Insécurité : Le secteur de l’éducation en RDC paie au prix fort

Font size: Decrease font Enlarge font
image Etudiants Congolais

La dégradation de l’environnement sécuritaire qui prévaut actuellement à Beni, territoire de la province du Nord-Kivu a non seulement des conséquences néfastes pour les populations civiles, surtout n’épargne aucun secteur de la vie. Aujourd’hui le secteur de l’éducation paie au prix fort l’insécurité entretenue par des groupes armés.

Dans plusieurs localités du territoire de Beni, particulièrement sur l’axe Beni-Oicha,  la détérioration du climat sécuritaire affecte gravement le cours normal des activités scolaires. De retour dans la zone, l’organisation non gouvernementale AVSI, un partenaire de la thématique Education qui intervient sur l’axe Oicha-Eringeti, constate que dans six écoles situées à proximité d’Oicha, en moyenne trois élèves sur quatre ont abandonné les classes au cours des dernières semaines.

Le cas le plus révélateur est celui de l’école primaire Mwangaza qui avait auparavant un effectif de 1 616 élèves pour se  retrouver présentementa à peine avec 177 élèves. Plusieurs facteurs expliquent cette situation notamment le contexte sécuritaire général; le refus des parents d’envoyer leurs enfants à l’école par peur d’attaques souvent accompagnées de plusieurs violations des droits de l’enfant, les déplacements de population vers les centres urbains ou encore l’occupation des écoles par les ménages déplacés.

Un autre élémentaire supplémentaire qui explique cette situation, plus de 500 ménages occupent actuellement quatre écoles de la zone d’Oicha. Dans l’entre-temps, l’école primaire Kasuku a été obligée d’interrompre momentanément ses activités à cause de l’insécurité.

Il y a de cela plus de deux semaines, soit le 12 octobre courant, l’école a éte déplacée vers Oicha et organise des cours dans un espace publique de l’endroit. Dans le but d’éviter toute situation qui pourrait contribuer à la déperdition scolaire, des acteurs de la thématique Éducation multiplient les démarches et les discussions auprès des autorités afin de trouver des solutions au problème de protection des enfants et d’occupation des écoles.

En fait, la détérioration de la situation sécuritaire constitue un vrai casse-tête pour les populations au Nord de Beni. Elle  restreint également l’accès humanitaire sur l’axe BeniEringeti où plus de 9 000 nouveaux ménages déplacés avaient été identifiés par des évaluations du mécanisme de réponse rapide aux mouvements de population au mois de septembre dernier.

Impact sur l’augmentation des cas de malnutrition

L’inaccessibilité des populations aux champs dans le Nord du territoire de Beni, toujours en raison de l’insécurité, a aussi des impacts sur l’augmentation des cas de malnutrition.  Sur ce sujet, Lutheran World Federation (LWF) fait un plaidoyer en précisant que des appuis supplémentaires sont nécessaires pour renforcer la prise en charge des enfants malnutris dans les zones de santé de Kamango et Oicha.

Dans le cadre de sa contribution contre la malnutrition, l’organisation comptait assister 900 enfants sur une période de 20 mois. A mi-projet déjà, plus de 1 200 enfants souffrants de malnutrition aigüe et modérée ont été pris en charge. Des statistiques en notre possession renseignent que l’Hôpital général de référence d’Oicha recevrait environ 40 cas de malnutrition sévère par mois, soit quatre fois plus qu’en période normale.

Sur le plan sanitaire, plus ou moins 600 kg d’intrants pour la riposte choléra ont été acheminés à Oninga, localité située au Nord de Pinga, pour répondre à l’alerte contre l’épidémie de choléra. L’aire de santé d’Oninga, qui compte une population d’environ 11 000 personnes, est très difficile d’accès. Pour y accéder, il faut compter entre sept et dix jours de marche.

A en croire l’infirmier titulaire, le centre de santé traite les malades de choléra pratiquement à toutes les semaines depuis le mois de juillet dernier, dont six entre les 5 et 1 octobre courant. Il faut ajouter également que l’absence de source d’eau potable est la principale cause de la maladie.

L’insécurité dans laquelle est plongé depuis plusieurs années déjà le territoire de Beni, c’est connu de tous, est entretenue par des rebelles ougandais de l’Alliance des forces démocratiques (ADF). Le territoire de Beni est considéré aujourd’hui le ventre mou de la province du Nord-Kivu.

D’ailleurs l’actualité dans la province du Nord-Kivu reste marquée par des activités militaires en cours menées par des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), visant justement à lutter contre la recrudescence de l’activisme des groupes armés dont les ADF à Beni et  dans d’autres territoires.

Pas plus tard que le 25 octobre courant, quatre éléments de l’ADF ont été tués par des forces gouvernementales, dans le territoire de Beni, au cours d’une attaque lancée contre le poste de commandement des FARDC situé à Jeriko, localité située à 15 kilomètres d’Eringeti. Un jour avant, soit le 24 octobre courant, des éléments ADF ont kidnappé une femme dans la région de Kainama, à environ 50 kilomètres au Nord-est d’Eringeti.

C’est dans ce contexte que les forces onusiennes ont placé en alerte maximale toutes ses troupes déployées dans la région. A Masisi, l’autre territoire en proie à l’insécurité créée par des groupes armés, l’armée loyaliste y menée une opération contre les éléments de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS), dont la récurrence de l’activisme a été rapportée ces derniers jours. De même, des exactions perpétrées par des éléments des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) contre les populations civiles, ont également été rapportées. Les populations de toutes ces localités victimes de conflits armés devenus cycliques, n’aspirent qu’au retour d’une paix durable. Un défi auquel les troupes gouvernementales doivent coûte que coûte relever pour redonner de l’espoir à tous ces milliers des Congolais.

[Dovin Ntelolo Diasonga]


Cet article a été lu 3268 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0