Home» RDC» Justice»

Affaire EWANGA : Un procès politique

Font size: Decrease font Enlarge font
image Jean-Bertrand EWANGA ISEWANGA IWOKA - Secrétaire Général de l'Union pour la Nation Congolaise, UNC

A l’audience de lundi à la Cour suprême de justice, les avocats de la défense ont présenté au cours de cette audience une exception autour de la détention préventive. Car, selon la loi, la détention préventive ne peut dépasser le délai de 15 jours. Autrement, le détenu doit être relaxé. L’exception étant jugée recevable, la Cour l’a prise en délibérée afin de statuer sur la demande de la défense. Jusque tard la nuit, la Cour était toujours en délibérée. Interrogés à ce propos, les avocats de la défense ont déclaré qu’ils iront jusqu’au bout dans cette affaire, tandis que l’Opposition parle déjà d’un procès politique.

A l’audience de lundi à la Cour suprême de justice, qui s‘est poursuivie jusque tard la nuit, le collectif des avocats du député a soulevé plusieurs exceptions. “M. le 1er vice-président, si la défense, composée de plus de 20 avocats, reprend encore des choses qui ont été déjà dites ici, je vous promets le silence ; je ne parlerai plus “, a conclu, hier lundi 1er septembre, le procureur général de la République (PGR), lors de sa réplique à l’argumentaire du collectif des avocats du député national Jean Bertrand Ewanga, au cours d’une audience publique de la Cour suprême de justice (CSJ) siégeant en matière de flag rance.

Le PGR a commencé par rappeler que, dans une plénière, la CSJ avait pris un arrêt qui l’autorise à siéger dans sa composition actuelle, jugée irrégulière par la défense, car cette haute juridiction a statué avec un seul président et des conseillers dont la plupart ne sont pas les plus anciens. La défense a également reproché au PGR d’avoir manqué de donner les références de cet arrêt. Elle a aussi mal digéré l’appel du PGR qui a demandé au 1er président de la CSJ d’aller immédiatement dans le fond du dossier, pour l’intérêt du député placé en détention préventive.

“Le PGR donne l’impression qu’il est plus préoccupé que nous par le sort du détenu; dans ce cas, il n’a qu’à le libérer, parce que c’est lui qui l’a amené ici “, a répliqué la défense. Le collectif des avocats a, en outre, démontré que la Cour a intérêt à décréter la surséance du procès Ewanga, en attendant que la Cour constitutionnelle, qui est saisie sur la constitutionnalité de l’Ordonnance-loi de 1993, puisse se prononcer.

Arrêté par l’ANR le 5 août 2014 tôt le matin à son domicile, Jean Bertrand Ewanga, Député national jouissant encore de son immunité parlementaire et Secrétaire général de l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, a comparu une fois de plus hier lundi 1er septembre devant la Cour Suprême de Justice.

Procès politique

Les avocats de la défense ont présenté au cours de cette audience une exception autour de la détention préventive. Car, selon la loi, la détention préventive ne peut dépasser le délai de 15 jours. Autrement, le détenu doit être relaxé. L’exception étant jugée recevable, la Cour l’a prise en délibérée afin de statuer sur la demande de la défense. Jusque tard la nuit, la Cour était toujours en délibérée.

Interrogés à ce propos, les avocats de la défense ont déclaré qu’ils iront jusqu’au bout dans cette affaire, tandis que l’Opposition parle déjà d’un procès politique. Rappelons que le Secrétaire général de l’UNC a été arrêté au lendemain du meeting organisé par l’Opposition autour de la vérité des urnes. Axé sur plusieurs sous-thèmes, ce meeting a été animé par 15 orateurs politiques et animateurs de la Société civile, en langue maternelle et en français. Ces membres de l’Opposition et collègues de Jean Bertrand Ewanga, comme le SG de l’UDPS Mavungu, Jean Claude Mvuemba du MPCR, le professeur Kalele du PTC, pour ne citer que ceux-ci, sont tous surpris par l’arrestation d’Ewanga.

Au fur et à mesure que les jours passent, des observateurs redoutent qu’il s’agisse d’un acte prémédité ou un simple règlement des comptes. Plusieurs autres membres de l’Opposition se sont présentés à l’audience d’hier pour encourager leur pair, à savoir Jean Claude Mvuemba, Stève Mbikayi, Martin Fayulu, sans oublier Jean Baudouin Mayo, qui fait aussi partie de la défense, et les autres.

[G.O. / ASIYESHINDWA / laTempeteDesTropiques]


Cet article a été lu 2551 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0