Home» RDC» Justice»

Procès de pasteurs escrocs en RDC : Denis LESSIE maintenu en prison jusqu’au jugement définitif

Font size: Decrease font Enlarge font
image Denis LESSIE

Le pasteur de l’Eglise « Arche de Noé », Denis Lessie, l’adjudant Louis Kasongo wa Ngoy et Thierry Okunimo Mabusa, sont  accusés d’escroquerie, d’association de malfaiteurs et d’incitation des tiers à poser des actes contraires  à la loi. Après avoir examiné les faits et entendu toutes les parties, le tribunal a rejeté  la mise en liberté provisoire sollicitée par un prévenu. Les inculpés doivent être maintenus en prison  jusqu’au jugement définitif car l’affaire était jusque-là examinée dans sa forme et non dans  le fond. En conséquence, le tribunal a ordonné la poursuite de l’instruction.

L’affaire  Denis Lessie a fait l’objet d’une nouvelle audience foraine tenue jeudi 15 août 2013 à la prison de Ndolo où est gardé ce prévenu.

A cette occasion, Tshiala,  greffier  du tribunal   militaire de  garnison de la Gombe, a fait  à l’intention  du  nouveau  juge-président de cette juridiction qui a remplacé l’ancien muté à Lubumbashi, la lecture  des débats sur le procès de Denis Lessie et ses comparses.

Cette affaire  dont la partie civile est représentée par le ministre honoraire Jean Baptiste Ntahwa  et Drolya Matali  met aux prises  ce dernier contre le pasteur de l’Eglise « Arche de Noé », Denis Lessie,  l’adjudant Louis Kasongo wa Ngoy et  Thierry Okunimo Mabusa.

Ces trois prévenus sont  accusés d’escroquerie, d’association de malfaiteurs et d’incitation des tiers à poser des actes contraires  à la loi.

Après avoir examiné les faits et entendu toutes les parties (la partie civile et les accusés en détention), le tribunal a rejeté  la mise en liberté provisoire sollicitée par un prévenu.

Ainsi, les inculpés doivent être maintenus en prison  jusqu’au jugement définitif car l’affaire était jusque-là examinée dans sa forme et non dans  le fond. En conséquence, le tribunal a ordonné la poursuite de l’instruction.

Dans la lecture des faits présentée par le greffier, ce dernier a par ailleurs indiqué que le tribunal a relevé,  à la demande  de la  partie civile qui avait soutenu, avec des preuves que  les accusés avaient reçu de manière frauduleuse de la  part de Jean-Baptiste Ntahwa  la somme de 135.000 dollars ainsi qu’un véhicule « Jeep » pour résoudre un litige entre ce dernier et Mme Janet Kabila et Mama Sifa «  dans le cadre de leur amitié respective ».

Ces libéralités ont été remises  à Denis Lessie, par l’intermédiaire de l’adjudant Kasongo et d’Okilimo.

Au cours de cette restitution des faits, le greffier a   dit que le tribunal a recouru à la société de télécommunication Vodacom pour obtenir  des informations précises sur  les communications faites par SMS entre les plaignants et l’accusé Okilimo, à la demande du pasteur Denis Lessie.

Selon le greffier,  la société Vodacom a mis à la disposition du tribunal tous ces éléments pour  l’éclairer dans ce sensible dossier.

C’est donc sur base de tous ces éléments  que le tribunal pourra, dans les prochains jours et  en toute  sérénité, poursuivre l’examen du dossier.

Après ce rapport, le tribunal a donné l’occasion aux accusés et à leurs avocats  ainsi qu’à la partie civile et ses défenseurs pour dire un mot sur le rapport. Les uns et les autres ont relevé quelques faits oubliés ou retenus pour recadrer leurs déclarations respectives.

Après l’audition de toutes les parties, le tribunal militaire de  garnison de la Gombe a, par la voie de son président, suspendu l’audience. La prochaine audience sera fixée dans les  jours à venir.

[BMK]


Cet article a été lu 7669 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0