Zoophilie en RDC : Un jeune homme s'accouple avec une chèvre dans la savane

Font size: Decrease font Enlarge font
image Chèvre

Un jeune homme a accepté de s'accoupler avec une chèvre d'autrui, et ce, dans  la savane... Mais qu'est-ce qui doit avoir poussé Anicet Muke à une telle abomination ?

Le village Lwele Mbele, groupement Ngalalwele, secteur de Kalankanda dans le territoire d'Idiofa/Bandundu est devenu, depuis la semaine passée, une sorte de parc d'attraction. Et pour cause ? Anicet Muke, jeune homme, la vingtaine révolu a accepté de s'accoupler avec une chèvre d'autrui, et ce, dans  la savane située non loin du village.

Cet acte contre nature serait passé inaperçu si Ndaa, jeune homme du même village, ne s'était retrouvé dans le même périmètre. Des gémissements qui lui parvenaient l'ont décidé à aller voir un peu ce qui se passait. Le spectacle qui s'est offert à lui quand il s'est rapproché dépassait tout entendement : Anicet Muke qu'il connaît bien, de surcroit marié était à califourchon sur la chèvre qu'il avait bien attachée pour prévenir tout mouvement de nature à déranger l'atterrissage au 7ème ciel.

La chèvre avait beau gémir, signe que la pilule était plus qu'amère, Anicet aveuglé et assourdi par la volupté de cet acte par lui convoité n'était pas de nature à se laisser emporter par la compassion. Il tenait à faire comprendre (si elle le pouvait) de quel bois il s'échauffe. C'était donc sur ces entrefaites que Ndaa avait fait irruption faisait rater à Anicet Muke l'atterrissage en douceur.

La nouvelle est arrivée au village comme une traînée de poudre, avec comme preuve à conviction, la chèvre que Ndaa tenait par la corde. Tout le monde a crié au scandale. La chèvre a été vite identifiée. Elle appartient à M. Ruph. Celui-ci, mis au parfum des faits tels qu'ils se sont passés dans la savane, n'a pas du tout admiré la manière dont sa bête a été traitée. Il a tôt fait de déposer sa plainte à la police de Kalankanda. Mauvaise coïncidence : les examens appropriés passé par les vétérinaires ont révélé que la chèvre était en gestation.

En profanes, les habitants de Lwele Mbele sont là à s'interroger de qui la chèvre de M. Ruph et en gestation ; s'agit-il d'un bouc ou d'Anicet Muke ? Préoccupation qui a contraint à la naïveté même des  scientifiques, qui savent que même s'il y a accouplement, il est hors de question que gestation puisse s'en suivre. Qui estiment qu'à terme, lors de la mise bas, on pourra savoir si c'est Anicet Muke ou un bouc du village qui est l'auteur. Pour eux donc, il y a beaucoup de chance que le résultat soit un métissage. Même les policiers sont dépassés par cette affaire rocambolesque.

Pour M. Ruph, le propriétaire de la chèvre, il  préfère d'abord attendre la mise bas pour savoir comment orienter l'affaire quelle sera la hauteur des frais à demander au titre de dommages et intérêts.

En tout cas, les Congolais ont déjà vu un chaton téter une chienne, une cane ou une pintade veiller sur des poussins, mais un homme s'accoupler avec une chèvre, il faut être Anicet Muke pour le faire. Au moment où le mariage homosexuel est loin de faire l'unanimité, en tout cas les habitants  de Lwele Mbele disent ne pas comprendre comment on peut envisager l'accouplement homme-chèvre.

Mais qu'est-ce qui doit avoir poussé Anicet Muke à une telle abomination ? D'aucuns évoquent le maraboutage, le fétichisme, l'occultisme… qu'ils expliquent par le fait que le jeune homme se fait toujours remarquer à la pêche par la grande quantité des poissons qu'il attrape au moment où les autres n'ont rien. Pour conclure que les réalités à la base de la pêche miraculeuse sont les mêmes qui doivent poussés à la zoophilie.

[Valentin Wakudinga]


Cet article a été lu 33960 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
2.40