RDC : Trente-six détenus de la prison de Lisala se sont évadés

Font size: Decrease font Enlarge font
image Jean-Claude BAENDE

Dans la nuit de samedi 6 au dimanche 7 décembre 2014, la prison de Lisala dans l’Equateur à encore enregistré des évasions après celle du mois de février dernier qui avait vu 46 prisonniers partir en cavale. Trente-six détenus de la prison de Lisala se sont évadés sous une pluie torrentielle en creusant un trou dans le mur de la prison qui leur a permis de s’enfuir, apprend t- on la radio Okapi.net du mardi 9 décembre 2014. 

Un activiste des droits de l’homme sur place rapporte que les évadés ont creusé, avec leurs mains, un trou dans le mur de la prison avant de s’enfuir. Le seul détenu qui est resté dans cette maison carcérale est un enfant qui dormait pendant l’évasion.

Cet activiste des droits de l’homme a, en outre, révélé que plusieurs évasions ont été  enregistrées dans la prison de Lisala depuis le début de cette année. Cet établissement pénitencier est très délabré. C’est un vieux bâtiment, mal aéré, avec des murs crasseux. Les chauves souris y prolifèrent.

 » Il ne se passe pas un mois sans qu’on enregistre des évasions, indiquent des sources  concordantes. Plusieurs évasions ont été enregistrées dans la prison de Lisala depuis le début de cette année jusqu’à ce moment. En février dernier, 46 détenus s’étaient déjà enfuis.  »

A cet effet, il a demandé au gouvernement la réhabilitation, dans le meilleur délai, de ce centre pénitencier. « Le bâtiment est devenu très vétuste vu son âge car construit avant l’indépendance, il y a vraiment beaucoup à faire. Le ministère de la justice doit mettre en œuvre tous les moyens possibles pour réhabiliter le bâtiment. « .

Les conditions de détention des prisonniers sont difficiles, occasionnant parfois des tentatives d’évasion qui tournent au drame. C’est le cas d’un détenu qui a été abattu par les éléments de police commis à cette prison  alors qu’il tentait de s’évader.

Ces multiples évasions inquiètent les autorités judiciaires qui craignent que des détenus dont ils ont prononcé la condamnation s’en prennent à eux. Les auxiliaires de la justice expriment les mêmes craintes.

Tous demandent au ministère de la Justice d’autoriser le Parquet de Lisala d’utiliser la prison militaire d’Angenga pour garder les détenus dangereux. La prison d’Angenga est située à 25 km de Lisala. En piteux état pendant plusieurs années, elle a été réhabilitée.

[Jocelyne Wandje Mbote]


Cet article a été lu 3072 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0