Expulsions inhumaines : UNIKIN montre la voie à suivre

Font size: Decrease font Enlarge font
image UNIKIN - Groupe d'étudiants a l'Unikin

L’onde de choc des expulsions des Rd Congolais du Congo-Brazzaville atteint les milieux universitaires. Hier, les étudiants de l’UNIKIN ont donné le ton. Outrés, révoltés par les exactions sans nom dont sont victimes leurs compatriotes refoulés, les « camarades » O de la « Colline inspirée » étaient sur le point de battre le pavé. Une colère légitime.

Les étudiants de l’Université de Kinshasa, stoppés hier par la police alors qu’ils marchaient pour protester contre les expulsions des Congolais de Brazzaville, disent reporter à une date ultérieure leur marche pacifique. Phare de la société, l’Université montre la voie à suivre. Reste que toutes les forces vives du pays manifestent leur désapprobation à l’égard de ces actes ignobles et aussi témoignent leur solidarité aux victimes.

La police a dispersé mercredi 7 mai une marche des étudiants de l’Université de Kinshasa (Unikin) qui comptaient protester pacifiquement contre les expulsions doublées des violences des Congolais vivant à Brazzaville. Selon des sources à l’Unikin, les manifestants ont été dispersés à coup de gaz lacrymogènes juste quand ils descendaient vers le Rond-point Ngaba. 

Déjà la veille, cette marche a été interdite par le Gouvernement provincial. Ces manifestants, plusieurs centaines selon les organisateurs, trouvent que les autorités de Kinshasa font preuve de " passivité " et déplorent qu’une marche pacifique soit étouffée par la police au lieu d’être encadrée. Leur marche pacifique devrait les conduire jusqu’à l’Assemblée nationale où ils comptaient déposer un mémorandum en rapport avec ces expulsions.

Contacté par Forum des As, le recteur de l’Université de Kinshasa, le professeur Labana a affirmé qu’il n’y a pas eu de casses ni autre incident à déplorer à la suite de cette intervention de la police. Dans une intervention télévisée, le prof Lubana a exhorté les étudiants au calme et à se concentrer sur leurs activités académiques.

ELAN PATRIOTIQUE

Il faut ici saluer cet élan patriotique de l’Université, phare de la société et des étudiants, l’avenir du pays. C’est donc normal qu’ils ne soient pas indifférents aux malheurs qui frappent leurs compatriotes. 

On souhaiterait même que toutes les forces vives de la République embrayent sur le même élan patriotique et manifestent leur désapprobation en rapport avec les traitements dégradants subis par nos compatriotes à Brazzaville. Et aussi témoignent leur solidarité avec les victimes. Cet élan patriotique prouve qu’aucun Congolais n’approuve ces traitements inhumains infligés à des rd Congolais par les autorités d’en face. Selon le gouvernement congolais, 72 731 Congolais de la RDC ont déjà été refoulés du Congo-Brazzaville.

A Kinshasa, le Gouvernement a déploré, le mardi 6 mai, les exactions, extorsions, tortures et lynchages subis par ces expulsés « de la part de certains éléments de la police et des bandes des jeunes xénophobes de la République du Congo-Brazzaville ».

[Didier KEBONGO]


Cet article a été lu 4459 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0