RDC : UDPS siégera ou ne siégera pas à l'Assemblée nationale ?

Font size: Decrease font Enlarge font
image Etienne TSHISEKEDI et «Joseph KABILA» - Les deux Présidents élus en République démocratique du Congo

Ce rêve d’une Chambre comportant le courant le plus représentatif de l’Opposition radicale pourrait, hélas, ne rester qu’un rêve. Car, il flotte comme un vent de boycott institutionnel sur Rue Pétunias à Limete. Rien ne semble infléchir la fatwa ou l’ukase prise dernièrement par le lider maximo. Etienne Tshisekedi en personne a démonétisé les législatives. «Pape» de l’opposition, Tshisekedi pourrait décréter «taupe» ou «mouvancier» tout opposant qui contreviendrait à ses directives.

Pas mal la moisson parlementaire récoltée par l’Udps de Etienne Tshisekedi. Pas anecdotique le nombre de députés élus estampillés tshisekedistes. Pas négligeable le nombre d’élus battant pavillon UNC de Kamerhe. Pour un parti porté sur les fonts baptismaux, il y a à peine un an, le score personnel de son président et le comportement de ses candidats sur le front des législatives sont encourageants.

En un mot comme en mille, l’Opposition significative a plutôt fait bonne figure. De quoi augurer une législature de qualité en termes de débats contradictoires. De quoi permettre à tous les courants d’opinion d’être représentés au sein de la future Assemblée nationale. Laquelle n’aura ainsi jamais autant mieux mérité sa dimension de représentation nationale.

Ce rêve d’une Chambre comportant le courant le plus représentatif de l’Opposition radicale pourrait, hélas, ne rester qu’un rêve. Car, il flotte comme un vent de boycott institutionnel sur Rue Pétunias à Limete. Rien ne semble infléchir la fatwa ou l’ukase prise dernièrement par le lider maximo. Etienne Tshisekedi en personne a démonétisé les législatives. «Pape» de l’opposition, Tshisekedi pourrait décréter «taupe» ou «mouvancier» tout opposant qui contreviendrait à ses directives.

Problème: si la position du chef de l’Udps ne variait pas d’un iota, que deviendrait le pactole électoral de l’opposition? Autrement dit, à qui profiterait la politique du siège vide ? Pas sûr que l’Opposition sorte gagnante d’un éventuel boycott. D’abord parce que de la bronca initiale des capitales occidentales en rapport avec les élections on est passé à un satisfecit a minima. En témoignent les reconnaissances, quoi que relativement tardives, de l’élection du Président Kabila. La très importante Belgique a ouvert la voie. La suite est connue. Ensuite, l’Union africaine et, dans sa foulée, toutes les organisations sous-régionales se sont déjà fait une religion sur la présidentielle rdcongolaise : C’est Joseph Kabila. A l’internationale, la séquence «Contestation de l’élection de Kabila» ne semble plus à l’ordre du jour.

Enfin, l’autre levier de contestation est la rue. Ici, les faits montrent assez clairement que les Congolais paraissent plus préoccupés par leur train quotidien que par des manifestations de rue. Le lundi 30 janvier, Kinshasa la frondeuse a ignoré le mot d’ordre de grève générale lancé par le leader de l’Udps. Tout comme les Kinois semblent de moins en moins branchés sur le feuilleton  «Tshisekedi, Président». Et ce ne sont pas les tentatives avortées des marches sur «Le Palais de la Nation» qui vont booster le moral de la rue.

A l’analyse, la carte qui reste entre les mains de l’opposition est celle du jeu politique. La politique avec ce qu’elle implique de calcul, de concession. Bref, il appartient aux opposants de revenir aux fondamentaux de l’art du possible qu’est la politique.

Pour le coup, le capital électoral de l’Udps et de l’Unc ne demanderait qu’à être actionné. Presqu’au terme des législatives, il est loisible de constater que Tshisekedi et  l’Udps font mieux que Antoine Gizenga et le Palu en 2006. L’intelligence politique de Gizenga était de s’engager dans une dynamique de gestion de son poids électoral. Entre l’incantation et le réalisme, Antoine Gizenga avait opté pour le deuxième terme de l’alternative. Bref, le Palu a compris que la vocation d’un parti politique est d’accéder au pouvoir. Fort de son score honorable à la présidentielle et de sa présence plus que symbolique à la Chambre à venir, Vital Kamerhe serait inspiré à faire de la politique institutionnelle. Cet homme d’ouverture et de dialogue a l’étoffe d’un homme d’Etat. Ce républicain a prouvé, y compris au perchoir, qu’il était soluble dans l’art du compromis en vue de l’intérêt général. Et la politique n’est rien d’autre que cela.

Dommage qu’à l’Udps, le référentiel Mobutu tient encore lieu du facteur discriminant. A Limete, on a appris à haïr Mobutu comme système. Mais, hélas, on ne s’est pas à cette bonne cause. Consciemment ou inconsciemment, on s’est mis à rejeter tout ce qui s’apparente au pouvoir. Un peu comme les Français qui abhorrent les riches.

Cette posture anti-pouvoir est quasiment devenue une culture à l’Udps; Au point que l’opposition est perçue ici comme une vertu et le pouvoir un vice. D’où cette tendance au nihilisme. Comme hier de Mobutu, rien de bon ne peut venir de Kabila puisqu’il incarne le pouvoir.

Question: comment peut-on changer le cours des choses quand on ne crée pas les conditions d’accès au pouvoir? Comment peut-on s’investir- physiquement financièrement- dans des élections et boycotter l’étape suivante, à savoir l’exercice du pouvoir? Comment avec des millions de Congolais derrière soi, on en est à réduire son action politique au niveau d’un groupe de pression?

La tentation nihiliste de saison à l’Opposition n’est pas bonne conseillère. Elle éloigne du pouvoir. Si l’Anc de Mandela avait cédé au nihilisme, il ne serait sans doute pas aux commandes de l’Afrique du sud. 

José NAWEJ


Cet article a été lu 7384 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (6 posted):

katy on 02/02/2012 19:31:42
avatar
Je ne comprends pas bien l'article de ce monsieur.Quelqu'un pourrait m'expliquer quel intéret l'UDPS&Co auraient-ils à siéger dans une assemblée qu'ils contestent.Et dans le cas contraire qu'est-ce que ça va changer s'ils se montraient flexible dans ce processus:autrement dit qu'est-ce qu'a gagné le MLC ou qu'a perdu l'UDPS LORS DU BOYCOTT de 2006!!! La politique ICI sert à faire de la FIGURATION mais pas à engranger les efforts d'un combat politique...pourquoi? au nom de la TRICHE!!!iL EST VRAI pour certains L'ESSENTIEL EST DE TOUCHER 6000DOL et donc de faire des arrangements pour avoir des postes dans le dos du PEUPLE!!c'est ça leur politique!!TOKOLA!!!
Thumbs Up Thumbs Down
1
Papa on 02/02/2012 13:31:35
avatar
José Nawej, s'il vous plaît, pardon, taisez-vous. Je sais que vous faites parti de ceux qui sont les caisses de résonance du pouvoir d'occupation mais préparez-vous bien car le moment venu, j'en suis sûr vous payeraient pour tous les atrocités et crimes que votre régime à infligé aux paisibles Congolaises et Congolais, peuple accueillant qui, hier ses voisins Angolais, Zambiens, Rwandais, Burundais, Ougandais, Tanzaniens, Soudanais, Centrafricains, Congolais de Brazzaville y compris même les Ouest-Africains que notre peuple a accepté de vivre avec eux où chacun se retrouvait dans ces affaires. Aujourd'hui, José Nawej veut nous convaincre que le peuple Congolais va dans la bonne direction avec un régime d'occupation Rwanda, Burundi, Ouganda et Tanzanie. Nawej, est-ce que yo ozali vraiment d'origine Congolaise???? Na douter fort.
Thumbs Up Thumbs Down
1
KUM on 01/02/2012 12:10:20
avatar
LE MOMENT EST-IL ENFIN LÀ?

"[...] Je sais et je sens au fond de moi même que tôt ou tard mon peuple se débarrassera de tous ses ennemis intérieurs [Kanambe, Ngoyi Mulunda, Mende Omalanga...] et extérieurs [Kagame, Musevini, Bill Clinton, Sarkozy...], qu’il se lèvera comme un seul homme pour dire non au capitalisme dégradant et honteux, et pour reprendre sa dignité sous un soleil pur [...]". [Patrice Eméry Lumumba]
Thumbs Up Thumbs Down
7
on 02/02/2012 11:08:18
avatar
Le kinois parle beaucoup mais en fait moins que les gens de l'intérieur pour la production de richesses. Et ils disent même que ce sont des mbokatiers, c'est dans la capitale que tout part : corruption, bière à gogo, pouvoir, concerts à gogo, kulunas.
Le Kivu subit des choses atroces et ceux de kin disent que ce sont des faibles...qu'a déjà fait le kinois de courageux pendant une guerre ?
Les gens de l'intérieur sont les plus courageux et produisent les richesses nécessaires au pays (surtout que l'argent va à kin).
Alors hommage aux populations des kivu, du katanga, des kasai, équateur,bandundu , bas-congo, province orientale !
Thumbs Up Thumbs Down
1
SET on 01/02/2012 11:17:24
avatar
pourquoi parler d'échec de ville morte, des marches lorsque vous n'enlèvez les militaires à la résidence du président de la république élu, pour voir si les marches carrotereaient? vous êtes désillusionnés par la réalité, de "nkolo ba plein", bo komela mpema.
Thumbs Up Thumbs Down
6
100 Tricheur on 01/02/2012 10:42:55
avatar
Vous avez cherché le pouvoir absolu pour le pouvoir et au bénéfice d'un individu. Vous l'avez eu par des méthodes malhonnêtes qui mettent mal à l'aise vos soutiens. Le peuple ne se retrouvera pas et ses vrais et dignes représentants ne joueront pas votre jeu de justifier la comédie démocratique. Allez-y avec votre chambre de résonnance pour chanter le Djalelo à la gloire du Président mal élu. Comme entre 2006 et 2011, le pays sera encore au bas du classement mondial et livré aux maffieux.
Thumbs Up Thumbs Down
7
total: 5 | displaying: 1 - 5

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0