RDC : Insécurité récurrente au Bandundu

Font size: Decrease font Enlarge font
image Joseph KABILA - President sortant de la RDC, Bandundu

Pendant que le Gouvernement congolais s’engage à tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité des habitants et de leurs biens, certaines personnes malintentionnées cherchent à remettre en cause la paix et la quiétude des autres. Ce qui se passe actuellement dans le Groupement Nkumi, Secteur Sedzo, situé dans le territoire d’Idiofa, nous sommes là dans la province de Bandundu, en est une parfaite illustration.

Tenez, il y a un conflit du pouvoir coutumier qui règne en maître dans cette partie du territoire national.

Selon les informations disponibles, depuis l’époque coloniale, c’est le clan Cephale qui était au pouvoir et ensuite viendra le clan Nsompata qui a succédé au pouvoir dont à la tête était le chef coutumier Ndiakwayi.  C’est celui, a-t-on appris des sources bien informées, qui avait baptisé ce Groupement au nom de Nkumi. Et pourtant, il était né au village Mbala.

Aujourd’hui, qu’est-ce qu’on constate, au lieu de placer au pouvoir un natif du terroir, malheureusement, il s’agit d’un prétendant chef de Secteur Bea Mbala, dépourvu des notions d’administration sociale, humaines et politiques, qui crée l’insécurité.

Il s’est permis de recruter les jeunes pour qu’ils empêchent les autorités territoriales à arriver dans ce coin du pays. Après avoir crée l’insécurité dans le siège du Secteur Sedzo, ce prétendant chef coutumier s’en va maintenant en guerre contre les ayants droits du pouvoir c.à.d, le Groupement Nkumi parce que les membres du Groupement avaient refusé d’aller voter en 2011 dans le Groupement Munime où le neuveu du chef coutumier de Bea Mbala s’était présenté comme candidat à la députation nationale pour le compte de l’UNC.

Cette attitude affichée par  le chef coutumier de Bea Mbala, n’augure pas un bon climat de paix et empêche l’administrateur du territoire de suivre les directives de la commission mixte territoriale qui était sur le terrain pour une enquête fiable.

D’après l’enquête, il a été clairement notifié que c’est M. Anatole Mpembe qui était le tenant du pouvoir.

Pour mettre fin à ce conflit, les membres du Groupement Nkumi, en appellent à la sagesse de l’administrateur de Bulungu, selon eux, c’est la seule voie à suivre pour le dénouement de la crise. Attendons voir.

[C.K./L'Observateur]


Cet article a été lu 3577 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0