RDC : Les M23 se réorganisent pour déstabiliser le Kivu

Font size: Decrease font Enlarge font
image M23

La Société civile du Nord-Kivu, (Est de la RD Congo) qui continue d’être « alertée par la population sur l’éventuelle réorganisation et l’infiltration en province des éléments ex-M23 en perspective de prochaines hostilités à partir des territoires de Rutshuru et Nyiragongo », dénonce l’enrôlement « de force » des jeunes.

Elle indique que « certains collabos et anciens caciques du M23 seraient déjà en œuvre pour baliser le terrain et faciliter ce plan déstabilisateur » de la province.

« Certains anciens administratifs M23, revenus au pays, sont pointés du doigt. Servant d’équipe d’avance, certains ex-M23, bien connus pour avoir enrôlé de force les jeunes de Rutshuru dans la rébellion  se livrent en ces jours à une sensibilisation clandestine à travers laquelle ils appellent les jeunes à s’enrôler et de rejoindre certains camps », accuse le vice-président et porte-parole Omar Kavota.

« Une brebis galeuse » dénoncée

A Katale et Buvunga, dans le Groupement de Kisigari (chefferie des Bwisha), la population dénonce « une brebis galeuse ».

« L’homme est identifié comme Jean Félix Shamba, ancien chef de poste d’encadrement administratif de Rugari et Kisigari avant et pendant l’occupation du M23.  Lors de l’occupation du M23, Félix Shamba avait enrôlé de force plusieurs jeunes du groupement de Kisigari dans la rébellion. Il était l’un des très fideles du mouvement », précise Me Kavota dans un communiqué parvenu jeudi 09 octobre 2014 à Lepotentielonline.com.

Il rappelle qu’« à la débâcle de la rébellion, Félix s’était enfui au Rwanda en passant par l’Ouganda ».

« Ce n’est que vers juin qu’il rentre par Gisenyi (Rwanda) pour  se réinstaller chez lui en territoire de Rutshuru. Ce qui avait suscité la peur des habitants. Il avait fait sa rentrée avec celui qui avait été chef de Cité de Rubare pendant le M23 et la fille de M. Tambour, ancien comptable de l’hôpital de Rwanguba sur l’axe Bunagana, pour ceux qui connaissent le territoire de Rutshuru », souligne-t-il.

« Rentrés sans avoir signé les formulaires de demande d’amnistie »

Selon le vice-président et porte- parole de la Société civile, « les trois ex-M23 sont rentrés sans avoir signé les formulaires de demande d’amnistie ».

Compte de cette situation, signale-t-il, « les services de l’ANR (Agence nationale de renseignements) ont mis la main sur eux pour les conduire à Goma où ils étaient en détention ».

« Après signature des formulaires de demande d’amnistie, ces anciens M23 ont été relâchés par l’ANR. Il y a environ un mois depuis leur retour en Rutshuru, et depuis, la population dénonce dans le chef de Félix la sensibilisation et l’enrôlement clandestin des jeunes en faveur d’un mouvement qui ne dit pas encore son nom mais qui, croit-on, serait la nouvelle formule M23 », dénonce Me Omar Kavota.

Appel à la « vigilance tous azimuts »

 A son avis, « il serait en train de demander aux jeunes qui l’écoutent de rejoindre un Camp de regroupement à  Kichanga (en chefferie de Bwiro) ».

« Notre Structure, qui considère de très sérieuses les menaces sur la réorganisation des ex-M23, en appelle à la vigilance tous azimuts de la population et invite les forces et services de sécurité  à prendre leurs dispositions pour éviter toute sorte de surprise », alerte-t-il.

Par ailleurs, la Société civile du Nord-Kivu stigmatise, dans une déclaration publiée le 06 octobre 2014, les « sabotages répétés de l’ADF-NALU dans les localités libérées par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

DECLARATION

A l’occasion de l’incursion des rebelles de l’ADF-NALU dans la localité de Linzo-Sisene, en Groupement de Bambuba-Kisiki, dans le Secteur de Beni-Mbau, au nord du territoire de Beni, le bilan est revu à la hausse : il est lourd, très lourd même :

A. 7 civils tués dont :

1) Mme Kavira Kavota Jacqueline (42ans) et son fils mord, tous résidents d’Oicha, Quartier Mabasele, qui revenaient de leur champ de Ndalia pour Oicha;

2) M. Paluku Mbafumoja Elisée (28ans), habitant de Linzo-Sisene, abattu aussi tels les deux précédents aux environs de 19h 30 ;

3) Mme Sylvie Lukusu (18ans), habitante de Linzo-Sisene enlevée nuitamment avant d’être  égorgée dans la forêt par les ADF-NALU sur leur chemin de retour;

4) Mlle Masika Julie (14ans), enlevée aussi nuitamment à Linzo-Sisene, exécutée par les assaillants sur leur chemin de retour ;

5) Mme Mateso, épouse de M. Bonane, ainsi que M. Lwanzo (25ans, membre de famille et résident chez le chef de localité de Linzo-Sisene.

B. 10 civils enlevés, parmi lesquels 2 viennent de réussir de se sauver

En réalité dans le village, les assaillants ont enlevé 14 civils : ils ont exécuté 4 en route et 2 ont réussi à s’échapper ; ils gardent encore 8 en otages ;

C. 13 personnes ont été grièvement blessées par armes blanches (machettes ou baïonnettes)

De ces 13 personnes, figure le chef de localité Ahule Mutembezi III qui s’est échappé de justesse, alors qu’il était la cible principale à abattre. Ledit chef est accusé par les ADF de les trahir en servant comme pisteur des FARDC  lors de différentes opérations de traque contre eux.

Voilà pourquoi, étant donné la gravité de la menace, les populations vident leurs localités en direction d’Eringeti et Oicha, où une petite accalmie s’observe.

La Société civile du Nord-Kivu considère que cette situation réduit et fragilise les efforts jusque là consentis dans la traque contre les ADF-NALU. Elle en appelle aussi bien au Gouvernement congolais qu’à la MONUSCO à une action urgente pour limiter les dégâts.

Ainsi fait à Goma, le 06 octobre 2014

Pour la Société Civile du Nord-Kivu,

-Maître Omar Kavota, Président              

-M. Thomas D’Aquin Muiti, Vice-président et Porte-parole                          

-Mme JUSTINE MASIKA, 2e Vice-présidente


Cet article a été lu 6117 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0