Kivu : La liste de redditions des rebelles ne fait que s’allonger

Font size: Decrease font Enlarge font
image M23 a Mutaho, Est de la RDC

La liste de redditions des rebelles ne fait que s’allonger. Pour preuve, 31 autres miliciens se sont rendus, depuis le 9 septembre jusqu’à ce jour, à la Force de la Monusco, aux FARDC et différents bureaux de la section DDRRR déployés dans la province du Nord-Kivu, notamment à Sake, Katale, Nyamilima et Nyanzale.

Au total 31 éléments en provenance de différents groupes armés encore actifs au Nord-Kivu se sont rendus, du 9 septembre à ce jour, aux troupes onusiennes, congolaises et aux différents bureaux de la section DDRRR déployés dans la province, notamment à Sake, Katale, Nyamilima, Nyanzale, Walikale, Kanyabayonga, Kiwanja, Kisheguru, Ishasha, Kitchanga.

Selon la Monusco qui a livré cette information, il s’agit d’un combattant du groupe Maï-Maï Nyatura avec une arme AK-47, de sept éléments de diverses factions des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), avec une arme AK-56, d’un milicien du groupe Maï-Maï Shetani, de deux Jija avec une arme AK-47 et des munitions.

Il y a également un élément du groupe Maï-Maï Kifuafua, huit mutins du Mouvement du 23 mars (M23), avec cinq armes AK-56, trois armes AK-47 et des munitions, un combattant du groupe Maï-Maï Force de défense du peuple (FDP), avec une arme AK-47, huit miliciens du Mouvement populaire d’autodéfense (MPA), un rebelle de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APLCS), avec une arme AK-47 et un milicien de divers groupes Maï-Maï  avec une arme AK-47.

Subir la rigueur de la loi

Auparavant, le lieutenant-colonel Félix-Prosper Basse, porte-parole militaire de la Monusco, avait déclaré que le 12 septembre, deux civils ont été blessés par des tirs indiscriminés des rebelles du M23 contre des civils en déplacement soupçonnés d’appartenir au groupe armé MPA à Kiruhura, une localité située à 4 km au Sud-est de Kiwanja.

« La Force de la Monusco a immédiatement déployé des patrouilles d’intervention rapide dans la zone, afin de protéger les populations civiles », a-t-il dit. Avant de déplorer le fait que les rebelles du M23 aient ouvert le feu et tué un civil et blessé un autre dans le quartier Mabungo, situé à 2 km au Nord de Kiwanja.

« Le 15 septembre 2013, environ 150 individus fuyant les affrontements entre les éléments de l’APCLS et les Maï-Maï  du Mouvement autonome congolais (MAC) dans les zones de Habula (7 km à l’Ouest de Kashebere), Ndurumu et Kibati (10 km à l’Ouest de Kashebere), ont été regroupés et escortés en toute sécurité jusqu’à Kashebere par des troupes d’intervention rapide de la Force de la Monusco et des FARDC basées dans cette localité. La Force de la Monusco continue d’assurer leur protection », a rapporté Basse. Et de poursuivre : « Le même jour, l’APLCS a libéré 11 enfants de la localité de Mutondo sur les 15 qu’elle gardait en détention à Kinyumba, situé à 10 km au Nord de Nyabiondo ».

Dans le cadre de la lutte contre l’impunité,  certains observateurs estiment que les éléments en provenance de différents groupes armés qui se rendent chaque mois à la Monusco, aux FARDC et différents bureaux de la section DDRRR, devraient subir la rigueur de la loi.


Cet article a été lu 1932 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0