RDC : Bosco NTAGANDA est une star

Font size: Decrease font Enlarge font
image Bosco NTAGANDA - Chef de rebelle tutsi rwandais à l'Est de la RDC.

Bosco Ntaganda est une star. Il fait la une des médias. Son nom figure dans l’agenda des rencontres politico-militaires au pays et dans la sous-région des Grands Lacs. Pourquoi ? D’abord, parce que l’homme a un parcours de seigneur de guerre commencé en Ituri et qui a trouvé son point d’orgue à Goma. Ensuite, parce que la paix et l’insécurité sont liées à son nom.

Au nom de la paix, Bosco Ntaganda a été intégré dans l’Armée nationale et bombardé général. Alors qu’il provenait d’un mouvement rebelle dénommé CNDP (Convention nationale pour la défense du peuple), une émanation du RCD. Ses ablutions faites, il a presté au sein des FARDC en qualité de comandant second des opérations militaires destinées à ramener la paix dans l’Est.

La raison était suffisante pour Kinshasa au point qu’il a fermé les yeux sur le mandat d’arrêt international lancé par la CPI (Cour pénale internationale) à l’encontre de ce criminel, devenu par le concours des circonstances, un pacificateur. «Chassez le naturel, il revient au galop », dit un adage. L’homme a fini, avec le temps, par se sentir mal à l’aise dans sa peau d’agneau.

Il a repris du poil de la bête aussitôt qu’il a appris que les opérations militaires qui lui servaient de prétexte pour servir sous le drapeau congolais ont été suspendues par le commandant suprême des FARDC. Sans surprise, il a fait défection des FARDC de manière spectaculaire à Goma. Cela en reprenant la tête d’une frange de mutins prêts à en découdre avec leurs poursuivants.

Donné pour être en cavale et traqué par les FARDC, l’homme semble jouer au chat et à la souris avec les forces loyalistes. Il serait même en passe d’être une légende, à l’instar de ses prédécesseurs, notamment Jules Mutebusi et Laurent Nkunda. Car, il disparaît au moment où on tente de mettre la main sur lui.

Le jeu consiste à faire de l’ex-colonel mutin Makenga Sultani le nouvel homme fort du CNDP qui sera, dans le cadre des cogitations en cours, le nouvel interlocuteur de Kinshasa pour relancer les accords de Goma. Lesquels ne sont qu’une distraction de plus de Kigali qui cherche par tous les moyens à revêtir d’un cachet officiel la présence de ses troupes sur territoire de la RD Congo.

D’ores et déjà, leur renforcement est dénoncé par la Société civile du Nord-Kivu qui fait état des traversées nocturnes et diurnes à partir, notamment de Kibumba, Bunagana et Mweso. Ainsi planifié, les opérations militaires à l’encontre des éternelles FDLR, supposées être une menace permanente pour le régime de Kigali, serviraient de paravent pour l’exécution en sous main du pillage des richesses naturelles de notre pays et, au final, le balkaniser.

Le jour n’est pas loin où l’on apprendra que Bosco Ntaganda a traversé la frontière pour se retrouver sur un territoire qui le protège contre le mandat de la CPI, moins encore celui de la RDC. Kigali n’est pas signataire du Traité de Rome ; il n’est pas non plus lié à Kinshasa par un accord d’extradition. D’où, l’embarras des deux voisins face à l’opinion internationale.

[Le Potentiel]


Cet article a été lu 5222 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0