RDC : La présence des mines antipersonnel signale au Katanga

Font size: Decrease font Enlarge font
image Mines antipersonnel - Stock de mines antipersonnel

Des voix s’élèvent de plus en plus au Katanga pour dénoncer «l’indifférence des autorités tant nationales que provinciales» et exiger des autorités provinciales le déminage de nombreuses localités. Le Nord de la province du Katanga reste l’une des zones où persistent encore des mines et autres engins non explosés. Le centre Zébreau réclame le déminage de l’axe routier Kabwela-Kakuyu (territoire de Kabalo) où l’on signale la présence des mines antipersonnel depuis dix ans, et on déplore le départ de l’ONG Dan Church Aid spécialisée dans le déminage, qui y a travaillé pendant six ans.

Des voix s’élèvent de plus en plus au Katanga pour dénoncer «l’indifférence des autorités tant nationales que provinciales» et exiger des autorités provinciales le déminage de nombreuses localités. Le Nord de la province du Katanga reste l’une des zones où persistent encore des mines et autres engins non explosés.

Le centre Zébreau réclame le déminage de l’axe routier Kabwela-Kakuyu (territoire de Kabalo) où l’on signale la présence des mines antipersonnel depuis dix ans, et on déplore le départ de l’ONG Dan Church Aid spécialisée dans le déminage, qui y a travaillé pendant six ans.

A Mutshatsha (à 500 km de Lubumbashi), la Société civile a demandé en octobre 2011 que tout soit mis en œuvre «pour déminer le territoire où les engins non explosés sont encore visibles». Elle a évoqué l’explosion d’une mine «sans faire des victimes au moment où un cultivateur brûlait les herbes dans son champ», indiquant que «ces engins ont été laissés par les Forces armées zaïroises lors de la guerre de 80 jours au Shaba, il y a plus de 30 ans».

Le 4 avril 2012, les responsables du territoire de Kabalo ont plaidé pour le déminage d’une route de desserte agricole longue d’environ 65 km dans le secteur Lwela-Luvunguy (territoire de Kabalo), à l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation au problème des mines antipersonnel.

«En 2011, le Centre de coordination de lutte anti-mines des Nations unies (UNMacc) et ses partenaires avaient nettoyé plus ou moins 122 000 mètres carrés et détruit dix mines antitanks et cinq mines anti-personnel dans le territoire de Kabalo. Ils avaient aussi isolé une douzaine de mines découvertes dans la localité de Bendera», rappelle-t-on.

Au Katanga, les opérations de déminage avaient commencé le 28 février 2008 sur un tronçon de huit kilomètres de la route reliant la ville de Kabalo à Katutu, dans le district de Tanganyika. La route avait été fermée le 13 décembre de la même année après la découverte, par la population, de deux mines anti-véhicule. Le travail de déminage manuel avait été effectué à l'aide de chiens démineurs.


Cet article a été lu 3725 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0