RDC : Les camps de déplacés attaqués en Province Orientale

Font size: Decrease font Enlarge font
image Kivu : Des Congolais forcés de fuir...

Le chef de Bureau de la coordination de l’Onu aux affaires humanitaires en RD Congo (OCHA-RDC) par intérim, Joseph Inganj, dans une déclaration publiée, mardi 07 avril 2015 à Kinshasa, « condamne  fermement les cinq attaques perpétrées durant le seul mois de mars, contre des sites abritant des personnes déplacées dans le territoire d’Irumu, en Province Orientale.

Durant ces attaques, indique-t-il, « des bandes armées ont commis de violations graves des droits humains et du droit humanitaire ». A cet effet, il « exhorte les autorités congolaises à se conformer au Droit international humanitaire auquel l’Etat congolais est soumis et qui garantie la protection des civils, y compris celle des personnes déplacées ».

Joseph Inganj souhaite que les coupables  de ces attaques répondent de leurs actes. Car, explique-t-il, « les sites et camps de personnes déplacées sont des lieux protégés par le Droit international humanitaire, et, par conséquent, ne peuvent pas être la cible d’acte belliqueux ».

Cinq attaques dans un mois

Faisant partie de la population civile, les personnes déplacées doivent bénéficier de la protection accordée par le Droit international humanitaire. Selon Joseph Inganj, « depuis le début de l’année, le territoire d’Irumu vit un climat délétère inquiétant, tant pour les civils que pour les organisations humanitaires qui apportent aide et assistance à des milliers de civils ». La Province Orientale a connu, au total,  cinq attaques contre des sites abritant des personnes déplacées durant le seul mois de mars.

Le 31 mars 2015, des présumés miliciens avaient attaqué le site spontané de « Geti Etat », situé à 60 Km au sud de Bunia. « Dans la nuit du 27 au 28 mars, des miliciens ont attaqué le site de Mulangi (3 Km à l’Ouest de Geti), où ils ont torturé cinq personnes, blessé trois autres et emporté leurs effets », rapporte le communiqué d’Ocha-RDC.

« Le 18 mars, des hommes armés ont fait deux incursions dans les sites de Geti Etat et Geti Mission, où ils ont, ente autres, dépouillé de nombreuses personnes. Dans la nuit du 08 au 09 mars, c’est le site de Lagabo (30 Km au sud de Bunia) qui a été ciblé. Deux femmes y ont été violées », ajoute-t-il.


Cet article a été lu 2663 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0