Avec des chikwanges : Les jeunes de Beni ont mangés la chaire d'un rebelle ougandais ADF-NALU

Font size: Decrease font Enlarge font
image Beni - Un rebelle ougandais ADF-NALU brule

Manger la chair humaine en plein air. Quelques jeunes de Beni-ville très irrités en ont fait une démonstration surprenante et inimaginable le vendredi 31 octobre 2014, en consommant publiquement les restes d’un présumé rebelle ougandais de l’ADF-Nalu qui venait d’être brûlé vif par une foule en colère.

L’homme lynché s’appelle Bizimana Katukanza. Lui et 4 autres personnes ont quitté Butembo le vendredi à 10 heures en partance pour la ville de Beni. Arrivés au parking d’Oïcha où ils voulaient descendre du véhicule, ils ont été interrogés par des jeunes taximen qui les suspectaient à partir de leur langage.

En « promenade de reconnaissance de certains endroits »

Après interrogatoire, ils ont avoué appartenir au groupe armé ADF, précisant qu’ils ne sont « pas du groupe des gens qui sont en train d’égorger les habitants en territoire de Beni ». Toutefois, ont-ils allégué, ils n’étaient que dans « une promenade de reconnaissance de certains endroits du Nord-Kivu ».

Selon notre correspondant à Beni, ces hommes étaient munis d’une machette neuve entourée d’un pagne neuf.

La victime de cette justice populaire a tenté de s’enfuir pendant que les taximen interrogeaient encore tous les suspects. Ses efforts ont été vains. Arrêté à quelques mètres au quartier Matonge, Bizimana Katukanza a été brûlé après que du sel ait été dispersé sur son corps. 

Des jeunes, dont personne ne comprend l’état psychologique, ont acheté des chikwanges pour « accompagner » la chaire humaine. D’autres taximen ont pris certains morceaux de la chair humaine qu’ils allaient montrer à ceux qui n’ont pas vécu le fait.

Le maire de Beni est arrivé sur le lieu et a vu de ses yeux comment certains de ses administrés consommaient  la chair humaine. Nyonyi Bwanakawa s’est limité à déplorer le fait tout comme le commandant de la police, district de Beni-ville qui était à ses côtés.

Entre-temps, les 4 voyageurs parmi lesquels un enfant, sont déjà entre les mains de la Garde républicaine. 

[Jack Maliro]


Cet article a été lu 3724 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0