RUNIGA - MAKENGA : M23 le dernier jour arrive

Font size: Decrease font Enlarge font
image Sultani Makanga

Le seigneur de guerre Bishop RUNIGA, chef de la branche politique et le caporal rwandais MAKENGA chef de la branche militaire sont au service de leur pays d’origine et dépendent directement du producteur du groupe, KAGAME qui décide sur l’orientation à donner aux activités politiques et militaires à exercer par la troupe M23 sur terrain. Qui était RUNIGA et MAKENGA avant de décider de faire la guerre contre les institutions politiques congolaises. Quelle capacité intellectuelle en matière politique et militaire dont disposaient ces deux artistes pour l’action d’une telle envergure qui a bougé les grandes puissances régionales, continentales, internationales voir mondiale. Qui ne comprend pas à ce jour, le jeu auquel ces voyous de M23 sont entrain de jouer. Malheureusement, plus rien ne sera comme avant.

La malversation financière, la division, la haine ethnique voir l'escroquerie sont des accusations vraiment gratuite, vous allez aussi le constater, faites contre le Bishop seigneur de guerre, Jean-Marie RUNIGA par son complice aux lèvres peu rougeâtre, SULTANI MAKENGA qui lui reproche aujourd’hui après presque une année de compagnie, de voir  tenter d'entraîner le mouvement vers une reprise des hostilités et une nouvelle occupation de Goma, la capitale régionale du Nord-Kivu.

Comment deux aventuriers encouragés par un monsieur, qui se retrouve à la tête d’un Etat, décident de prendre les armes pour l’intérêt de leur pays véritables en tuant des milliers des personnes et en violant les femmes, peuvent arriver un jour à se destituer l’un contre l’autre car refuser ou soutenir la violence. Aujourd’hui, 11mois après avoir tuer, piller et violer les femmes, l’aventurier MAKENGA veut faire croire aux congolais et au monde  qu’il est contre la violence ? L’escroquerie ? Malversation financière ? Haine ethnique ? Même si celui n’a jamais fait la guerre, ne peut comprendre comment deux dirigeants d’un mouvement aussi connu et reconnu, ne peuvent se diviser pour des raisons si élémentaires. Reproché RUNIGA de soutenir BOSCO NTANGANDA, aujourd’hui MAKENGA peut nous dire celui qu’il soutien lui ? Qui représente MAKENGA devant NTANGANDA car à peine auto proclamé colonel, grade qu’il croit  obtenir au sein de l’armée congolaise, SULTANI MAKENGA n’était qu’un simple garde du corps sans grade d’officier. Prétendre prendre une position contre son Chef, MAKENGA doit nous expliquer d’abord la destitution jamais communiquée de NTANGANDA. Il veut prétendre soutenir la stabilité au Congo ? Quelle stabilité même si la paix n’a pour parent que la guerre. Farce car ce joué bien joué ne pourra convaincre, même pas un nouveau né.

Tenez, le seigneur de guerre Bishop RUNIGA, chef de la branche politique et le caporal rwandais MAKENGA chef de la branche militaire sont au service de leur pays d’origine et dépendent directement du producteur du groupe, KAGAME qui décide sur l’orientation à donner aux activités politiques et militaires à exercer par la troupe M23 sur terrain. Qui était RUNIGA et MAKENGA avant de décider de faire la guerre contre les institutions politiques congolaises. Quelle capacité intellectuelle en matière politique et militaire dont disposaient ces deux artistes pour l’action d’une telle envergure qui a bougé les grandes puissances régionales, continentales, internationales voir mondiale.

Qui ne comprend pas à ce jour, le jeu auquel ces voyous de M23 sont entrain de jouer. Malheureusement, plus rien ne sera comme avant.

Tout compte fait, le gouvernement congolais dont l’attitude et le comportement sont suivis de prêt, ne peut se permettre de considérer cette distraction comme une opportunité pour applique la même stratégie utilisée avec le CNDP entre NTANGANDA et KUNDA. Plus personne, rwandais ou ougandais soit il, ne peut être protégé au nom de la paix au Congo Kinshasa. Ni RUNIGA, ni MAKENGA encore moi leurs complices (LUMBALA), ne peut se moquer des congolais comme l’ont fait leurs prédécesseurs.

Voila pourquoi face à ce que les ennemis des congolais qualifient de la révolution du palais, nous voulons savoir la position claire du gouvernement dont les positions changent faute de constance. Jamais négocier avec le M23pour venir se contredire plu tard avec ce même M23 à KAMPALA. Heureusement que le chef de l’Etat  a décidé de rendre suicidaire toute rébellion au Congo. Aucun membre du M23 ne peut être toléré à Kinshasa même comme bourgmestre voir chef du quartier.

A eux, les congolaises et congolais, oppositions comme majorité, gouvernement comme chef de l’Etat, députés nationaux, provinciaux et sénateurs, tous nous devons leurs rendre la pièce de leur monnaie. Tôt ou tard, ils doivent le payer d’une manière d’une autre. Cette faute est incorrigeable. Ce pêché est impardonnable.

[JOHN LUNGILA]


Cet article a été lu 5072 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
4.00