RDC : Le budget de l’enseignement risque de prendre une destination inconnue

Font size: Decrease font Enlarge font
image Augustin MATATA PONYO MAPON - PM de la RDC

En visitant les documents en notre possession, on peut noter que ce que le budget a alloué au secteur de l’enseignement est de 15,29 %, répartis comme suit : enseignement pré-primaire (0,06 %) ; enseignement primaire (0,11 %) ; enseignement secondaire général (0,17 %) , enseignement secondaire technique et  professionnel (1,82%)…. ; formation professionnelle continue pour adultes (0,23 %) ; cantine, transport scolaire, infirmerie et pensionnat (0,03 %), autres affaires concernant l’enseignement (0,12 %)…

A lire cette répartition, il y a lieu de se poser quelques questions : existe-t-il des cantines dans les écoles publiques de la RDC ? Que signifie  » Autres affaires concernant l’enseignement  » ? Existe-t-il une formation générale professionnelle pour adultes ? L’Etat prend-il en charge le transport scolaire ? Dans combien d’écoles existe-t-il une infirmerie ?

A toutes ces questions, on est obligé de répondre par la négative, c’est ça la réalité, cette réalité méchante. C’est dire qu’il s’agit ici des rubriques budgétivores qui vont faire que l’argent prévu par le Gouvernement pour l’épanouissement du secteur de l’enseignement primaire, secondaire et INC et ETP prenne une destination inconnue.

Une nébuleuse

Dans une note circulaire signée le 25 novembre 2010 et dont copies adressées au chef de l’Etat, au Premier ministre et à toutes les structures relevant de l’EPSP  de l’époque, le ministre de l’EPSP de l’époque, Maker Mwangu Famba instaurait la gratuité de l’enseignement primaire et les dispositions y relatives. Malheureusement, de là à aujourd’hui, c’est la nébuleuse. Pour le ministre, l’enseignement primaire est gratuit, mais sur le terrain, la réalité est autre, les parents d’élèves continuant encore à ployer sous le poids de tous les frais dont les dispensait pourtant la note circulaire du ministre. Il s’agit de la note n° MINESPSP/CABMIN/008/2010 du 25/09/2010 relative à la gratuité de l’enseignement primaire. 

Pour le ministre donc, les élèves du primaire devaient être pris en charge par l’Etat quant à tous les frais scolaires directs, à savoir : le minerval, l’assurance scolaire, les frais des imprimés, les frais administratifs (ou de fonctionnement), les frais de promotion scolaire et les frais d’intervention ponctuelle.

Pour sa part, la ministre provinciale en charge de l’Education qui avait aussi reçu copie de la note du ministre Maker, dans toutes ses notes circulaires dont la note circulaire n°MINEECG/CABMIN/1/1063CM/2014,  faisant tabula rasa de la note du ministre de l’EPSP, et qui a pour objet la clé de répartition des frais de scolarité de l’année scolaire 2014-2015, et curieusement, la note circulaire de Mme le ministre reprend, non seulement le secondaire général et normal et d’autres sections, mais aussi l’enseignement primaire. C’est pour dire que l’enseignement primaire de la RDC est loin de sortir de l’ornière.

[Baseke Magister]


Cet article a été lu 3285 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0