RDC : La recherche scientifique reléguée à l'arrière plan

Font size: Decrease font Enlarge font
image Unikin - Faculté Polytechnique

Branche importante de l'enseignement supérieur et universitaire, la recherche scientifique constitue le socle même du développement de toute une nation. En République démocratique du Congo, des moyens importants étaient consacrés jadis à ce domaine (recherche scientifique) permettant non seulement aux professeurs, mais également aux étudiants d'effectuer leurs recherches dans de très bonnes conditions.

Malheureusement, ce n'est plus le cas aujourd'hui, en jetant nos regards sur les milieux universitaires, l'on s'aperçoit que la recherche scientifique a été reléguée à l'arrière plan. Aussi bien du côté des professeurs que celui des étudiants.

Ici, l'on peut citer à titre d'exemple, les travaux pratiques recommandés aux étudiants sur des styles précis. Pour bien réussir ce genre d'exercice, les étudiants doivent en principe mener des recherches eux-mêmes en recourant à tous les moyens qui s'offrent à eux : bibliothèque, internet, enquêtes,  interviews et….

Mais, il se trouve malheureusement que cette façon de procéder n'a plus  sa raison d'être suite notamment  à l'instauration par des professeurs d'universités de certaines pratiques qui n'aident pas à promouvoir la recherche scientifique dans le clef des étudiants.

Il s'agit plus précisément de la vente obligatoire des syllabus. Tout étudiant qui prend le risque de se dérober de cette obligation d'achat du syllabus de son professeur souvent vendu à des prix exorbitants court également le risque de ne pas être coté lors des examens ou interrogations.

Voilà la principale cause de l'absence de l'initiative de recherche chez un étudiant. Ce manque d'initiative à l'esprit de la recherche scientifique, on le trouve curieusement, même chez les professeurs d'universités eux-mêmes.

Considéré au sein de la société comme des maîtres du savoir  comme des savants,  la plupart de ces professeurs ont malheureusement préféré verser dans la politique. On les voit à longueur des journées dans des débats télévisés, plutôt que dans les laboratoires de recherche où ils sont censés être en permanence pour concevoir ou inventer des choses qui peuvent  aider le pays à se développer.

 Mais sous d'autres cieux, nous voyons ce que  ces recherches scientifiques produisent ou apportent dans les domaines électronique, technologique, aéronautique et spatial.

Raison pour laquelle à notre avis, la recherche scientifique reste un domaine aujourd'hui négligé oublié dans notre pays, et pourtant elle avait l'impact à l'époque du côté étudiant et aussi celui des professeurs congolais. Comment devons-nous parler de la recherche scientifique dans notre pays, aussi longtemps que nos instituts supérieurs et universités abritent des laboratoires qui ne sont pas bien équipés et non viables ?  De faute de niveau de l'économie du pays, comment un étudiant peut aller faire des recherches scientifiques ventre affamé ? Et voir même le problème de la culture, de la lecture, qui n'est plus à la portée d'un Congolais est comment  il pourra inventer, nous avons remarqué que la recherche scientifique ne se limite qu'aux (TFC, Mémoire, Thèse) au lieu parfois d'aller au-delà… a l'invention de quelque chose qui cadre avec son domaine.

Pour les étudiants, il faudra réveiller notre esprit et connaître son apport dans son domaine et dans sa société, et le jour où nous serons capables de découvrir, c'est ce jour-là que sortira la force de l'étudiant et l'enseignement congolais.

[Lucien Kazadi Kayumba]


Cet article a été lu 5372 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0