RDC : Les revendications de la FRPI de Cobra Matata

Font size: Decrease font Enlarge font
image Cobra MATATA

Avant de déposer leurs armes, les miliciens FRPI de Cobra Matata exigent : l’amnistie, l’intégration au sein des FARDC avec confirmation de leurs grades ainsi que la prise en charge de leurs combattants, durant toute la durée du processus en cours. La même source indique que la partie gouvernementale n’a pas encore réagit à ces revendications.

Il se tient depuis mardi 13 janvier courant, en Province Orientale, à Bunia, précisément à la localité Aveba, des débats entre d’une part les miliciens de la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) et d’autre part la délégation mixte Forces  armées de a RDC (FARDC) et la Monusco.

Les discussions entre ces deux parties s’articulent autour du désarmement volontaire de ce groupe armé, dont le chef appelé Cobra Matata s’était déjà rendu aux mains des forces loyalistes, au terme d’une action de reddition.

Laquelle reddition s’inscrit dans le cadre d’un processus lancé par le gouvernement à l’endroit de toutes les forces négatives qui opèrent depuis près d’une décennie dans la partie Est du pays. Où toutes ces forces se sont illustrées dans les violences et autres tueries vis-à-vis des populations locales condamnant ainsi ces populations à mener une existence infrahumaine, non sans avoir mis un frein à tout esprit de développement.

Peu soucieux des actes négatifs posés, ces groupes armés trouvent encore qu’ils des droits à revendiquer avant de pouvoir s’engager dans ce processus de désarmement volontaire. C’est dans ce contexte que les pourparlers en cours posent un sérieux problème, en dépit de la menace que brandissent les FARDC et la Monusco, disant que dans le cas contraire ces deux forces coalisées agiront par force.

A la FRPI les miliciens qui semblent opposer un refus à cet appel exigent entre autres conditions : l’amnistie, l’intégration au sein des FARDC avec confirmation de leurs grades ainsi que la prise en charge de leurs combattants, durant toute la durée du processus en cours, peut-on retenir d’une livraison faite par radio Okapi. La même source indique que la partie gouvernementale n’a pas encore réagit à ces revendications.

Entre temps, il nous revient que la tension est vive entre les protagonistes. La délégation FARDC-Monusco est formelle sur un point. Que les miliciens de Cobra Matata déposent leurs armes avant qu’il ne soit plus possible de soumettre le sujet à un débat.

Tout laisse entrevoir que la suite est à craindre. Un affrontement ne parait pas impossible sur le terrain. Cela étant la directrice chargée de la protection de l’enfance au sein de la mission onusienne en RDC, Mme Dee Brillenburg attend des responsables de cette milice, la libération sans conditions des enfants enrôlés dans leur groupe armée. De même que la population de la localité d’Aveba a vidé le lieu, craignant que ces discussions ne débouchent sur un conflit armé.

Pour éviter que cela ne dégénère, les représentants mixtes des forces loyalistes, en l’occurrence le général-major Léon Mushale, commandant de la 3ème zone de défense des FARDC et le général Abdallah Wafy, représentant spécial  adjoint du secrétaire général adjoint des Nations unies en RDC, mettent tout en œuvre dans l’optique d’un heureux aboutissements des pourparler en cours à Aveba, à Bunia.

Tout compte fait les enchères que font monter la FRPI ont peu de chance d’aboutir dès lors que certains parmi ceux qui dans le temps avaient bénéficié des avantages s’inscrivant dans le cadre du programme de désarmement, démobilisation, réinsertion (DDR), en avaient  abusé, en reprenant par la suite le chemin des maquis, quand, ce n’était pas une occasion pour eux d’infiltrer nos institutions, pire encore en ambitionnant de grandes responsabilités à des grades pour lesquelles, ils n’avaient pas les compétences requises mais puisque favorisés par le programme DDR, ils se sont retrouvés au sein des institutions de la RDC.

Maurice Bakeba


Cet article a été lu 5232 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0