RDC : Plusieurs morts à Nyanzale

Font size: Decrease font Enlarge font
image Mamadou NDALA - Heros national congolais - avec lui

Vive tension à Nyanzale, des affrontements survenus dans la nuit de samedi 27 à dimanche 28 février courant entre des déplacés et des habitants de ce village du territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, se sont soldés sur un bilan dramatique de cinq personnes tuées.

Le tout serait parti, relatent des sources de la Société civile locale, après que le corps d’un jeune homme sans vie faisant partie de la communauté des déplacés de Nyanzale, vraisemblablement tué, a été trouvé dans son champ. Le corps de l’infortuné a été ramené au camp des déplacés dans la soirée.

Cet assassinat gratuit n’a pas été du tout accepté particulièrement par d’autres jeunes déplacés qui ont vite indexé les villageois de Nyanzale d’en être les auteurs et ont décidé de venger l’un de leurs.

En représailles, ils ont à leur tour tué quatre villageois de Nyanzale et causé d’autres dégâts matériels importants dans ce village situé dans la zone de Bwalanda, en chefferie de Bwito, a-t-on constaté. D’après Radiookapi.net, des sources proches de l’administration du territoire font état d’une quarantaine de maisons incendiées pendant que certains habitants ont trouvé refuge à la base de la mission des Nations Unies.

Pour rétablir l’ordre et contrôler la situation, les militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) en pleine opération Sokola 2 contre la présence des groupes armés dans cette zone, ont dû tirer en l’air pour disperser les gens durant toute la nuit.

Jusqu’ au petit matin d’hier dimanche, la situation a été tendue, les forces gouvernementales ont réussi à mettre la main sur une dizaine de personnes présumées auteurs de ces incendies criminelles à Nyanzale.

Par ailleurs, a-t-on constaté, à mi-journée, les corps des victimes étaient gardés par leurs familles respectives et aucune autorité locale ne s’est prononcée au sujet de l’enterrement de ces personnes. Grace à la présence des forces de l’ordre et de sécurité, un calme précaire règne dans ce village.

Le Club Nyirangongo a pour sa part appellé à l’ouverture des enquêtes indépendantes pour déterminer les responsabilités, après le décès de cinq personnes à la suite des accrochages entre ces déplacés et villageois à Nyanzale.

« Nous demandons à ce qu’il y ait des enquêtes justes. Ce qui se passe à Nyanzale, c’est la suite des atrocités que nous connaissons tous depuis novembre de  l’année passée à Lubero et Walikale. On a massacré des gens, on a tué à la machette, on a égorgé à Buleusa et à Miriki », a déclaré le secrétaire général de cette structure, Me Innocent Segihobe.

Il a également accusé certains leaders politiques de Rutshuru de tirer des ficelles pour entretenir des conflits entre communautés de cette partie du Nord-Kivu. « Certains [leaders politiques] sont mêmes passés aux médias pour appeler à la haine. Nous demandons à ce que l’Etat se saisisse de ces gens-là et les mettent hors d’état de nuire pour que des communautés vivent dans la paix. C’est curieux qu’il y ait des communautés qui se bagarrent alors que depuis les années 60, elles ont vécu ensemble  et en paix dans le Lubero et Walikale », a-t-il soutenu.

[Dovin Ntelolo Diasonga]


Cet article a été lu 16628 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
1.00