RDC : Les écoles en paille !

Font size: Decrease font Enlarge font
image Ecole en paille

Les infrastructures scolaires en matériaux durables font défaut dans la nouvelle province du Kwilu. Cette partie de la province compte un nombre important d’écoles. Malheureusement, celles-ci ne sont pas en matériaux durables. Un tour dans la périphérie de la ville de Kikwit nous a permis de faire ce constat. De la commune de Kazamba à Kikwit, à l’EP Kwanga, à 24 km du centre de Kikwit et à l’EP INUNGU, située à 45 Km de la même ville, les écoles sont en paille. Et pourtant, ces écoles enregistrent, pour la plupart, de la première à la sixième année primaire plus ou moins 700 élèves.

" Nous n’avons pas de moyens suffisants pour construire en matériaux durables. Le soit-disant bâtiment, c’est le fruit des efforts consentis entre nous, écoles et parents d’élèves, pour mettre en place ces locaux pour que nos enfants ne soient pas exposés au soleil pendant les heures de cours", affirment certains chefs de travaux. 

« L’EP Kwanga fonctionne depuis 1952. Parmi ces anciens élèves, nombreux occupent des postes de responsabilités, mais personne n’est venu avec des tôles ou des sacs de ciment pour nous aider à mettre en valeur cette école », a fait savoir son chef d’établissement Jean-Claude Osus. 

« Ceux qui nous visitent font des promesses qu’ils n’accomplissent pas, c’est bien dommage !, lâche-t-il. " Si nous avons aujourd’hui des toilettes dignes, c’est grâce à une ONG internationale qui nous est venue en aide ", a-t-il fait remarquer. 

Même décor à l’EP Inungu, à 45 Km de Kikwit dans le territoire de Bulungu, l’école en paille et chaume, qui regorge des bancs, en tranche d’arbres.

" Nous avons beaucoup de difficultés pour fonctionner. Telle que nous sommes ici, dès qu’il y a menace de pluies, nous libérons les élèves de peur que les fameuses toitures s’écroulent sur eux", rapporte le chef d’établissement de cette école : . 

Les directeurs d’établissements scolaires estiment que le gouvernement doit mettre des moyens pour construire des écoles en matériaux durables afin de permettre aux enfants du Kwilu d’étudier dans de bonnes conditions, surtout que la province du Kwilu compte aussi un nombre élevé d’élèves.

LES FRAIS DE FONCTIONNEMENT, UN PARCOURS DE COMBATTANT

Ces chefs d’établissements sollicitent le paiement régulier de frais de fonctionnement pour faire face aux multiples besoins quotidiens. Car, la plupart d’enseignants ne sont pas mécanisés. Il faut leur trouver ne fût ce qu’un encouragement. Ce qui n’est pas facile, a déploré le directeur de l’EP Inungu. Pour le directeur de l’EP Nto-Misenga, dans la commune de Kazamba à Kikwit, il est prévu que chaque fois qu’on paie les salaires, qu’on pense aussi aux frais de fonctionnement. Malheureusement, ce n’est pas le cas, s’est-il plaint. 

"Nous enregistrons 4 à 5 mois d’arriérés des frais de fonctionnement sans explications valables ", a-t-il noté. " Moi, le chef d’établissement je quitte ma maison à 6h pour arriver à l’école avant 7h30. Pendant la recréation, je n’ai rien à mettre sous la dent. Je quitte mon bureau pour me mettre sous l’arbre », a relaté Anicet Mawa. " Je continue à conscientiser mes enseignants qui ne sont pas encore mécanisés pour qu’ils serrent la ceinture, car la période de vaches maigres va passer ". 

[Mathy MUSAU]


Cet article a été lu 2069 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0