Niveau bas de l'enseignement en RDC : La synergie du personnel enseignant lance une pétition contre la gouvernance de l'EPSP

Font size: Decrease font Enlarge font
image Maker MWANGU FAMBA

Pétition contre le niveau bas de l'enseignement en RDC, les Eglises catholique et protestante au ban des accusés. Pour la synergie du personnel enseignant, ces institutions accompagnent l'Etat en tirant profit de leurs avantages au détriment des enfants congolais qu'elles devaient pourtant assister !

L'année scolaire 2013-2014 est celle de l'espoir pour les enseignants déterminés à faire bouger les choses dans le secteur de l'enseignement. Réunis au sein de la Synergie des syndicats des enseignants de la RDC, qui a lancé, depuis le 30 août dernier, la pétition contre la gouvernance de l'EPSP (Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel), caractérisée, selon l'organisation, par une mauvaise gestion dans le secteur, les enseignants visent aussi les églises catholique et protestante.

Les enseignants déplorent que l'Eglise qui, contrairement à sa vocation de sacerdoce et d'apporter assistance aux enfants de Dieu, vise désormais son intérêt à travers les écoles conventionnées. L'Eglise accompagne l'Etat en tirant profit au détriment des enfants congolais auxquels elle est sensée apporter assistance. Elle fixe les frais de scolarité les plus chères de toutes les écoles à travers le pays.

C'est dans ce cadre que la synergie compte rencontrer, outre les autorités à qui elle exige la mise sur pied d'un plan dynamique pour l'amélioration de l'enseignement dans le pays, les princes de l'Eglise afin de débattre de la baisse du niveau de l'enseignement dont elle est aussi responsable en complicité avec l'Etat.

La synergie déplore, par ailleurs, la présence depuis quelques temps d'une note circulaire qui suspend un certain nombre de chefs d'établissements scolaires à travers la ville province de Kinshasa pour mauvais résultats aux examens d'Etat.

La note circulaire sanctionne les chefs des établissements scolaires qui ne sont pas en réalité responsables des échecs des élèves, pendant que l'Inspection général de l'EPSP mobilise chaque année les inspecteurs pour évaluer le niveau d'enseignement dispensé dans les écoles, la prestation du personnel enseignant ainsi que le niveau des élèves.

Ces inspecteurs qui ne procèdent pas à une bonne évaluation de l'enseignement dans le pays, parce qu'ils la font avec complaisance, sont épargnés dans la note circulaire.

Les sources relèvent en outre que plus de 191 écoles, dont 132 écoles privées, ont suspendu les préfets et autres responsables des écoles. Ces derniers qui ont désormais peur de perdre leurs postes de responsabilité, vont se livrer dans la corruption, chose qui est condamnée dans tous les secteurs tout comme dans l'enseignement, pour permettre à leurs écoles d'obtenir les meilleurs résultats aux examens d'Etat.

Une façon, pour ces chefs des établissements scolaires, de sauvegarder leurs postes. Conséquence, le niveau de l'enseignement dans le pays sera de plus en plus au rabais. Pour la synergie, les examens d'Etat dans leur forme actuelle sont couronnés de la corruption.

Un autre fait est que le gouvernement, à travers sa structure habilitée, continue à accorder les agréments aux écoles privées qui sont créées chaque année et dont les résultats dans l'ensemble sont médiocres. Sans oublier que le budget alloué à l'enseignement est insignifiant. C'est dans ce cadre que la Synergie des syndicats des enseignants de la RDC exige que le système éducatif congolais dans l'ensemble soit revu et amélioré.

[Lucien Kazadi T.]


Cet article a été lu 7494 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0