RDC : Bandundu, un tableau sombre

Font size: Decrease font Enlarge font
image Joseph KABILA - President sortant de la RDC.

Aucune industrie génératrice d’emplois : toutes les huileries de Cooreman, CKE ,PLZ et autres de la belle époque ayant mis la clé sous paillasson depuis belle lurette, et la seule brasserie  » Sobraband  » n’ayant jamais ouvert ses portes. Des routes de desserte agricole en piteux état, conséquence de la disparition du cantonnage manuel. Des bâtiments publics délabrés. Une administration inopérante. Pas d’eau courante ni d’électricité dans des grands centres tels que Masi Manimba, Idiofa, Bulungu, Inongo, Mangai, Dibaya-Lubwé, … . Une multitude d’enseignants effectivement en fonction et recensés par la Fonction publique impayés depuis plusieurs années. Tel est partiellement le tableau sombre que présente la province du Bandundu, une entité disposant pourtant d’énormes potentialités naturelles et d’un potentiel humain hors du commun : population jeune, dynamique et entreprenante, intellectuels et politiques célèbres sans compter des religieux en nombre impressionnant. 

Pourquoi une telle situation ? ne cesse de s’interroger justement l’élite de cette province. Il est vrai qu’au niveau national les contraintes au développement sont telles que les provinces ne doivent pas se comporter  mieux que le pays. Mais dans le cas d’espèce de cette province, il s’avère que le problème se pose plus au niveau des hommes qui se montrent incapables de fédérer leurs efforts. Les uns et les autres sont plus attirés par leurs ambitions et intérêts personnels que par ceux de la communauté.

L’exemple le plus touchant qui a marqué de manière indélébile l’histoire de cette province est le transfert, dans des circonstances on ne peut plus ubuesques, du chef-lieu de la province de Kikwit à Bandundu.Alors que cette dernière ville ne disposait pas d’infrastructures susceptibles d’accueillir les services de l’Etat, un dignitaire de la 2ème république, très proche de l’ex-dictateur, s’était imposé pour que ce transfert ait lieu. Ce qui avait été fait et la province a fonctionné ainsi durant des années à la  vaille que vaille.

Et comme pour prendre sa revanche sur ce mobutiste, le gouverneur élu dans la foulée de l’arrivée de l’AFDL en 1997, s’est installé dans la ville de  Kikwit, devenue ipso facto chef-lieu de la province. Comble de ridicule, lorsque l’AFDL s’empare de Bandundu-Ville, une autre élection y est organisée avec un autre gouverneur. Il a fallu que Kinshasa intervienne pour que cette cacophonie cesse. Heureusement qu’il n’y a pas eu de  » casse « . En cette matière de conscience nationale, l’élite du Bandundu peut se prévaloir d’être citée en exemple. Mais curieusement, sur le plan local, il y a beaucoup à redire.

L’égoïsme, cause du blocage

Une analyse froide et objective des causes de la déliquescence que connaît la province du Bandundu révèle qu’elle est principalement due à l’égoïsme des personnalités qui émergent au sommet de l’Etat et aux antagonismes entre elles. L’on raconte que cette regrettable situation date de l’époque mobutiste où des politiciens du même coin s’entredéchiraient autour du  » Président-Fondateur  » pour s’attirer sa sympathie au détriment de leur concurrent et même de la population. C’est ce qui explique qu’à cette époque-là, deux vertébrés ne devaient jamais être nommés au même moment à de grandes responsabilités surtout s’ils étaient du même district. Si un intéressant projet de développement était initié par tel, tel autre faisait tout pour qu’il échoue sinon il volerait le leadership.

Ces querelles intestines doublées de jalousie et de haine ont été poussées à l’extrême jusqu’à provoquer l’assassinat, suite à une dénonciation calomnieuse, de deux des meilleurs fils de la province à savoir : Kuku Jean de Dieu alias KudiaKubanza et Matanda.

Aujourd’hui l’on constate malheureusement que les mêmes démons poursuivent leur œuvre dévastatrice en opposant les sommités de la province les unes aux autres. A titre illustratif, le conflit  » bête  » né lors de la célébration du 40ème jour de la mort du célèbre artiste musicien Kester Emeneya. Puisque les uns et les autres voulaient mordicus à tirer de leurs côtés les dividendes de cette manifestation, ce qui aurait dû être une fête s’est transformé en drame.La ville de Kikwit manque cruellement d’eau et d’électricité alors que l’un de ses fils a trôné à la Primature pendant plus de deux ans. Comme le ridicule ne tue pas, nous avons vu l’année dernière cette personnalité demander au Premier ministre Matata Ponyo de résoudre le problème de desserte en eau et en électricité de Kikwit lorsque le chef du gouvernement avait visité cette ville.

Les travaux du barrage hydroélectrique de Kakobola, à quelques encablures de la cité de Gungu, n’avancent pas sans que les élus de la province en fassent leur préoccupation. Il en est de même de la rénovation du stade de Kikwit dont on ne connaît exactement à ce jour les motifs de l’arrêt alors que les députés et sénateurs s’y rendent régulièrement en vacances parlementaires.

Il y a peu des véhicules de l’usine Pain Victoire approvisionnaient en pains, après une seule journée de voyage, des cités comme Idiofa, Mangai et Idiofa. Mais suite à la détérioration de la route Kikwit-Idiofa, cette usine a cessé avec ce trafic au grand dam des habitants de ces coins.Il en est de même de la société de  transport Inter Congo dont les bus desservaient la ligne Kinshasa-Idiofa, qui a mis fin à ce trafic suite au même motif.

Du côté du Lac Mai-Ndombe, c’est régulièrement que les baleinières font naufrage causant de lourdes pertes en vies humaines sans que ces accidents n’émeuvent outre mesure les  » notables  » et autres élus de la province.

Au regard d’un tableau aussi sombre qui est la conséquence d’un manque criant d’attachement à leur terre natale, que peuvent attendre les actuels mandataires des populations du Bandundu aux prochaines échéances ? Ils ne doivent s’attendre qu’à une véritable raclée.

[RombautOt]


Cet article a été lu 5541 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
4.00