RDC : Dégradation du climat sécuritaire à Dungu

Font size: Decrease font Enlarge font
image FARDC

La présence des rebelles ougandais de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) reste un casse-tête sécuritaire dans le territoire de Dungu, dans la province du Haut-Huélé, où ces hommes armés s’illustrent de nouveau par des attaques contre des paisibles citoyens. Révolté par tant de souffrances endurées par la population civile, le vicaire général du diocèse de Dungu, abbé François Doko Muke, fustige la dégradation du climat sécuritaire observé actuellement dans cette zone.

L’abbé condamne, avec la dernière énergie, la détérioration du climat sécuritaire qui prévaut actuellement à Dungu, du fait du regain de l’activisme des éléments résiduels de la LRA. Il a exprimé son ras-le-bol le mardi denier à l’issue de la première session préparatoire au jubilé du diocèse de Dungu qui s’est clôturée le week-end dernier.

En fait, depuis quelque temps, des rebelles ougandais de la LRA créent l’insécurité dans plusieurs localités du territoire de Dungu. Ces miliciens s’attaquent surtout aux personnes qui voyagent par voie routière, notamment sur le tronçon  Dungu-Bangadi-Ngilima.

Selon plusieurs témoignages recueillis sur place, ces assaillants armés identifiés comme appartenant à la LRA, enlèvent, assassinent et pillent les biens des populations civiles dans les villages où ils opèrent.

Impuissante et livrée à elle-même, souligne l’Abbé François Doko Muke, cette situation non seulement terrorise les villageois qui ont peur de se rendre dans leurs champs, elle accentue la pauvreté, surtout, limite le déplacement des populations civiles. Ainsi, pour garantir la libre circulation  et le droit au travail à tous, il appelle les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à sécuriser davantage la population.

« Ce qu’on déplore parfois, on ne connait pas la position de l’Etat. De temps en temps les abbés tombent victimes mais c’est surtout la population qui en pâtit », a-t-il déploré.

Certainement bien informé de la situation sécuritaire qui prévaut actuellement dans ce territoire de la nouvelle province du Haut-Uélé, le commandant du secteur opérationnel des FARDC à Dungu, le Général Willy Bonane, rapporte Radiooakapi.net dans sa livraison du mardi 4 août courant,attribue ces cas d’insécurité aux petits bandits qui se font passer pour des rebelles LRA.

Des patrouilles mixtes pour contrôler la situation

Pour apaiser la population victime de Dungu, le haut officier militaire congolais assure que des patrouilles mixtes forces gouvernementales et forces onusiennes s’effectuent pratiquement dans tous les axes routiers du territoire et que ses hommes sont déterminés à mettre fin à cette insécurité.

Sur le terrain, malgré des efforts militaires significatifs fournis par l’armée loyaliste engagée dans la lutte contre les rebelles résiduels de l’Armée de résistance du seigneur (LRA), encore actifs dans les districts de Haut-Uélé  et de Bas-Uélé, dans l’ex Province orientale, ces rebelles ougandais continuent de troubler la paix sociale dans cette partie du pays.

Il y a moins de deux semaines, six incidents liés à l’activisme des groupes armés ont eu lieu dans les différentes localités situées dans les territoires de Dungu et de Niangara, dans la province du Haut-Uélé.

Des éléments supposés appartenir à la LRA ont tendu une embuscade et perpétré des pillages sur les axes Dungu-Bangadi, Bangadi-Nambia et DunguFaradje. Les incidents perpétrés sur l’axe Bangadi-Niangara ont été concentrés dans la région de Nambia, un ancien bastion de la LRA, où des accrochages avec des unités des FARDC ont fait quatre morts chez les insurgés et un autre chez les forces loyalistes.

Pratiquement à la même période, des exactions contre les populations civiles ont été perpétrées par les mêmes rebelles de la LRA dans les deux anciens districts de l’ex Province Orientale (Haut-Uélé et Bas-Uélé).

Pas plus tard que le 21 juillet dernier, cinq garçons ont été enlevés, un  homme blessé et des maisons pillées, au cours d’une attaque lancée par des présumés rebelles de la LRA dans la localité de Mandanda, située à 76 kilomètres à l’Ouest de Dungu.

C’est dans ce contexte que des unités des forces gouvernementales  déployées dans cette province dans le cadre des opérations conjointes, ont maintenu une forte pression militaire sur les éléments résiduels de la LRA, afin de mettre fin à leurs atrocités contre les populations civiles.

Quelques jours auparavant, soit le 19 juillet dernier, quatre  rebelles de la LRA et un  militaire des FARDC ont été tués, au cours d’offensives lancées par des troupes FARDC contre des positions de la LRA situées dans la région de Li-Mbio, située à 23 kilomètres au Nord de Bangadi.

[Dovin Ntelolo Diasonga]


Cet article a été lu 3398 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0