36
avatar
Ces abrutis n'ont encore rien compris,vous croyez que c'est une bonne idée de refuser nos deputés de l'opposition de siéger?

tshisekedi n'est il pas maudit par hasard? par contre sa propre nièce siège sans etre renvoyer du parti.

Cessez d'emmener les gens comme les moutons de panuche.
Thumbs Up Thumbs Down
-6
on 01/03/2012 14:55:51
avatar
Tu as changé de camp aujourd'hui pour encourager "tes députés" de l'UDPS à participer aux travaux de l'Assemblée nationale. C'est la même stratégie que ton Alliance de la Majorité Parlementaire avait usée pour réduire et aligner le MLC. Les députés du MLC ont participé à la législature 2006-2011 et la plupart ont été sanctionnés en novembre 2011 par le peuple congolais.
Thumbs Up Thumbs Down
3
on 02/03/2012 15:59:50
avatar
La plupart de ces députés ont effectivement été sanctionnés par la majorité, car ils ne sont pas souciés de la défense des intérêts du peuple.
Dans les faits, nous avons tous été témoins du comportement de certains d'entre eux, pour lesquels le naturel est revenu au galop comme on dit!
Je ne cesserai de le répéter: l'homme providentiel, celui qui a réellement à coeur le bien-être de notre peuple, existe certainement, mais avec qui gouvernera-t-il?
Car son entourage ne fera jamais preuve d'intégrité. L'argent, les honneurs, les extravagances soront toujours au premier plan.
On ne change pas une mentalité en si peu de temps.
L'histoire me donnera très bientôt raison. Le baratin est notre fort, mais les actes notre faiblesse...
Thumbs Up Thumbs Down
0
Kas Jr on 01/03/2012 10:08:58
avatar
Le Congo est malade ses politiques, si une personne de la trempe du PhD T. Nembalemba peut a chacune de ses sorties médiatiques débiter des incohérences qui mettent en doute ses théories politiques acquises, on ne peut s’attendre qu’au pire des politiques lambdas et autres parlementaires debout. Aujourd'hui il s'attaque à Alexis Mutanda ne sait il pas que c'est de la division qu'il crée au sein de ce parti pour le fragiliser davantage ? n'a t il pas suivi les scenario malheureux et coups bas lors de l'absence de Etienne Tshisekedi alors en soins en Europe? coups bas qui ont abouti a la création du CDPS de Beltchika?? Ne pas reconnaitre le rôle salutaire que peut jouer une opposition minime soit elle au parlement démontre d’une malhonnêteté intellectuelle pour un docteur en sciences po, il ne s’agit pas ici de légitimer seulement le pouvoir mais bien plus de défendre les intérêts du peuple et respecter leurs votes. Clement Kanku wa Bakusa n'a-t-il pas démontré qu'on peut être minoritaire et porter sa voix haute?? Vous dites que « certains élus de l’UDPS ont largement bénéficié du concours charitable de la CENI pour devenir «député » » ceci est une insulte grave et manque de considération pour le peuple et pour ces vaillants élus, ceci me pousse à vous poser une question si vous connaissez vraiment votre pays et votre peuple ? ou bien vous vous contenter des mensonges qui se racontent sur le net et du fanatisme aveugle des compatriotes de la diaspora. Je suis convaincu que vous êtes l’un des opposants congolais qui ont toujours lutté pour le pouvoir et non pour un changement voila pourquoi jusqu'au jour cette lutte longue soit elle n'a accouché que d'une petite souris. Qu’est ce que 30 ans de lutte a apporté aux Congolais ? rien pas de démocratie, pas de liberté etc.. Le jour ou vous comprendrez que la lutte ne doit pas seulement se focaliser sur le "ôtes-toi de la que je m'y mettes", vous réaliserez le bonheur du peuple.
Thumbs Up Thumbs Down
-2
Olivier Badibanga on 01/03/2012 09:56:04
avatar
Belle analyse de quelqu'un qui a échoué aux élections dans le Sankuru mais qui ne le dit jamais.
Thumbs Up Thumbs Down
-2
Kinois on 01/03/2012 07:50:24
avatar
Félicitation M. Tharcisse Loseke Nembalemba. Car votre analyse montre bien que lee gouvernement d'Hypolite Kanambe (Joseph Kabila) s'empresse pour valider les députés "ELUS ou NOMMES" (y compris et surtout ceux de l'opposition) pour se donner une légitimité qu'il n'a pas. Alors qu'il y a encore au moins 500 plainte à la cour supreme de justice. Tous les députés qui siègeront à l'assemblée nationale seront tous des traites de la nation congolaise. Et le peuple congolais n'oubliera pas cela. De plus, l'ambassadeur des Etats-Unis en RDC souhaite meme qu'il y ait un gouvernement d'union nationale afin de toujours donner une legimité à Hypolite Kanambe (J. Kabila). Merci encore de votre analyse.
Thumbs Up Thumbs Down
7
DeKongo on 01/03/2012 03:25:09
avatar
Très bonne analyse de la situation actuelle qui demontre que le combat de la diaspora n'a pas de relais au pays où la famille de l'opposition brille pas une attitude de résignation, attendant que les occidentaux viennent arracher le pouvoir à Kanambe pour le donner à Tshisekedi! D'où ils se cramponnent à telle attitude des ministres belges, tel acte posé par tel ambassadeur, telle déclaration de telle personnalité. . . Ces gens n'ont pas compris que le pouvoir ne se donne pas, il s'arrache! D'où, nombreux d'entr'eux par resignation ont déjà un pied (ou les deux) dans l'autre camp.
Thumbs Up Thumbs Down
11
Olivier Badibanga on 01/03/2012 10:04:13
avatar
Effectivement, il n'y a pas de relais au pays. La diaspora vit dans un monde introuvable. La diaspora écoute ses radios sur internet, écrit sur internet. Et beaucoup s'imaginent que les Congolais, à Kinshasa et ailleurs, en ville et dans la campagne, passent des journées devant un écran d'ordinateur, sur internet à haut débit... Triste.
Thumbs Up Thumbs Down
-6
mitchell on 01/03/2012 17:12:49
avatar
Très bien dit!,mais c'est cette même diaspora qui envoie +-5 mlilliards d'euros tout les ans pour aider cette population,vous avez oublié de le signaler.Et il est vrai que vous congolais du pays ne passez pas vos journées devant votre PC pour le peu qu'il y ai du courant!et surtout,il faut de l'argent pour manger,merci qui?la Diaspora(en partie!)
Thumbs Up Thumbs Down
4
Olivier Badibanga on 01/03/2012 23:42:32
avatar
Voilà une autre grosse illusion (ou mensonge) de penser que tous les Congolais, en ville et dans la campagne, vivent des milliards de la diaspora. Comment vivent, d'ailleurs, ces Congolais de l'étranger ? Combien sont riches (et honnêtement) ?
Mais surtout : quel lien entre l'argent de la diaspora et l'ignorance ou l'illusion de se croire en relais avec la majorité des Congolais qui, justement, ne disposent ni d'ordinateur ni d'électricité ? Triste...
Thumbs Up Thumbs Down
0
mitchell on 02/03/2012 18:10:20
avatar
Possible,illusion ou mensonge.Mais vous,où êtes-vous?
Thumbs Up Thumbs Down
1
1 2 next total: 7 | displaying: 1 - 6

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0