Home» RDC» Justice»

RDC : Le Congo se dirige vers la restauration du parti unique !

Font size: Decrease font Enlarge font
image Magistrats congolais

Avec une justice congolaise malade du pouvoir politique, le Congo dit démocratique se dirige-t-il lentement mais sûrement vers la restauration du parti unique? Dans l’affirmative, les magistrats congolais ont engagé le très redoutable pari d’être, tôt ou tard,… accusés d’avoir été les complices d’une «haute trahison».

Suite à une manifestation organisée le mardi 13 décembre dernier par les sections provinciales de l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) et de l’UNC (Union pour la nation congolaise), des responsables de ces deux partis ont été arrêtés et poursuivis du chef d’«atteinte à la sûreté de l’Etat» au motif qu’il s’agissait d’une manifestation «non-autorisée».

Où va la justice congolaise? Un véritable mur de méfiance semble s’ériger entre les citoyens congolais et les magistrats tant debout qu’assis de leur pays. La corruptibilité et l’inféodation au pouvoir politique sont les griefs articulés à l’encontre des juges et autres procureurs. Les faits qui viennent de se dérouler à Goma viennent confirmer que la réputation sulfureuse de l’appareil judiciaire congolais est loin de relever d’un procès d’intention. 

Le vendredi 9 décembre dernier, la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) a publié les «résultats provisoires» de l’élection présidentielle. Non contentes de ces résultats, les sections locales, au Nord Kivu, de l’UDPS d’Etienne Tshisekedi et l’UNC ont décidé d’organisation une «marche commune» de l’opposition. La loi ne l’interdit pas. «La liberté de manifestation est garantie», stipule le premier alinéa de l’article 26 de la Constitution en vigueur. «Toute manifestation sur les voies publiques ou en plein air, impose aux organisateurs d’informer par écrit l’autorité administrative compétente», précise le deuxième alinéa. Les organisateurs de cette marche avaient-ils «informer par écrit» le maire de Goma ? L’histoire reste muette.

Atteinte à la sûreté de l’Etat»

Le mardi 13 décembre, les protestataires se mettent en route. En tête, les responsables locaux de ces organisations. Côté UDPS, il y a Rubens Mikindo Muhima qui est le président fédéral de cette formation politique pour le Nord Kivu. Côté UNC, on note la présence de Bauma Bangene qui en est le secrétaire pour la ville de Goma. A peine commencée, la «manif’» est brutalement dispersée par la police dans un déluge de gaz lacrymogène. Six militants appartenant aux deux partis sont arrêtés et embastillés à la prison Muzenze. C’est le cas notamment de Rubens Mikindo. Selon une source gomatracienne, les prévenus ont été torturés au point que l’un d’eux a rendu l’âme dès le lendemain mercredi 14 décembre.

Quelle est l’infraction imputée à ces militants politiques? «Ils ont été arrêtés pour avoir tenté d’organiser mardi à Goma une marche commune non-autorisée de l’opposition». L’homme qui tient ces propos n’est pas n’importe qui. Il s’agit du maire de Goma. C’est à dire le "premier magistrat" de cette ville. Son nom : Busanga Maliaseme. Les cadres de l’UDPS et l’UNC devaient, selon Busanga, solliciter l’autorisation de manifester alors que la Constitution, elle, subordonne l’organisation des manifestations publiques à une «information écrite» à adresser à l’autorité compétente. La loi n’est-elle pas interprétée au gré des intérêts des puissants du moment? L’objectif ne serait-il pas de proscrire toute forme de critique à l’endroit des dirigeants réputés pour leurs agissements peu vertueux? 

Le mercredi 14 décembre, le procès des cinq activistes politiques est ouvert à la prison de Munzenze. Le représentant du ministère public a provoqué la stupéfaction en clamant que les accusés étaient poursuivis sous l’inculpation d’«atteinte à la sûreté de l’Etat». Le fait de manifester "sans armes" sur la voie publique est-il, désormais, assimilé à un "complot" contre la sécurité interne et externe du pays? Selon des témoins présents au procès, le représentant du ministère public, tel un soldat en mission commandée, a été bien incapable de convaincre l’aéropage non seulement sur la légalité de cette accusation mais aussi de sa matérialité.

Haute trahison

Après trois audiences, le «verdict» est tombé le mercredi 21 décembre. Coup de théâtre. Sur les cinq «survivants», quatre sont acquittés et un est condamné à un an de prison assorti de six mois de sursis. Le condamné n’est autre que Rubens Mikindo Muhima, le président fédéral de l’UDPS. Devrait-on parler d’une justice à deux vitesses quand on sait que les cinq accusés étaient poursuivis pour avoir «commis» le même acte? Que devient, dès lors, l’égalité des Congolais devant la loi? 

Au moment de boucler ces lignes, on apprenait que Mikindo a bénéficié dès le lendemain 22 décembre d’une «libération conditionnelle». Quelle est la nature exacte de cette condition? «Le président fédéral de l’UDPS Nord Kivu doit s’abstenir à toute déclaration ou participation à une manifestation politique», précise-t-on. Inimaginable ! Une volonté claire de museler les forces de l’opposition. 

Le Congo dit démocratique se dirige-t-il lentement mais sûrement vers la restauration du parti unique? Dans l’affirmative, les magistrats congolais ont engagé le très redoutable pari d’être, tôt ou tard,… accusés d’avoir été les complices d’une «haute trahison». L’article 7 de la Constitution ne dit pas autre chose : «Nul ne peut instituer, sous quelque forme que ce soit, de parti unique sur tout ou partie du territoire national. L’institution d’un parti unique constitue une infraction imprescriptible de haute trahison punie par la loi».

B.A.W


Cet article a été lu 5057 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (1 posted):

mbakos on 26/12/2011 18:37:00
avatar
Une partie de l ' élite politique ,nos intélectuels , nos musiciens et une petite frange de la population passent sous les fourches caudines du RUANDA( inconsciemment ou sciemment )
Thumbs Up Thumbs Down
0
total: 1 | displaying: 1 - 1

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0