RDC : La province du Sud-Kivu en faillite mais Kinshasa ferme toujours les yeux !

Font size: Decrease font Enlarge font
image Marcelin SHISAMBO

L’opinion tant nationale qu’internationale s’étonne du silence de Kinshasa face aux séries de vols institutionnalisés et détournements des fonds publics dans la province du Sud-Kivu. Finalement, la province d’or et de coltan devient incapable de payer le personnel du gouvernement qui se plaint de retard de plus de sept (7) mois, soit près de trois (3) million USD détournés mais qui ne causent pas d’insomnie au protégé Gouverneur Marcelin CISHAMBO.

Le récent scandale qui laisse la province en faillite est d’une dette illicite de 3 million USD prise à la Rawbank à un taux d’intérêt de 45% par mois pour acheter des maisons à Kinshasa, Europe et Etats-Unis. En RDC, le taux directeur de la banque centrale est normalement de 12% par an mais l’opération magouille conclue entre la Rawbank et le puissant gouverneur en complicité avec son Directeur de Cabinet Adjoint, M. Jean–Pierre NDUSHA, son Conseiller Financier, M. Guy BASHIZI et son Secrétaire Particulier, consiste entre autre de se partager la différence.

Selon les informations dignes de foi, le Gouverneur Cishambo et le Gérant de la Banque se sont arrangés pour créer un compte de crédit dolosif où toutes les recettes générées par la province sont orientées. Alors qu’il est interdit aux institutions publiques d’ouvrir des comptes dans des banques privées, le puissant gouverneur en a ouvert à la Rawbank. Il avait aussi signé un ordre de virement permanent de toutes les rétrocessions du gouvernement central à la Rawbank.

Pire, toutes les recettes qui entrent à la Rawbank n’y sortent plus: conséquence cessation de paiement des agents ou faillite de la province. En plus des acquisitions en Europe et USA, l’enrichissement illicite du Gouverneur Cishambo lui a aussi permis d’entamer au même moment six chantiers à Kinshasa où il passe le 9/10 de son temps à superviser ses chantiers.

Malgré la loi de la libre administration des provinces qui interdit l’emprunt sans l’autorisation préalable de l’assemblée provinciale et la loi relative aux finances publiques, interdisant aux provinces et entités territoriales décentralisées et même au pouvoir central d’emprunter auprès des institutions financières bancaires, l’homme fort du régime prouve encore une fois, qu’il est en mission de piller la province sous protection de Kinshasa.‎

On se rappellera qu’en Avril 2015, l’Assemblée Provinciale, l’organe de contrôle, avait initié une motion de censure contre cet intouchable gouverneur, signée par 21 sur 36 députés provinciaux. La protection de Kinshasa avait étouffée la motion en invitant et séquestrant le bureau de l’Assemblée à Kinshasa pendant 45 jours, le temps que la session se termine. 

Au cours de cette session d’Octobre 2015, l’Assemblée provinciale vient de rejeter le rapport d’exécution du budget au premier semestre de cette année. Désemparés, les députés provinciaux très courageux viennent encore de déposer au gouverneur une interpellation d'une quarantaine des pages. Le PNR, parti qui prône la réforme en RDC, se pose la question de savoir comment un tel gouverneur peut-il rester en place s’il n’est pas protégé par Kinshasa.

Dans cette culture d'impunité du régime actuel, le Congo n’appartient qu’aux protégés qui sont au-dessus de toute loi du pays. Au moment où le budget 2016 de sa province est en discussion‎ à l’Assemblée provinciale, Kinshasa envoi l’homme fort du régime se promener dans les capitales européennes à la recherche des soutiens pour le dialogue.

En 2011, le Gouverneur Cishambo avait lamentablement perdu l’élection législative avec moins de 5% de voix dans la ville de Bukavu, chef-lieu de la province mais s’est vu maintenu à la tête de la Province. Pourtant le message des habitants de cette ville capitale du Sud-Kivu était clair: le peuple demandait le changement, l’alternance dans le chef de l’exécutif de leur province. Dans toutes les démocraties du monde, en pareille circonstance Mr. Cishambo devait démissionner. Allez-y comprendre pourquoi certains ne jurent que le dialogue!

La gabegie financière du Gouverneur Cishambo affecte non seulement les fonctionnaires et agents impayés mais aussi les projets de construction des écoles, des hôpitaux, des routes et des ponts qui sont tous mus à genoux. Durant les cinq ans de règne de Mr Cishambo à la tête de la province, aucune école construite, ni un centre de santé ou un pont de taille réhabilité. 

Sur la route nationale n°5, un petit pont Kanvivira de quelques mètres qui s'est effondré suite à la pluie va bientôt faire une année sans être réhabilité. Pourtant, ce pont relie la deuxième ville de la province (Uvira) à la ville de Bukavu ainsi qu’à la nouvelle province du Tanganyika dans l'ex-Katanga et la capitale du Burundi (Bujumbura).  La situation au Sud-Kivu n’est pas si différente d’autres provinces! 

Dans ce genre de gestion, les hommes du régime ne peuvent que rêver de se maintenir au pouvoir par tous les moyens. Notamment, le dialogue, d’ailleurs inopportun, comme moyen de rester aux affaires. D’autres, rêvent d’entrer au gouvernement en passant par le fameux dialogue pour enfoncer davantage la population dans la misère! 

Pour un changement de mentalité, la RDC a besoin d’une nouvelle vision qu’on ne peut obtenir que par l’alternance politique à l’instar de la Tanzanie dont le Président récemment élu s’illustre déjà dans le changement de mentalité et de la bonne gouvernance. Le contraire c’est replonger le pays dans un chaos politique dont les conséquences des soulèvements populaires sont incalculables. 

Ensemble la Réforme est possible en RDC!

Delphin KYUBWA 

Président national du PNR


Cet article a été lu 4529 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
1.00