Home» RDC» Justice»

Après le discours de « KABILA » : 1.025 prisonniers libérés en RDC

Font size: Decrease font Enlarge font
image Prison - Des prisonniers congolais a Makala

Sitôt dit, sitôt fait. Dans son discours d’ouverture des travaux des Concertations nationales le 7 septembre dernier au Palais du Peuple, le Président de la république avait annoncé une mesure de mise en liberté conditionnelle de prisonniers. Il avait également annoncé une mesure de grâce présidentielle ainsi qu’une amnistie qui devra attendre le vote d’une loi ad hoc au Parlement. Ces mesures, qui devaient intervenir à la faveur des Concertations nationales, ont pour but de « décrisper la situation », indiquait le Chef de l’Etat dans son discours.

Trois jours après, cet engagement est entré en exécution. En effet, le mardi 10 septembre 2013, la ministre de la Justice et droits humains, Wivine Mumba, a pris un arrêté portant mise en liberté conditionnelle de 1.025 prisonniers sur toute l’étendue de la République.

Cette mesure rentre également dans le cadre du désengorgement des institutions pénitentiaires en vue d’améliorer les conditions de vie des détenus. Wivine Mumba a recommandé  aux prisonniers libérés  de ne plus commettre une infraction susceptible de les conduire de nouveau en prison et de «ne pas causer de scandale par leur conduite» pendant toute la durée de leur liberté conditionnelle.

En liant ainsi l’acte à la parole, Joseph Kabila vient de donner une preuve supplémentaire de son ouverture et de sa ferme volonté de rétablir la paix et la concorde nationale pour renforcer la cohésion nécessaire à la reconstruction du pays pour le bien-être du peuple. Le message est donc clair en direction des compatriotes de l’opposition qui exigeaient un tel geste afin de réunir les conditions de sérénité qu’il faut pour le bon déroulement des Concertations nationales.

Clément Kanku hors-jeu

Dans ce cadre, l’honorable Clément Kanku doit se mordre les doigts maintenant, lui qui a annoncé de manière fracassante sa décision de suspendre sa participation aux concertations nationales jusqu’à ce que le parlement aura voté la loi d’amnistie et que le Président de la République aura exécuté sa promesse de gracier des prisonniers. Les observateurs ont aussitôt stigmatisé une telle attitude qui n’a pour but que de se singulariser en ce moment historique où les Congolais font chorus avec les compatriotes éplorés de l’Est pour trouver une solution durable au drame qui les assaille de manière récurrente.

C’est le lieu ici de rappeler à tous les compatriotes qui ont boycotté ce forum pour la paix, l’unité et la cohésion nationale que l’heure est venue de mettre de côté l’orgueil personnel pour considérer uniquement que tout le moment vibre aujourd’hui pour le Congo, et rien que pour le Congo.

Qu’est-ce qu’une libération conditionnelle

La libération conditionnelle est une forme d’affranchissement permis par une mesure d’application d’une sentence d’emprisonnement. Elle a pour but de contribuer à une meilleure protection de la société en favorisant notamment la réinsertion sociale anticipée d’un détenu.

[Pascal Débré Mpoko]


Cet article a été lu 6402 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0